25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 15:42

Espagne Escapade septembre 2010  E2010 (107)

Suite à la lecture de récits de voyages sur Internet et l’avis de collègues, nous avions envisagé de découvrir  le désert des Bardénas Réales en Espagne depuis longtemps. En raison de contraintes, nous  avons  du modifier nos vacances initialement prévues en Sicile en septembre. Sans trop de préparation, nous avons pris la direction des  Pyrénées, puis de l’Espagne, nous vous invitons à nous suivre dans le Nord de ce pays.

Si vous désirez voir plus de photos , cliquer sur la photo ci-dessus pour lancer un diaporama dans une nouvelle fenêtre

E2010 (00)

Drome (26) – St Pierre La Mer :  290 km

Fin d’après midi, nous sommes presque prêts, nous avançons notre départ d’un jour et souhaitons aller dormir à St Pierre La mer, juste avant Narbonne. Pour gagner du temps, nous prenons l’autoroute, nous passons une nuit calme sur le parking très chargé de St Pierre La Mer (5 € pour la nuit paiement  par carte)

  E2010 (2)

St Pierre La Mer – St Gaudens : 273 km

Vers 9 h c’est le départ, objectif St Gaudens, un arrêt photo s'impose sur le belvédère d’Auriac et son point de vue sur Carcassonne. Après la sortie de l’autoroute à Bram, direction Mirepoix, que nous visiterons une autre fois. En raison du marché, il est impossible de se garer. Pour continuer,  Foix, St Girons, avant le repas de midi sur le grand parking ombragé de Castelnau Durban.

  E2010 (20)Des amis voyageurs habitent St Gaudens, il est impossible de ne pas passer les voir, le téléphone sonne, Thérèse et Michel sont là et nous attendent. Avec eux, nous visiterons la ville haute et la cathédrale de St Bertrand de Comminges ainsi que St Gaudens.

Leur cour est grande et calme, nous passerons la soirée et la nuit chez eux. C’est la surprise du jour et c’est très sympathique.

St Gaudens – les Bardenas : 390 km

Un petit déjeuner avec nos amis, la route est encore longue, nous voila repartis par Lannemezan, puis Pau, Jurançon, Oloron Ste Marie, le col du Somport, Jaca, Sanguesa, Carcastillo aux portes du désert des Bardenas. Nous cherchons en vain un office du tourisme ouvert mais tout est fermé jusqu’à 16 h, et quand il est l’heure, il n’y en a pas. Nous en trouvons un à Alfaro, aux portes du désert mais changement de région et très peu d’infos.

E2010 (28) Nous irons demain au centre d’information à l’entrée du désert. Situées à 640 mètres d'altitude, en Navarre, long de 45km et large de 24km, les Bardenas Reales, le plus grand désert en Europe ont été classés zone protégée en 1999 et comprennent deux zones: la Blanca (avec la Blanca Alta, la Blanca Baja et El Plano) et la Negra (avec El Fraile). A l’intérieur, se trouve une zone militaire importante (zone de tir de l’Otan)

Il est interdit d'y bivouaquer,  nous irons dormir à Arguedas, plus exactement à 3 km au monastère Virgen del Yugo.

Un grand parking nous attend, nous serons 2 CC et une voiture. c’est le grand calme, une vue panoramique et un coucher de soleil magnifique en supplément, de l’eau et des barbecues à proximité. Notre voisin est seul, équipé, et passionné d’astronomie, il  nous a préparé une soirée  sympa.

  E2010 (41)

Les Bardenas Reales : 165 km

  La boucle qui  part du parking en direction du barrage et  El Plano n'est pas la plus belle. Nous faisons demi tour et  filons à la sortie sud d’Arguedas. Il y a une entrée qui passe par le centre d’information des Bardenas Reales, (avec un  parking CC). Nous voilà enfin équipés d’une carte des pistes voitures du désert. Nous partons de là pour faire la boucle de 32 km, «  la Blanca Baja » c’est le plus beau et le plus surprenant.

Après presque 4 km, nous arrivons au Cabezo de Castildetierra, cheminée et emblème des Bardenas.

E2010 (57)Au carrefour suivant, nous nous dirigeons vers le nord, El Paso  en traversant La Blanca Alta .

Arrêt au parking de Pisquerra pour une randonnée spectaculaire, qui nous permet de voir la flore, pour la faune faudra revenir.

E2010 (75)   Nous continuons jusqu’à El Paso, ou trône une des statues  en l'honneur des bergers  qui accompagnent en transhumance leurs troupeaux de moutons aux Bardenas chaque hiver.  5 km de route pour rejoindre Carcastillo, c'est l'heure de manger sur le parking du monastère de la Oliva. Il est possible d'y  dormir également.E2010 (71) L’après midi, retour par cette même piste  pour poursuivre la boucle (Entre le carrefour et Carcastillo = 44 km au total dont 34 km de piste) E2010 (126) 

E2010 (100)

La piste continue vers El Rallon, longe le barrage de Zapata, la caserne militaire entre autre.

