8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 15:13

Cliquer ci-dessus à gauche, pour lancer la musique

Pourquoi faire un voyage au Japon? Le Japon ou pays du Soleil Levant est un pays insulaire de l’Asie de l’Est, situé entre l’océan Pacifique et la mer du Japon à l’Est de la Chine, de la Corée et de la Russie. C’est un archipel composé de plus de 4000 îles, parmi elles 4 représentent 95% de la superficie du pays. Le plus haut sommet du Japon, le mont Fuji  ou  Fujiyama, (3 776 m), est un volcan inactif.

Temples recouverts de feuilles d'or, pagodes, sancuaires rouge vermillon, temples d’une pure simplicité respirant la tranquillité, majestueux et paisibles nichés dans des lieux les plus inattendus, pour certains  dans les villes les plus importantes. La construction d’un grand nombre d’entre eux remonte à près d’un millier d’années. Shintoïsme et Bouddhisme coexistent et restent fondamentaux pour les Japonais contemporains et sont toujours des sources d’inspiration culturelles et esthétiques.                                     

Les jardins japonais sont connus dans le monde entier pour reproduire avec un raffinement sans égal toute la beauté de la nature dans le cadre d’un espace limité. N'oublions pas la cuisine délicieuse et variée.

Il y a tout cela au Japon. Partons ensemble à la découverte de ce pays, ou coutumes ancestrales, traditions et modernité se confondent.

Ce récit de voyage (comme les autres) ne se veut pas pédagogique, complet ou ethnologique et n'a pas vocation à remplacer votre guide de voyage traditionnel. Il veut juste transmettre des impressions, purement subjectives sur des lieux, des événements, des personnages, des anecdotes….

 Lyon - Tokyo

Partis de Lyon St Exupéry à 14h45 pour Francfort. Le Boeing  747 de La Lufthansa s’envole à 18 h pour Tokyo. Nuit dans l’avion.

Tokyo

Nous  atterrissons à l’aéroport de Tokyo Haneda 11 h plus tard, vers 12h15 (heure locale soit 7 h de décalage), après avoir survolé le Fujiyama, certains l’on même pris en photo!

Nao, notre guide local nous accueille, le circuit « Tokyo/ Kyoto/ Takayama/ kanazawa/Miyajima/ Hiroshima » commence immédiatement. Les premiers  gratte-ciel apparaissent, la tour de la télévision en forme de tour Eiffel rouge aussi.

Une première découverte de la capitale en bus,  ici  on roule à gauche (imposé par les anglais), toutefois les japonais ont adopté le système métrique. Attention les barrières d’entrées d’autoroute  se lèvent au dernier moment cela surprend ! Nous commençons par faire le tour du palais impérial (4 km), du parlement ou bâtiment de la diète nationale. A pied, nous visitons le quartier très animé  Shibuya : une photo de la statue  du célèbre chien  Hachiko pour avoir attendu son maitre quotidiennement pendant 10 ans.

 

Tout près, nous empruntons le passage piéton le plus grand du monde pour aller dans un centre commercial pour faire du change et des photos. Aux heures de pointe ce peut être 2000 personnes qui traversent en même temps.  Avec son passage clouté en diagonale, il est le précurseur d’une nouvelle manière de traverser la route.  Le Hachiko Crossing fait partie des images célèbres que l’on attribue au Japon. Panneaux publicitaires, écrans géants, envahissent les rues…Un ascenseur nous monte en moins d’une minute au 45ème étage de l’observatoire de la mairie de Tokyo.

L’observatoire panoramique  de la mairie de Tokyo est situé au dernier étage. Il offre une vue à 360° sur la capitale et permet d’en appréhender l’étendue. Premier repas typique dans un restaurant local à proximité de l’hôtel, ce sera le cas tous les soirs ou presque.

Tokyo

Découverte du parc Ueno (85 hectares), il date du début du 20 ème siècle, c’est le quartier  populaire par excellence. Le parc a été ouvert en 1973, offert en 1924 par l'empereur Taisho à la municipalité de Tokyo, d'où son nom de  « parc de Ueno, cadeau impérial ». 5 bâtiments le composent, devant l’entrée du principal se trouve la monumentale statue de la baleine.

Il abrite plusieurs musées, parmi les principaux du Japon, des temples et sanctuaires, un zoo, et surtout de très nombreux cerisiers sous lesquels les Tokyoïtes viennent, au moment de la floraison, se détendre. Pour nous en mai, les « Sakuras » (cerisiers sorte de prunus décoratifs) sont défleuris.

Une foule impressionnante fait la queue pour entrer dans les musées (jusqu’à 4 h ce matin) Une exposition française de Rodin nous permet de voir son célèbre  « Le penseur » entre autre.

Il abrite la collection d’art japonais la plus riche au monde.

Classées par période et par thèmes, s’y trouvent de magnifiques costumes, armures masques, sculptures,

tableaux, sans oublier les plus beaux sabres qui aient été forgés au Japon.

Après le déjeuner, balade dans le quartier Asakusa.

Pour accéder au temple bouddhiste Sensoji, nous devons traverser la longue allée marchande qui rejoint la majestueuse porte la Kaminarimon (porte du tonnerre), auquel est suspendue la lanterne de papier rouge la plus grande du Japon. La pagode est juste à côté.

Il est respectueux de s’incliner devant l’autel et de taper deux fois dans ses mains avant de les joindre puis de déposer dans un tronc une pièce.

Auparavant,  nombre de Japonais s’enveloppent de fumée d’encens et effectuent les traditionnelles ablutions. Senso-Ji est le plus vieux sanctuaire de la capitale. Tout près, la rue Nakamise, connue dans tout le Japon, est très commerçante et envahie de touristes. Echoppes colorées, pour pubic déjanté entre autre.

Des japonaises en kimono, des touristes chinoises ou coréennes qui louent des kimonos pour se faire prendre en photo en tenue locale, difficile à savoir ?

Poursuite de la découverte de la ville avec le sanctuaire  shintoïste Meiji qui se dresse au milieu d’un parc luxuriant de 120  000 arbres. Au cœur d’une des plus grandes villes du monde ! 200 000  personnes ont travaillé pour la plantation entre 1868 et 1912. On  accède au sanctuaire par une vaste allée bordée d’un imposant mur de barriques  de saké (offrandes aux divinités) d’un côté.

et de l’autre côté des tonneaux de vin de Bourgogne.

Oui, vous avez bien vu, des tonneaux de vin, il y en a 3 fois plus que ce que l'on voit ici. Et ce sont des tonneaux de Bourgogne, et des plus grands crus, cadeau précieux dans l'esprit d'amitié et de paix, en priant pour que la France et le Japon connaissent encore  de très nombreuses années d'amitié profitable.

La visite se poursuit à travers cette forêt, nous n'oublions pas d'effectuer les rituels  à la fontaine de purification à l'entrée puis devant le mausolée.

Des  tablettes en bois porteuses de vœux, sont à la disposition de tous, moyennant une contribution  avant d’être récupérés par les prêtres, qui adressent ensuite les messages.  Nao inscrit un vœu au nom du groupe sur une tablette. 

Pour terminer la journée, une balade dans le  quartier décalé Harajuku lieu de prédilection des jeunes tokyoïstes, la ruelle Takesta et le grand boulevard d’Omotesando surnommé « les Champs Elysées »

A l'hôtel visite du jardin japonais, les azalées sont magnifiques, l'hôtel est immense j'en connais qui s'y sont perdus !!!

Tokyo – Takayama (train)

Levé matinal, petit déjeuner au 40 ème étage, vue sur la capitale, départ 7 h de l’hôtel à pied pendant 10 mm pour rejoindre le métro, pour partir avant la foule et éviter les pousseurs, nous quittons Tokyo pour Takayama en train. Les valises suivent dans un fourgon, pas de possibilité de les mettre avec nous. Le TGV  (Le Shinkansen) nous emmène à la gare de Nagoya en 1 h 40. Avant que nous montions le personnel a tourné les sièges de façon à être dans le bon sens ! A Nagoya un train express remonte une vallée, avec de jolis paysages pendant  2h30. A l’arrivée vers midi et demi, notre chauffeur Mr Maeno nous attend et nous conduit au restaurant. Chaussures quittés, repas typique comme toujours, aujourd’hui présenté sur feuille de magnolia, bœuf cuit sur une plaque de fer : teppanyaki.

Balade dans les rues du vieux Takayama, Kamisanno : vieilles demeures, échoppes, dégustation et achats dans une brasserie de saké, un passage obligé par le vieux centre-ville très bien préservé. Quelques japonais "raccolent" les passants vers leur restaurant.

Comme souvent les maisons sont devenues des boutiques à souvenirs. L’orage gronde, ne perturbe pas trop notre visite mais nous oblige à acheter des parapluies japonais

L’ancienne demeure du gouverneur de la province, est appelée Takayama Jinya.

Elle se visite pieds nus bien sur.                        

Après la restauration de Meiji, en 1868, l'édifice devient le centre de l'administration préfectorale, gardant un fort pouvoir.