E2010 (120)Une rencontre sympathique et un échange photos avec un jeune vététiste, avant  le retour par la petite route qui rejoint le centre information.

bardenas2Ce site est une mine de renseignements sur les Bardenas, je vous le conseille en cliquant sur le logo ci-dessus.

Aujourd’hui, nous avons fait environ 70 km de piste.

Pour terminer la journée, nous rejoignons Tudela, après quelques courses et visite de la ville, nous revenons dormir au monastère del Yugo. Ce soir, nous sommes seul sur le parking, il a fait chaud, nous sommes à l’air et c’est très calme. E2010 (87)La pluie est annoncée, il faut profiter des Bardenas car c’est impossible d’y aller avec la pluie, demain nous ferons la partie sud appelée aussi Plana de la Negra.

  E2010 (70)

Bardenas –  Alquezar : 257 km

  Nous partons par Tudela, puis Fustinana pour faire la « Plana de la Negra ».

Ici c’est moins bien indiqué et nous nous perdons un peu dans les pistes ou plutôt chemins. Les gardes nous avaient pourtant bien renseignés mais il y a pleins de carrefours, et comme dans la partie nord, certains chemins sont  réservés aux VTT ou randonneurs.

E2010 (131)Cette partie du désert est moins spectaculaire. Nous continuons par le sanctuaire de Sancho Abarca, route au départ et large piste à la fin. Tout est fermé mais c’est  un très beau point de vue.

Nous revenons manger au village, il se met à pleuvoir, nous avons bien fait de faire le plus beau hier.

E2010 (204)

 Après environ 100 km de piste en 2 jours, cette après-midi, nous souhaitons aller à Alquezar en passant par Ejea Caballero et retrouver le bitume. Nous faisons le plein de gasoil au supermarché Simply (1,005 au lieu de 1,10 au minimum chez nous), puis direction Ayerbe, Huesca.

E2010 (147)L’arrivée sur Alquezar est magnifique.

Le village médiéval aussi, il est construit sur le canyon du Véro, ses maisons sont en pierres ou briques, ses rues s’adaptent aux dénivelés du sol.

E2010 (173)Un tour à l’office de tourisme sympa nous permet de prendre les dépliants  des randonnées locales. E2010 (202)Après la visite du château, du village, de la collégiale, nous profitons du seul petit  resto ouvert. Ils servent à partir de 20 h (C’est très tôt en l’Espagne) pour 13 € tout compris, très correct.

Ici, c’est le désert mais dans les rues, tout est fermé, il parait que les touristes arrivent le week-end.

E2010 (191)Le soir, calme et belle vue depuis le CC, sur l’église et le château éclairés. Nous sommes 5  CC.

E2010 (199)Le parking en étage est en principe interdit la nuit, mais pas de problème en cette saison et en semaine (Fontaines dans le village et sur le parking) E2010 (196)

E2010 (231)

Alquezar – Ainsa : 68 km

Descriptifs à la main, nous partons randonner en jumelant 2 randos, le chemin des passerelles (1H30) et le chemin circulaire d’Alquezar à Asque (4 h) E2010 (227). E2010 (256)Ce Ce sont 2  randonnées réputées, peu de marcheurs ou touristes, c’est vrai que la pluie menace. Des passerelles aménagées au dessus du rio Véro, des paysages uniques, des parfums de thym et de romarin, des couleurs ocres, nous sommes au milieu du parc national de la Sierra et des canyons de Guara et du parc culturel du Vero.E2010 (286)

E2010 (317)De retour vers 14 h, nous allons visiter le village médiéval de Lecina, plus au nord, en remontant le canyon du Véro.

Un arrêt au mirador del Vero nous permet d'appercevoir des vautours. Des peintures rupestres peuvent se voir dans plusieurs grottes du coin.

Le village de Lecina, maisons en pierres,  mérite le détour. Des pattes de sangliers son clouées sur presque toutes les portes, sans doute pour un pouvoir magique protecteur. Nous avons croisé un chat et 2 belges, il tombe des gouttes, nous nous sentons un peu seul, nous repartons en direction d'Ainsa. 

A Ainsa, uE2010 (330)n petit tour à l’office du tourisme du bas, un plan, des infos, on nous dit qu’il y a un grand parking en haut, des restaurants ……

E2010 (336)Effectivement, un grand parking de 1325 places nous attend. Il est presque vide comporte une grande partie sur l’herbe, idéal pour les CC, nous seront 6 pour la nuit.

N’ayant pas eu le temps de préparer ce périple, c’est avec surprise (et chance) que nous découvrons cette ville haute située à presque 600 m et déclarée monument historique-artistique.

La place Mayor avec ses arcades de style roman, son église Santa Maria sont admirables tout comme les deux rues qui partent de cette place avant de se rejoindrent. Il parait que c’est une des plus belles places d’Espagne.