A travers les enfilades de pièces très dépouillées, au sol de tatamis nous découvrons le mobilier et les objets exposés d’une époque désormais révolue. Cuisine, salle de réunion, pièces à vivre, salle d'interrogatoire, chaque aspect de la vie du gouverneur est représenté sans oublier les jardins.

A l’hôtel, pour ceux qui le désirent, possibilité de bain japonais (attention température 41°)

Takayama – Kanazawa (140 km)

Un petit tour au marché local de Takayama, fleurs, fruits, légumes champignons… présentés sous cellophane,

Sur le pont flottent les poissons carpes koï en plastique.

Tout au bout, une statue en bois du « petit Neko » chat célèbre par son histoire. Au Japon,  on aime les chats au point qu’il existe une journée des chats, cela me va !

Nous arrivons  à la porte d’entrée du sanctuaire pour visiter le musée des chars.

Le prochain festival (un des plus beaux au Japon) a lieu en octobre, il est possible de voir les principaux chars.

Décorés finement  de laque sur bois, dorures  gravures, ils brillent, attirent l’œil avec leur rouge criard  ou leur noir majestueux.

 

Certains datent du XVIIe siècle, ce sont de véritables œuvres d’art.

 

Nous allons ensuite au Nikko-kan, un musée situé juste à coté du Yatai Kaikan. C’est un hall où sont exposées des maquettes des temples de Nikko.

Les détails sur les maquettes sont vraiment impressionnants, surement des années de travail pour les artisants qui les ont réalisées.

Nous quittons la ville pour la montagne (600 m alt) dans le village  de Shirakawago réputé pour ses hautes maisons aux toits de chaume.

Blottis au cœur des montagnes, Shirakawago est un tranquille village entouré de rizières.  Ce qui caractérise ces maisons en bois est leur toit de chaume en forme de triangle pentu,

afin de supporter le poids de la neige, abondante dans cette région. Elles sont construites dans le style (cordage sans clous) sur quatre niveaux, où plusieurs générations vivent ensemble.

Le dernier niveau est traditionnellement réservé à l'élevage de vers à soie. Nous visitons celle de Wasake.

Quartier libre pour parcourir ce village, ses temples, ses ruelles, rizières, un endroit magnifique …

.un havre de paix  lorsque l’on arrive de Tokyo, iris, cornouillers du japon, nénuphars à gogo....

Retour sur  Kanazawa, un tour à pied dans le quartier des Geishas. Ce sont des dames de compagnie, qui consacrent leur vie à la pratique artistique raffinée des arts traditionnels japonais pour des prestations d'accompagnement et de divertissement d’une clientèle très aisée.

On ne peut pas oublier de rentrer dans une boutique qui vend l’artisanat en feuilles d’or.

Trois magasins principaux sont établis à Kanazawa, nous n’avons toutefois pas craqué.

Comme tous les soirs nous nous rendons à pied dans un restaurant typique, ce soir  sorte de pot au feu japonais.

 Kanazawa

A Kanazawa, la journée commence par la visite du marché aux poissons d’Ohmi (huitres de roches géantes, oursins, araignées de mer, racines de nénuphar, échalotes, wasabi, algues, soja, asperges…) conditionnement, propreté tout est impeccable dans ce marché aux poissons.

« Tintin chez les samouraïs » pourrait être le nom d’une BD, aujourd’hui dans le quartier Nagamuchi avec la visite de la demeure de la famille Nomura (1600 1800).

Au service du clan dirigeant de la ville, les Nomura usaient de leurs épées pour faire régner l'autorité des Maeda. Architecture raffinée, peintures murales, plafonds décorés font les charmes de cette maison ancienne.Dans le petit jardin  une cascade  déverse ses flots dans un étang où dansent des carpes.  Nous découvrons le rythme de vie de samouraïs richissimes au fil des pièces en enfilades.

Un temps libre nous permet d’ajouter la visite du musée Shinise Kinenkan qui se trouve juste à côté.

Ce bâtiment est une ancienne pharmacie chinoise fondée en 1579 par la famille Nakaya. Le rez de chaussée reprend le même plan du magasin avec les grandes armoires à médecine.

L'étage qui servait d'habitation à la famille Nakaya est occupé par un petit musée présentant des objets de l'artisanat de Kanazawa en rapport avec le mariage.

Pour le repas, un potage canard nous attend assis par terre et pieds nus, un classique.

L’après midi visite du splendide jardin Kenrokuen, l’un des 3 plus beaux au Japon.

D’une superficie d’ plus de 11  hectares, il est situé sur les hauteurs de la partie centrale de Kanazawa à proximité du Château.
Il comporte un grand étang artificiel en son centre, il est parsemé de collines et de pavillons. Ici une impression de quiétude, d’espace, de travail humain…  Pas de cerisiers en fleurs mais les azalées et les iris sont magnifiques.

Son emblème, la lanterne de pierre à pieds courbes, est connu pour être la première à avoir eu les pieds de longueurs différentes.
On y trouve également une fontaine qui jaillit dans cet étang. Afin de préserver la beauté de ce lieu,  l’hiver il est prévu une technique traditionnelle de suspension des branches des arbres avec des cordes afin d’éviter qu’elles ne se brisent sous le poids de la neige.

Édifié en 1583 à l'initiative de la famille Maeda, le château se trouve à proximité dans d’immenses pelouses, il n’abrite plus l’université.

Il mérite un détour et peut se faire assez rapidement.

Suite à de multiples reconstructions dues aux séismes, incendies qui l'ont frappé au cours de son histoire, le donjon n'a toujours pas été rebâti. Seuls les murs de pierre du XVIIe et la porte principale de 1788, Ishikawa-mon, ont survécu. Les pièces visitables sont vides. Une méthode d'entretien des pelouses, ou de lutte contre le chomage !

Promenade dans le quartier des geishas Higashi, les ruelles, les traditionnelles maisons de thé nippones, dans lesquelles les geishas exerçaient leur art.

Une glace au thé vert  vanille nous régale.

L’hôtel est à côté de la gare et des grands magasins, shopping pour ceux qui le souhaitent

Repas pierrade barbecue (viandes diverses, riz soja frittes…) Dans l’hôtel une chapelle est prête pour accueillir des mariés, nous les attendons encore, vite remplacés par des figurants occidentaux !!!

Kanazawa – Kyoto  (270 km)

En route pour  Kyoto, toujours grand beau, chaleur; l’autoroute longe la mer du Japon. Nao nous parle de l’histoire de son pays. Nous traversons une forêt de cryptomerias (ou cèdres du Japon), avant d'arriver à la porte torii de Kyoto (photo avec feu vert ou rouge ?)

Après le déjeuner visite du château de Nijo ancienne demeure du Shogun,

N’oublions pas que Kyoto a été très longtemps la capitale du Japon.

Autrefois impérial (au XIXe), il est situé en plein cœur de l'ancienne capitale japonaise,

il s'étale sur 27,5 hectares jardins compris.

On se déchausse ! L’intérieur se fait en chaussette, car tout est fait de tatamis et bois

.

Les photos sont interdites à l’intérieur. Les portes coulissantes et murs sont pour la plupart dorées et ornées de dessins. Une l’impression de traverser un énorme tableau qui raconte une histoire, en passant de pièce en pièce y compris les appartements privés du Shogun. La particularité du Nijo est son célèbre « plancher rossignol  » : c’est une technique d’assemblage très poussée du bois, pour les planchers, qui permet de faire « crisser » le bois lorsqu’on marche dessus. En sortant, nous retrouvons nos chaussures tournées du bon côté, fallait y penser.

Après avoir bravé foule dans la rue commercante de l'ascension de la colline, la récompense est là. Le temple Kiyomizu appelé aussi temple de l'eau pure est un complexe de temples bouddhiques et shintoïstes.

Les merveilles s’enchainent dès la porte qui dissimule une pagode rouge vermillon à 3  étages  surmontée d’une flèche de métal forgé.

Il offre une vue imprenable sur la ville, c’est le temple le plus visité au Japon, nous comprenons pourquoi il y a un sens unique pour la visite.

Le pavillon principal ou Hondo se tient sur une plateforme de bois installée sur des pilotis d’une grande hauteur  au-dessus d’un précipice. Un echaffaudage de 139 piliers (sans clou) soutient la terrasse.

Le panorama embrasse aussi bien la ville de Kyoto, que la nature des environs avec d'autres petits temples. Après avoir descendu bon nombre de marches d'escaliers, nous arrivons à la cascade Otowa, au bas de la terrasse à pilotis. Elle attire à elle seule la nuée de touristes venus visiter le temple.

Son eau sacrée est réputée avoir des vertus thérapeutiques, d'intelligence, de beauté... Nous ne ferons pas la queue, tous les étudiants sont là pour la réussite de leurs examens. Elle peut être bue au moyen de longs manches terminés par une coupe métallique, stérilisés auparavant par des rayons ultraviolets.

Une promenade dans le quartier Gion pour accéder au sanctuaire. Edifié au VIIe siècle, il fut modifié au XVIIe pour atteindre sa forme actuelle.

Le bus nous attend devant le temple Chion In bâti sur les hauteurs du quartier.