  Bonne pluie le soir, un petit tour de la vieille ville magnifique même sous la pluie, quelques courses, repas au sec  dans un resto médiéval recommandé par le routard pour déguster un plat pyrénéen.

La nuit est calme, c’est gratuit (en tout cas ce jour là), il y a des toilettes à proximité alors que demander de plus !!!  

 

E2010 (367)

Ainsa – Torla : 64 km

  Nous souhaitons revisiter le village d’Ainsa Sobrarbe avec le soleil ce matin, c'est toujours aussi beau. Les jours passent, il faut avancer.E2010 (364) 

Nous quittons cet endroit magique pour le parc national d’Ordesa en passant par Boltania, Fiscal, Broto. Nous voila à Torla ou nous nous renseignons sur le parc et les randonnées à faire. E2010 (374)Tout est bien organisé, un dépliant en français,  on nous dit qu’il faut aller 8 km plus loin, se garer à Pradera, à 1200 m d’altitude. E2010 (380)De là nous pouvons partir en randonnée, 3 h pour aller jusqu’au cirque de Soaso (Gavarnie Espagnol) , plus le retour = 5 H 30 minimum nous dit on.

E2010 (394)Nous partons à 13 h, faudra pas traîner !! 500 m de dénivelé, plein de cascades à voir, une rencontre avec un grec parlant français, habitant Madrid et très sympa ….. E2010 (397)

A 18 h nous sommes de retour au parking de Pradera, nous avons marché 5 h. Retour sur Torla, visite du village, petit resto, nous restons sur le parking pour la nuit, c’est calme, quelques CC et vaches pour compagnie.E2010 (409)

Si vous désirez voir plus de détails sur ces 3 randonnées espagnoles, cliquer sur la photo de la cascade pour aller sur notre site de randonnées

 E2010 (431)

Torla – Andorre (Encamp) : 289 km

 Nous repartons de Torla vers 9 h.

Nous laissons pour une autre fois les 3 autres vallées du parc situées au nord est. Pas mal de route  pour aller jusqu’en Andorre ce soir.

Direction Ainsa puis Campo, les belles gorges de l’Eresa  « Congosto de Ventamilo », le col de Fabas à 1470 m, Noales, Pont de Suert, pique nique en surpomb  du lac de Escales. Ensuite, Pobla de Segur, le défilé « desfiladero de Collegats », E2010 (442)un arrêt à Gerri de la sal, (ses salines abandonnées, son pont médiéval, son monastère), Sort, La Seu d’Urgell. Des paysages variés, de belles vallées, gorges, des cols, des couleurs bauxite entre autre, nous arrivons en ville à Andorra. C’est dimanche, tout est fermé, impossible de se garer à Andorra la Vella.

E2010 (445)

Le GPS et la gendarmette nous envoient en direction de la France, à environ 7 km à Encamp au parking du funiculaire (Funicamp).

Le parking est en étage,  avec une rampe d’accès à fort pourcentage mais très calme et nous y serons seul. En plus, pas besoin de payer en ce moment et de toute façon gratuit la nuit. Les seuls bruits de la soirée seront les clochettes des chèvres d’à côté.

E2010 (448)

Encamp – Le Barcares : 216 km

  Quelques courses à Andorre, au centre commercial River, en direction d’Espagne. Ce centre accueille les CC la nuit (parking en contrebas) pour info le pastis 51 ou Ricard = entre 5 et 7  € le litre, le gasoil traditionnel = 0.95 €, le gasoil Premium = 0.98 €

Andorra la Vella nous déçoit, la ville est un champ de grue, dommage !!!

Pour continuer notre route passe par Port Envalira, Pas de la Case, nous mangeons au col de Puymorens (nous ne prendrons pas les tunnels) avant de rejoindre Font Romeu et Mont Louis. Nous visiterons Mont Louis et son four solaire (6 € la visite commentée).E2010 (455)

Nous passons à Villefranche de Conflent, que nous reviendrons visiter car çà à l’air très beau, puis à Prades, Ille sur Têt, Perpignan pour arriver à Le Barcarès.

Un parking en bord de plage, à coté de l’office de tourisme accepte les CC, gratuit en plus, à éviter certains jours de marché. (P CC fermé depuis )Il y a des toilettes, et un resto pizzeria à côté. La nuit est calme (en cette saison) et la mer est à 2 pas.

E2010 (472)

 Le Barcarès – Drôme : 400 km

Nous avions prévu de rester un jour mais la petite pluie du matin nous invite à rentrer après une petite ballade le long de la mer, sur la voie verte.

Nous remontons le long de la côte direction Narbonne, puis Sète pour manger le long de la mer. La nouvelle route est presque terminée, nous avons pu, à partir du parking des 3 digues (rempli de CC) revenir sur l’ancienne. Le retour se fera par Montpellier, Vauvert, Remoulins puis pont St Esprit, et la Drôme vers 19 H avec au compteur 2412 km pour ce circuit.