Ce complexe est à la tête des temples appartenant à la secte bouddhique Jodo-shu .

A l’hôtel, un  buffet nous attend, grand choix d’entrées, viandes,  poissons, fromages (la seule fois) desserts, glaces, fontaine chocolat…..

Kyoto – Nara – Kyoto

Le matin visite du temple et  jardin  de Ryôanji. Il  fait partie des trésors de Kyoto de part son très célèbre jardin sec en pierre (de 200 m2). Quinze rochers émergent d'une mer de sable blanc. Sa simplicité et sa pureté sont l'émanation des principes du bouddhisme zen.


A la base Ryoanji était une villa bourgeoise durant la période de Heian. Il faudra attendre 1450 pour voir le site reconvertit en temple bouddhiste.

A l'ombre des collines boisées du nord-ouest de Kyoto se loge un bijou de l'ancienne capitale : le Kinkakuji ou Pavillon d'Or. Bien caché aux pieds des montagnes, ce célèbre lieu accueille  l'un des plus grands nombres de visiteurs par an du Japon. Sens unique de visite obligatoire, et pour cause, sa majestueuse construction principale est... un pavillon recouvert de feuilles d'or. Bâti à la fin du XIVe siècle puis brûlé à de nombreuses reprises, dont la dernière fois en 1955, il fut rebâti à l'identique cette même année, puis rénové en 1987. Photos obligatoires !!!

Au sommet de cette bâtisse à trois étages se pavane un phénix qui toise les personnes venues admirer le monument.

Un tour du lac nous rapproche de ce bâtiment recouvert d'or

Nous admirons les autres bâtiments, statues, maison de thé, et profitons du jardin .

Le cadre est splendide, le  lac parsemé de nénuphars.

Nous voila partis pour Nara pour découvrir le patrimoine culturel de cette ancienne capitale devenue ville musée.

Pour atteindre le temple Todaiji, connu aussi comme le parc au cerfs, il faut franchir plusieurs portes, pelouses immenses,

bâtiments. Le temple abrite une célébrité une  majestueuse statue en bronze de Bouddha assis, mesurant la bagatelle de 15 mètres de haut et pesant 250 tonnes.

Il est également et peut-être surtout le plus vieux Bouddha de la bande, puisque sa construction remonte au milieu du VIIIe siècle, alors que Nara était  la capitale du Japon.

À ses côtés, d'autres immenses statues tout aussi impressionnantes. Pour ceux qui veulent ou plutot peuvent passer dans le trou d'un pilier facilite l'accès au paradis.

Daibutsu-den, le superbe bâtiment qui les héberge, fut reconstruit pour la dernière fois en 1692 suite à un incendie, aux deux-tiers de sa taille originelle. Il reste malgré tout, à ce jour, la plus grande construction en bois du monde. Impossible de manquer la grande porte en bois, par laquelle s'aventurent les cerfs et biches. Au nombre d'environ 1400, ils vivent ici en liberté, ils attendent que les touristes leur achète des gourmandises. Très nombreux aussi, le scolaires en uniforme venus visiter, c'est obligatoire dans le programme au Japon.

Non loin de là se trouve le sanctuaire shintoïste Kasuga

avec son allée aux 3000 lanternes de pierre,

et de bronze, nous n'avons pas vérifié.

Des prêtres shitoïstes vont à une cérémonie

Ce temple est placé sous le signe des glycines

Repas tempura ce soir

Kyoto – Miyajima – Hiroshima (380 km)

Longue route pour Hiroshima, en longeant le train monorail

sur l'autoroute (vitesse indiquée 80 permet de rouler jusqu'à 100, pluie annoncée)

Nao a installé un micro supplémentaire dans le bus pour que nous posions de nombreuses questions et qu'il puisse y répondre.

Déjeuner en route (buffet de grillades, glaces de toutes les couleurs). Arrivée à Miyajima dans l’archipel nippon, embarquement à bord d’un ferry pour rejoindre l’ile dans la mer intérieure de Seto. Comme dans tous les lieux visités, ici aussi beaucoup de scolaires.

Une île sacrée, célèbre pour son sanctuaire et son Torii flottant

L'ile deMiyajima est classée parmi les 3 plus beaux sites du pays, elle est intacte,c'est un lieu chargé d'histoire et de mystères.

Visite du sanctuaire d’Itsukushima et son célèbre Torii flottant symbole de Miyajima. Cette île est jumelée avec le Mont St Michel.

Cet édifice de bois rouge vermillon, célèbre dans le monde entier, est un portail shinto qui symbolise la frontière entre monde profane et monde sacré. Il marque l’entrée du Sanctuaire d’Itsukushima.


Construit pour la première fois en 1168, il se situe à environ 200m du Sanctuaire. Il est accessible à pied à marée basse. Nous y allons malgré la pluie, la promesse du paradis si l'on y passe dessous !!!


La galerie s’étend de l’entrée du sanctuaire d’Itsukushima jusqu’au pavillon de purification en passant par le sanctuaire Marodo et l’Asazaya .

Elle mesure 262 m de long et 4 m de large

Thêatre nô, style  ancien et traditionnel du théatre japonais

Le pont vouté (Sori-bashi) ou pont du messager impérial est classé bien culturel important le 29 Mars 1947.

Les messagers de l’Empereur l’empruntaient pour pénétrer dans le sanctuaire principal.

Retour en ferry, direction l’hôtel, repas typique poêlon

Hiroshima – Osaka (340 km)

Situé sur un delta entre la rivière Ota et l'un de ses affluents, le parc de la paix comprend notamment le Musée de la Paix, le Cénotaphe du mémorial pour les victimes de la bombe atomique et le Dôme de la bombe atomique.

Précédant Obama d'une journée, nous partons de l’hôtel à pied, commençons par le musée  construit en 1960 pour rendre hommage aux victimes de la bombe. Le 6 Août 1945 à 8H15, Hiroshima subit le premier bombardement atomique mondial.

La ville fut presque entièrement dévastée et de nombreuses vies soufflées.

Les survivants subirent de graves séquelles physiques et morales et, aujourd'hui encore, nombre d'entre eux endurent de grandes souffrances.
Le Musée du Mémorial pour la Paix présente des affaires ayant appartenu aux défunts, des photographies de l'horreur de l'irradiation, une collection d'objets, une vue « avant-après », un exposé du contexte historique, etc.

Face à la mer Intérieure, Hiroshima, la « Ville de la Paix », est la plus grande ville du Chugoku. Le bombardement atomique du 6 août 1945 a complètement détruit tout bâtiment dans le centre de la ville sauf ce qui est maintenant connu comme le Dôme de la bombe atomique de Hiroshima, aujourd'hui classé au patrimoine mondial de l'Unesco comme témoignage des ravages de l'arme nucléaire.


Situé à l'épicentre de l'explosion, il ne reste quasiment de l'ancienne chambre de commerce de la ville que sa structure métallique. C'est le seul bâtiment qui subsiste en mémoire de cet événement.

Le cénotaphe du mémorial pour les victimes de la bombe, dresse la liste des victimes de la bombe et comporte l'épitaphe « Puissent les âmes ici reposer en paix, pour que l'enfer ne soit répété ».

Nous assistons à un chant des enfants devant le monument de la paix des enfants.

Ils déposent des grues, pliages de petits papiers en souvenir de Sadako Sasaki écolière victime du bombardement et qui mourut après avoir plié 644 grues au lieu des 1000  pour voir son voeu exaucé.

Plaque commémorative en français devant le cénotaphe

Comment ne pas rester impassibles dans ce lieu chargé de tristesse. Pour nous un grand moment de recueillement et d'émotion.

Pour midi repas crèpes/pizzas okonomiati faites devant nous.

Sur une pâte à crèpes, mettre en couche choux, poitrine de porc, oeuf entre autre.... le tout coiffé de sauce et de bonite séchée, je ne m'y lance pas mais c'est bon!!!

L’après midi retour par l’autoroute sur Osaka,  visite en fin de journée du célèbre et très animé quartier Namba, la rue Doutombori est , 

jonchée de restaurants, d'après les gigantesques enseignes, devinons ce que l'on y mange. Il y a aussi un building avec une grande roue au bord du canal.

Nous partons bientôt, il nous reste à savoir faire les sushis. C'est prévu ce soir, après démonstration du cuisinier, nous réalisons nos premiers sushis. Nous recommencerons à la maison.

 Osaka – Francfort – Lyon

Levé très matinal direction l’aéroport d’Osaka construit sur une ile. Après 600 km en train, 1350  en bus dont 1300 avec Maéno, que nous remercions pour sa conduite, son humour, ses efforts en français, nous quittons le Japon. Nous remercions bien sur Nao pour tout.  Le B 747 Osaka/Francfort part et arrive à l'heure, tout comme le Francfort Lyon. Retour en Drome vers 20h le soir.

Conclusion:

Pas facile de résumer un voyage en quelques lignes

Le japon est l'archipel de tous les contrastes : mégapoles surpeuplées ou les gens ne s'arrêtent jamais, grattes ciel par milliers, chateaux, temples, sanctuaires, jardins, montagnes, alpes japonaises... autant de lieux différents ou les traditions ancestrales perdurent et se confrontent à une société ultra moderne à la pointe de nouvelles technlogies.