Si vous desirez voir plus de photos cliquer sur la photo ci-dessus pour lancer un diaporama dans une nouvelle fenêtre

Repost 0
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 19:41

Week-end randonnée en Maurienne : Du 9 au 12 juillet 2010

 rando201007100009Vendredi  9 juillet début d’après midi, départ en CC,  direction  Lyon puis Chambéry et Modane, objectif passer la nuit à Termignon, sur le parking

Pont du Châtelard, au dessus du village, en bord de rivière, point de départ de la randonnée de l’Arpont. La nuit est calme, le bruit du torrent nous berce.rando201007100036

Samedi 10 juillet : Le  groupe d’amis randonneurs arrive en fin de matinée. Un pique nique sur le parking avant de procéder au transfert de voitures et chauffeurs jusqu’au parking Bellecombe pour le retour du lendemain. Une navette existe entre Termignon et Entre Deux Eaux mais pas évident pour un groupe. Vers 13 H c’est le départ pour l’ascension de l’Arpont. Le dénivelé de ce jour est de 962 m.

La montée est raide en première partie sous les sapins et il fait très chaud. De nombreux restes de constructions en pierres et toits en lauzes, sur notre chemin, quelques unes sont restaurées, une chapelle aussi. Un peu d’orage ensuite, juste pour mouiller le poncho, nous traversons plusieurs ruisseaux qui descendent du glacier de l’Arpont. rando201007100056C’est l’arrivée au refuge de l’Arpont construit en matériaux traditionnels à 2309 m, belle vue sur la dent Parachée entre autre. Un seul dortoir pour le groupe et  d’autres randonneurs. Un bon petit repas nous attend, soupe et couscous, et tout le monde au lit, il y en a qui se lèvent encore plus tôt que nous.rando201007100105

Dimanche 11 juillet : Nous marchons sur un sentier  en balcon entre 2300 et 2500 m d’altitude.

rando201007100135Quelques plaques de neige encore, beaucoup de fleurs, (quelques grosses ancolies), rando201007100030des cascades, des bouquetins, des marmottes et des paysages sublimes, vues sur les glaciers de la Vanoise, un pique nique à côté d'un petit lac, et nous voila reparti  …rando201007100168brando201007100153rando201007100149 Il y aura encore plus de bouquetins l'année prochaine !!!...

rando201007100289Nous descendons, passons à côté du refuge d’Entre deux Eaux, rejoignons une route et remontons en direction du refuge Plan du Lac. Un petit rafraîchissement,  il faut rejoindre les voitures, encore une demi heure et nous y sommes.

Le groupe s’en va, c’était encore un très bon week-end, à bientôt, dans à peine 2 semaines, nous nous retrouvons pour le tour du Viso et pour 4 jours.

rando201007100204rando201007100352Nous prenons la douche au CC et  souhaitons aller dormir au col du Galibier (2642 m). La route passe par St Michel de Maurienne, le Télégraphe, Valloire ou un violent orage s’est abattu la veille. Nous passons la nuit après le tunnel du col du Galibier, à côté du monument Henri Desgrange.

rando201007100370

Lundi 12 juillet : rando201007100337Encore une petite randonnée juste derrière nous près du pic  blanc du Galibier, une montée raide (la descente aussi) dans les cailloux, mais là haut quelle récompense, et quelles vues : Le dôme des Ecrins, le Mont Blanc, la Meige……l’après midi ce sera le retour à la maison par le Lautaret, Bourg d’Oisans, Grenoble ……

 

Week-end randonnée Tour du Viso : du 22 au 27 juillet 2010

  r201007240000

Le tour du MONT VISO (en Italien MONVISO sommet mythique des italiens) est un tour classique des randonneurs. Il permet en 3 jours de faire le tour d'un des grands pics des Alpes (3841), avec des vues magnifiques sur le Queyras et sur la plaine du Pô.

Jeudi 22 juillet après midi, nous partons en CC en direction du Col de Cabre, Gap, Savines, nous passons la nuit à la station des Orres ou nous aurons droit à un orage à l’arrivée (Les Orres = 14 km du lac de Serre Ponçon)

Vendredi 23 juillet : nous partons visiter Mont Dauphin (repérons la possibilité de dormir sur le parking), place forte construite en 1693, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Notre route passe par Guillestre, les gorges du Guil, Château Queyras.

r201007240006Nous décidons d’aller  manger et visiter St Véran, (2040 m) le village le plus haut d’Europe (5 € le parking CC avec possibilité d’y dormir et avec services).

r201007240010

 Après la visite, nous prenons la direction du Col Agnel ou le groupe doit nous rejoindre en fin d’après midi, au refuge.r201007240029 Il fait beau mais froid, nous passons la nuit au refuge, 0° le matin, ciel bleu et la polaire sera vite de trop.

r201007240043

Samedi 24 juillet : petit déjeuner à 7 h et départ pour le col Agnel et l’Italie. Nous laissons les véhicules à Castello (1740 m). 1100 m de dénivelé pour cette première journée, et le sac à dos est plus lourd.

r201007240089La montée commence par une piste assez large, puis le sentier en lacets jusqu’au refuge Valante est bordé de tapis de fleurs, des edelweiss, des oeillets d’un rose intensif,  des joubarbes, entre autrer201007240066.

r201007240113Pique nique juste avant le col Valante (2815m), pour éviter le vent avant une descente dans des pierres et des névés. r201007240092

Une pause au bord d’un petit lac avant de rejoindre le refuge du Viso 2307m. Une vue 3 étoiles sur le Viso depuis le refuge, repas et nuit ici, temps splendide, frais le matin.

r201007240153

Dimanche 25 juillet : mêmes heures que la veille pour le levé et départ  pour le col de la Traversette 2947m, montée dans les éboulis et pierriers d’où l’on peut facilement apercevoir le col.

r201007240208En passant par le tunnel qui servait, avec des mulets, de passage de sel et  de marchandises diverses, nous évitons le col.r201007240226

 Il a été construit  en 1480 pour relier le Piémont italien au Dauphiné afin de passer la montagne plus facilement mais quel travail pour creuser un tel passage à cette altitude et à cette époque.

Un bloc de neige bloque partiellement l’entrée, il faut enlever les sacs pour pouvoir passer, se courber, mettre la frontale, le tunnel est long de 75 m environ et nous voila en Italie.

r201007240254Maintenant c’est une longue descente (900m) qui nous attend jusqu’au refuge Plan del Rey (2020m) et la source du Pô.r201007240301

r201007240278Toujours ces tapis de fleurs variées, oeillets, joubarbes par milliers, gentianes …..Pique nique au bord de la rivière et la source du Pô, bain de pieds dans l’eau froide et petite sieste. r201007240312Il faut maintenant remonter 600 m de dénivelé pour atteindre le refuge Quintino Sella pour y passer la nuit, à 2640 m. La montée est raide, longue, dans les pierres mais superbes vues sur l’autre côté du Viso, un premier lac puis un second, qu’il est beau ce lac bleu émeraude !!!r201007240318 Encore un névé à traverser, une moraine, des pierres et la récompense est là. r201007240359Dans un cadre magique, nous arrivons au refuge au bord d’un lac avec les reflets du Viso. Il est 18 h. Un accueil sympa, un repas avec choix viande ou omelette et pâtes bien sur, sans oublier une soupe minestrone.

r201007240409

Lundi 26 juillet : départ à 8H 30 (avec un pique nique préparé par le refuge) pour Castello en passant par 2 cols, Gallarino et St Chaffredeo, 200 à 300 m de dénivelé et une longue descente, du refuge Sella à Ponte Chianale, dénivelé négatif :- 1100 m pour rejoindre les voitures vers 14H30. r201007240477

  A 15 H, le groupe s’en va, il faut compter 5 h de route pour rentrer. A bientôt les amis, une super ambiance, une bonne météo, 3 nuits en refuge, un dépaysement complet, des paysages superbes, parfois lunaires, des parterres de fleurs, ….. on est déjà prêt à repartir…..

 

r201007240483Nous restons un peu plus, à partir de Château Queyras, nous rejoignons Souliers par une petite route et le lac de la Roue (1847 m) par une piste, pour une nuit calme et réparatrice. Les jambes sont un peu lourdes mais un tour du lac s’impose tout de même. Le coin est très reposant.r201007240484

r201007240511

Mardi 27 juillet : nous repartons par la route forestière jusqu’ à Arvieux, la Casse déserte, les plaques à la gloire de Louison Bobet et de Fausto Coppi, le col de l’Izoard( 2361 m), col légendaire du tour de France,  ses tables d’orientation. Il fait toujours très beau et du col, de superbes vues s’offrent à nous.

Nous rentrerons par Briançon, Embrun, pique nique au bord du lac à Cros, Gap, le col de Cabre …

 

Repost 0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 14:38

L’Ouzbékistan, un univers de rêve, un conte des mille et une nuits, une caravane, la route de la soie voilà quelques idées qui resurgissent et qui expliquent notre choix de cette destination.

P1080425L'Ouzbékistan reste un pays mal connu.

Cette ancienne république soviétique, vaste territoire d'Asie centrale essentiellement désertique, rassemble sur son territoire un peuple de nombreuses origines et de confession musulmane. Perses, Grecs, Arabes, Mongols ou Russes, l'actuel Ouzbékistan fut souvent dominé par les grands empires environnants tout au long de son histoire. Sa richesse historique et culturelle en fait pourtant une destination à part entière.

Son nom est associé à Marco Polo, Alexandre le Grand, Gengis Khan et à Tamerlan surtout, lequel a laissé après lui de grandes réalisations culturelles, artistiques et scientifiques.