L'alimentation est un vrai délice, variée, raffinée et ne se résume pas aux sushis.

Politesse, gentillesse, raffinement,  propreté....nous avons beauoup à apprendre et adopter de ce pays.

Les plus de notre voyage :

Pratiquement tous les temples, sanctuaires, jardins.... que nous avons visité sont classés UNESCO. Les repas du soir sont pris dans des restaurants extérieurs aux hôtels

Remerciements :

A  Nao, guide francophone, vos compétences professionnelles, vos qualités humaines, votre zénitude, votre très bonne pratique du français, nous ont permis de découvrir et d’aimer ce beau pays à travers son histoire, ses traditions, son patrimoine, sa culture, son économie, ses paysages, et aussi sa cuisine…..

Nao Shirata Naomichi guide interprète francophone (et anglophone) peut construire votre voyage, pour le joindre : xyzshirata@jcom.home.ne.jp en enlevant xyz mis pour anti spam en tête de son adresse mail

A Maeno  notre chauffeur,  sympathique et efficace

Aux équipes de JTB Global Marketing et Travel

                          Merci à tous d’avoir contribué  à ces souvenirs et images inoubliables.

Cuisine :
Dans les restaurants, avant de rentrer, vous savez déjà  le type de plat et le prix de ce que vous mangerez. En vitrine extérieure, il est proposé de belles assietes de ces plats réalisés en résine.

3 vitrines de menu en résine
3 vitrines de menu en résine
3 vitrines de menu en résine

3 vitrines de menu en résine

Une rubrique cuisine est habituelle dans nos récits, nous avons particulièrement apprécié celle du Japon, tant elle est raffinée, variée, saine et savoureuse.

Quelques exemples en photos :

Il est classique de manger sur des tables basses, assis en tailleur et pieds nus.

Desserts : La aussi gateaux résine en vitrine        

Boissons :   thé vert, bière,  saké, vin blanc ou rouge, whisky japonais = très bon mais très cher…  à consommer avec modération !

Eau du robinet potable, distributeurs de boissons partout

Nos hôtels

Tokyo : The New otani

Takayama : Hot Water Takayama Cherry Tree Hermitage of Hanazato

Kanazawa  : Apa Villa et Ana Crowne Plaza

Kyoto : The Westin Miyako

Hiroshima : Hiroshima Sunroute

Osaka: Plaza Osaka

Notre circuit

Informations générales

La plupart des îles sont montagneuses, parfois volcaniques, le plus haut sommet du Japon, le mont Fuji (3 776 m), est un volcan inactif. Le Japon est le dixième pays le plus peuplé du monde, avec environ 127 millions d’habitants pour 377 488 km2 (337 hab./km2), dont l'essentiel est concentré sur les étroites plaines littorales. Le Grand Tokyo, qui comprend la capitale Tokyo et plusieurs préfectures environnantes, est la plus grande région métropolitaine du monde, avec plus de 35 millions d’habitants.

Depuis l’adoption de sa constitution en 1947, le Japon a maintenu une monarchie constitutionnelle avec un empereur et un parlement élu, la Diète.

Le Japon est la troisième puissance économique du monde pour le PIB . Il est aussi le quatrième pays exportateur et le sixième pays importateur au monde pays développé, avec un niveau de vie et la plus longue espérance de vie au monde (selon les estimations de l’ONU)

Informations pratiques                                         

Superficie : 377 488 km2

Population : 127 millions d'habitants

Capitale: Tokyo = 13 millions d'habitants  (mégapole = 36 millions )

Langues: Japonais, de nombreuses personnes parlent également  l’anglais

Electricité: 110/220 volts.prises plates

Monnaie:  Yens 1€ = 114,32

Temps de vol: Francfort/Tokyo ou Osaka : env. 11h

Passeport et visa: Pas de visa, passeport valable 6mois après retour

Religion:   Bouddhisme et Shintoïsme

Internet : Wifi dans les hôtels, gares, métro,musées...

Sports : Sumo, arts martiaux....

Guides et lectures :

Guides : Lonely Planet, Olizane, Michelin, Mondeos, Voir, L’Essentiel du Japon…

Hiroshima mon amour  Marguerite Duras

Le clou qui dépasse André L’Hénoret

Histoire du Japon et des Japonais tomes 1 et 2

Le Japon vu du train

Le pavillon d’or    Yukio Mishima

Les oiseaux reviennent à Hiroshima (histoire de Sadako Sasaki) Viviane Koening

Revue Geo Japon l'empire de la tradition  N° 447 mai 2016

Les petites curiosités qu’on aime au JAPON          Toilettes, parlons pause pipi/caca !

Aller aux toilettes c’est important! Les toilettes publiques ou privées japonaises sont toujours propres. Elles sont presque partout super sophistiquées comme photo ci-dessus (le wc ultra japonais)

Comment ça marche ?

Le bouton note de musique permet d allumer la radio et de monter le son si besoin…
Le bouton rose (ou je m assoie sur une fontaine) sert pour les dames si besoin…
Le bouton bleu (ou popo bouton) sert … si besoin…
Le bouton orange sert a stopper, si besoin…
Il existe une autre version sans musique mais avec chauffage de la lunette intégré et réglage de l’intensité des jets.
Les toilettes on a envie d’y aller tout le temps vu comme çà.

 

Autres toilettes

Tout d'abord, comprendre dans quel sens on doit se mettre il suffit de regarder la notice en général au dessus. On ne touche pas la chasse d’eau avec sa main (c’est pas hygiénique) mais avec son pied (et il y a toujours du papier!).

Vous pouvez désormais aller au Japon vous relaxer dans un de ces endroits !

Voitures

Au Japon il existe 2 types d’automobiles, les « normales », à plaque d’immatriculation blanche, et les voitures légères (Kei Jidosha ou t K-cars), à plaque d’immatriculation jaune. Ces dernières rentrent dans un cadre assez strict : Longueur de 3.4m, largeur de 1.48m, hauteur de 2m,  et une cylindrée de 660 cm3. Il s’agit donc de petites voitures, très compactes, idéales pour rouler en ville mais qui peuvent quand même atteindre des vitesses d’autoroute, et nécessitent donc un vrai permis . De plus elles offrent à leur propriétaire de nombreux avantages par rapports aux voitures normales (demi tarif autoroute à péages) et les japonais en sont donc particulièrement friands. Ils sont les spécialistes des moteurs basse consommation et hybrides. A noter que pour posséder un véhicule il faut disposer d'une place de parking!

Article journal Le Crestois  6 aout 2016

Article journal Le Crestois 6 aout 2016

Repost 0
Published by alain26 - dans Japon
commenter cet article

Notre Site

  • : Blog alain26 Voyages en camping car
  • Blog alain26 Voyages en camping car
  • : Voyages dans divers pays du monde
  • Contact

Site randonnées

Cliquez sur cette image pour

 

r201007240097

 

notre site randonnées 

Rechercher Dans Ce Site

Présentation Alain

        Alain et Hélène : 
Nous pratiquons le camping car (en plus de la randonnée) depuis plus de 30 ans . Nous avons pu découvrir par ce moyen : L'Espagne (3fois), Le Portugal, l'Irlande, la Tchéquie, l'Autriche, l'Italie (5 fois),la Sardaigne, la Croatie,la Slovénie, la Turquie (2 fois), la Grèce (14 fois et une trentaine d'îles), l'Albanie,Pays-Bas et bien sur des régions de France: Bretagne Normandie,Auvergne, Jura, Camargue, Cote d'Azur, Oléron, Ré....

Les voyages plus lointains, généralement sous la forme de circuit en 4x4, 6x6,voiture et bus nous ont permis d'apprécier le : Maroc (2 fois),la Tunisie (2 fois),la Libye, les Baléares, les Canaries Ténerife et  Lanzarote , Madère, Malte, l'Egypte (2 fois), le Mexique, le Sénégal, le Vietnam, le Cambodge, la Chine, l'Inde, le Pérou ,la Bolivie ,le Myanmar (Birmanie) ,l'Equateur ,l'Ouzbékistan, le désert blanc en Egypte, Singapour, l'Indonésie Java, Bali, Sulawesi ,le Laos,
mais aussi Oman Dubaï Abou Dhabi,le Yunnan en Chine , Cuba, Iran et dernièrement le Bhoutan, le Japon et la Colombie

Il nous reste encore beaucoup de projets, de rêves.la Jordanie,l'Ethiopie, la Réunion....et en CC Chypre, la Roumanie, les pays Baltes, la Sicile ...

Image-241.jpg

Choix de la langue

Cliquer sur le drapeau pour lancer traduction automatique

Anglais

800px-Flag of the United Kingdom.svg 

 

 

 

Allemand

134px-Flag of Germany.svg

 

 

 

 

Grèce

drapeau-grec

 

Espagnol

120px-Flag of Spain.svg

 

 

 

 

Italien

italie

Compteur origine des consultations