Le long de l'ancienne route de la soie, en Ouzbékistan, furent érigées trois villes splendides, Khiva, Boukhara et Samarcande classées au patrimoine de l’UNESCO.

Comme pour nos autres récits, il n’est pas question ici de faire un guide touristique, mais seulement donner des informations, des ressenties… à d’autres voyageurs tentés par l’Ouzbékistan.

Si vous désirez voir plus de photos cliquer sur la photo du drapeau ci-dessus pour lancer  un diaporama 

si besoin cliquer sur Ouvrez ce contenu dans une nouvelle fenêtre et sur le mot Diaporama (en haut à gauche) 

                     

 En fin d'article : Informations générales, informations pratiques, hôtels…….

Lyon Tashkent 

C’est avec la pluie que nous arrivons à l’aéroport St Exupéry de Lyon. Formalités d’enregistrements, embarquement dans un Boeing 737 et envol pour Istanbul (environ 3 h de vol), re-décollage pour Tashkent capitale de l ‘Ouzbékistan (environ 4 h de vol). Repas complet dans chaque vol, difficile de dormir plus d’un quart d’heure. Arrivée, vers  4 heures du matin locales, assez folklorique. Pendant que nous faisons la queue au guichet de la douane, nos valises s’entassent, difficile pour les retrouver !!!

Tashkent  

Voila nous y sommes, le groupe se forme autour de Rano, notre guide. Elle  nous accueille à l’aéroport, nous arrivons vers 6 h du matin à l’hôtel. Un petit déjeuner, une visite des chambres, une douche, le circuit  « villes de légendes d’Asie centrale » commence par la visite de la capitale administrative Tashkent. Un peu à pied, un peu en bus et pour commencer  la place d’Amir Timour ou trône une statue équestre de Tamerlan,  le théâtre Navoi, symbole de l’art russe (nous ne verrons pas le lustre pour cause de congrès de banquiers).

Nous enchaînons par la visite de  la place de l’Indépendance, la plus grande place de l’ancienne Union Soviétique, entourée d’édifices publics et de fontaines.

La fête du 9 mai se prépare et la télévision est là pour un reportage. Nous acceptons de participer, nous passons à la télé à cette occasion.

P1080468bNous continuons par le monument du courage en mémoire des victimes du tremblement de terre de 1966. Un peu de fraîcheur pour la visite du métro, le premier d’Asie centrale, commencé de construire en 1972 et qui mérite une visite pour ses décors exceptionnels et différents à chaque station.

Vers midi,  premier repas, nous découvrons la cuisine ousbeke et l’ordre des plats : salades variées, soupes, choix de viandes et légumes ou boulgour, dessert. L’ordre des mets dans un menu est toujours dans cet ordre là.

Nous apprécions que  l’eau et le thé vert ou noir soient toujours compris, de même que la vodka tous les soirs.

P1080504L’après midi, la visite de la vieille ville se fait sous la chaleur, nous sommes déjà ébloui par le bleu des coupoles, des mosaïques en façades, des minarets, médersas, mosquées… Ouf, nous ne visitons pas les quelques 250, presque une par jour à la capitale. Le complexe Khast Iman, centre religieux très important, fondé au XVI  siècle,regroupe  la mosquée du vendredi, la mosquée Tellia Cheik renferme des vestiges du coran du 7 ème siècle, la médersa Barak Kan. Un tour au cœur du vieux Tashkent, les maisons en briques, en pisé, c'est très tranquille.

P1080530La ville moderne est propre, avec de grandes avenues, de grandes places, de grands espaces verts, le marché est journalier, vêtements (calottes, bottes, tissus, balais...).

Beaucoup de pains ronds appelés « non », il est chaud, croustillant, et fait l’objet de beaucoup de respect dans la société ouzbeke, beaucoup de petits fromages ronds, légumes, fruits (carottes jaunes, fraises, cerises…)

  P1080605  Pain dans un four

Voyage + manque de sommeil + chaleur + décalage horaire = fatigue pour tous. Une douche et un peu de repos avant de repartir au restaurant : ce soir au menu : crudités, soupe, Kebab de poulet et fruits + vodka.

Pas besoin de berceuse ce soir !!!!

Tashkent / Ourgentch / Khiva

DSC01940La nuit est courte, le levé est prévu à 4H30, le petit déjeuner à 5 h, nous partons  pour Ourgentch , 2 h de vol dans un petit avion (environ 600 km).

Un nouveau bus, tout neuf, le chauffeur Abdoulaziz et son aide, nous attendent.

Direction Khiva, à une trentaine de km de là. La route est droite avec un couloir bus et une ligne électrique de chaque côté, en pleine campagne.

Nous voilà arrivé à l’hôtel, situé idéalement aux portes des remparts de la ville ancienne.

Le cœur de cette ville musée, (environ 4000 personnes sur 50 000 au total) est entouré par des fortifications de plus de 2 km de long.

C’est la plus intacte mais aussi la plus reculée des villes de la route de la soie en Asie centrale.

Nous partons à sa découverte en entrant par la porte ouest.

P1080555Le week-end des 8 et 9 mai, il y a le festival Echos des siècles culturel et musical à Khiva et nous profitons des répétitions.

Après avoir payé quelques 1500 sums pour prendre des photos (ce sera le cas dans tous les ensembles du circuit), la visite commence.

Nous traversons le labyrinthe des ruelles d'Itchan Khala , classé Unesco depuis 1990 et découvrons une multitude de medersas (universités musulmanes), mausolées et mosquées, entre autre l'ensemble Mohammed Khan, le Kalta Minor, ou « minaret court », symbole de la ville de Khiva. Il aurait du être le plus haut du monde musulman. la tour Ak-cheikh-Bobo, est l’édifice le plus ancien de Khiva avec à son sommet, une plateforme et pour quelques sums une belle vue panoramique sur la ville,  la Mosquée Juma et ses 213 colonnes de bois scuptées.

La liste est trop longue pour citer tous les noms.DSC01915

Les ruelles  sont presque toutes  remplies d’artisanat local ( tissu, foulards, tapis, poupées....) et déjà quelques souvenirs entre autre ces beaux portes livres ou photos en orme ou en noyer, travaillés comme de la dentelle à la main.

Pour déjeuner,  dans une maison traditionnelle, outre les habituelles salades et soupe, nous découvrons le plov (pilaf ) local avec des carottes jaunes  et des cerises en dessert.  

Au menu de l'après midi, le Minaret Islam Khodja, le plus haut de la ville,  le Mausolée Pahlavon Mohammed, et le PalaisToshxouli.

En fin de journée un spectacle de danses Khorezmiennes (uniquement pour nous), nous n’oublierons pas ce petit garçon plein de talent et d’avenir.

P1080698b

Le repas du soir, après salades et soupe sera des pâtes à l’aneth, sauce yogourt.

Promenade digestive en ville, quelques monuments sont éclairés, que c’est beau !!!

 Khiva Boukhara 500 km

La nuit est complète et réparatrice, nous partons pour Boukhara. La route est longue à travers les étendues désertiques du Kizil Kum .Nous traversons puis longeons le célèbre fleuve Amou Daria. Le bus slalome entre les nids de poules, il y a de gros travaux pour la construction de l’autoroute de la soie, peu de circulation, essentiellement des camions turcs, Chinois, Russes…. de nombreux contrôles de sécurité également entre les régions.

La route est droite, la végétation est basse, à pertes de vue, des dunes de sable aussi.

Vers 14 h, un repas barbecue  nous attend : en entrée Somsa aux oignons et brochettes d’agneau, un régal.

Dans le désert, pour le WC il faudra se contenter de « la cabane au fond du jardin », dans  la nature ou chez l'habitant.

Après le repas petite leçon de cuisine pour la cuisson des Somsas. P1080769b

Nous voila reparti, traversons Gazli (découverte du gaz, extraction) avant d’arriver dans les plaines cotonnières irriguées au moyen des eaux des rivières qui alimentaient la mer d’Aral.

Nous stoppons et allons à la rencontre de femmes qui travaillent dans les champs de coton, séances de photos, sourires, quelques explications…

Quel accueil.

Beaucoup de mûriers également dans la région.

Nous arrivons enfin à Boukhara, la ville musée. Ce soir nous dînons à l’hôtel avec des brochettes de bœuf.

  Boukhara

C’est  parti  pour la découverte  de cette cité et ses somptueux monuments classés Unesco depuis 1993.

Le Mausolée Ismail Samani, situé dans un parc, est l’édifice le plus ancien, la Source de Job son nom provient du puit qu’il contient, la Mosquée Bolo Khaouz et son superbe plafond.

L’Ark ou forteresse, cette ancienne cité royale fut occupée sans interruption du 5 ème siècle à 1920 et détruite par un incendie, offre une belle vue sur le Reghistan. La Place Poi Kalum ou « pied du grand», la plus belle place  où se trouve 3 imposants monuments dont le minaret Kalon haut de 48m.

Nous déjeunons en ville en cours de visite et continuons  avec plusieurs médersas tapissées de faïences bleues, la Mosquée Magoki Attari du XVI ème siècle, la Khanaka.

En passant dans le marché, nous pouvons assister à la démonstration du vêtement « parandja ».

Le dîner, sur la place autour de l’étang, est sympathique et nous permet de déguster une spécialité qui s’appelle : Navrouz (nouvel an) composé de patates tomates oignons tranches de bœuf et épices.

Une famille veut à tout prix nous avoir en photo et appelle un photographe  !!!.

La promenade d’après dîner nous décevra un peu, les monuments ne sont pas éclairés, seule la place autour de l’étang est  animée. Il fait nuit et nous croisons quelqu’un qui rentre sa vache en plein centre ville, au milieu du bazar !!!

Boukhara

P1090021C’est la fête nationale, vers 7 h du matin, la télé diffuse le reportage enregistré à Tashkent, quelques uns d’entre nous se verrons.

En ville, nous  assistons à quelques manifestations (danses locales) les habitants sont venus habillés comme pour un mariage à cette cérémonie et tous peuvent apporter une fleur au monument aux morts (ici c'est la mère des morts).

Le programme continue à l’extérieur de la ville par la visite du palais de l’Emir (résidence d’été) et sa décoration d’inspiration russe  transformé en musée de vêtements, calottes, tentures murales !!!

P1090019bC'est par un labyrinthe de ruelles que nous  arrivons au Tchor Minor (Mosquée des quatre Minarets). Cette mosquée bijou, construite en 1807 ressemble à une chaise renversée c’est un édifice très surprenant.

A midi, le restaurant est dans les ruelles de Boukhara, aucune indication, on se perd, on demande, enfin on arrive, presque à l’odeur de cuisine, la salle est superbe, c’est une copie conforme de celle vue dans le palais de l’Emir. Nous dégustons des raviolis en entrée, ensuite des farcis (feuilles de vigne, poivrons, choux).

L’après midi (de 15 à 17 heures) est libre, tour en ville, achats, photos en terrasse d’un restaurant face aux minarets pour 3000 sums 

L’hôtel n’étant pas proche du centre, le bus fait des navettes pour nous emmener, merci chauffeur.

P1090060

Ce soir c’est repas spectacle, défilé de mode (robes traditionnelles) et folklore dans le caravansérail transformé en restaurant, c’est une très agréable soirée, il fait bon le soir (35° en moyenne en journée).

Boukhara / Yangikazgan

Après le petit déjeuner, nous partons pour le désert.

En route, un arrêt au minaret de Vabkent datant du XII ème siècle, un rapide tour dans un marché pour un  achat de tissu. Nous avons du mal à trouver l’atelier de céramiques que nous allons visiter. Prochain arrêt à Nurata,  position stratégique entre terre cultivée et steppe. Au sommet de la colline, les ruines de la citadelle d'Alexandre Le Grand, en bas la source sacrée,  des centaines de poissons sacrés y nagent tranquillement. C'est un lieu de pèlerinage, et comme à chaque fois un accueil très chaleureux.

Plusieurs contrôles de sécurité ou d’enregistrement du bus en cours de trajet, pour le repas chez l’habitant ce sera plov aux deux carottes et bœuf.DSC02349

P1090195bIl faut maintenant aller à Yangikazgan, à 1000 m d’altitude, la route est droite, déserte et ne semble pas monter. La végétation est toujours basse, sans arbres, seulement des poteaux électriques et des troupeaux.

Nous laissons notre véhicule pour un bus typique et très ancien,  prenons une piste sableuse qui accède au petit campement de yourtes ou nous devons passer la nuit.

Après installation  (5 ou 6 personnes) nous faisons une petite excursion à dos de chameaux au milieu des dunes du désert.

L’orage menace, le repas  sera un excellent Dimlama, au son de la musique traditionnelle du désert (guitare à 2 cordes), nous dansons.

Dans la nuit, l’orage à éclaté, fort, certains ont eu le matelas trempé. Ce sera la seule pluie oui mais  sous la yourte et dans le désert !!!

   Yangikazgan / Samarcande

Petit déjeuner sous la tente, toilette « du chat », nous sommes prévenus, les sanitaires sont rustiques, à l’extérieur, l’eau est froide. Petite ballade à pied pour observer les fleurs du désert, photos et départ pour le lac Aidarkul, en reprenant le vieux bus pour la piste.

P1090211b

Sur la route dans la steppe le bus zigzague pour éviter les tortues, s’arrête même pour les enlever, puis tout près d’une maison, une femme veut nous offrir le thé, le fromage, ils veulent nous voir, nous toucher, faire des photos.

P1090223b

Nous arrivons au lac, par une piste,  baladons d’une colline à l’autre, on ne compte plus les tortues,  des troupeaux de chevaux également …. Un 4X4 nous a rejoint pour apporter le pique nique au bord du lac, un moment calme et rigolo, assis sur nos petits tabourets rouges et bleus.

La récréation est finie, il faut quitter le désert .

L’après-midi, erreur de parcours, nous ne prenons pas la bonne route et ne verrons pas la gravure rupestre préhistorique, tant pis, nous poursuivons, la route toujours  droite est habitée par les animaux, certains y dorment.

Et voila Samarcande, cette cité légendaire de la route de la soie, qui s’approche. Chic, l’hôtel est en plein centre ville.

Repas buffet ce soir, spectacle son et lumière à 9 h sur le Reghistan, en français pour ¾ heure environ. Un peu décevant et vieillot mais il nous a permis de découvrir ce lieu magique de nuit.

Samarcande 

P1090272b

Un peu en bus, un peu à pied, c’est un grand jour. Riche en monuments historiques, Samarcande a été proclamée en 2001  seulement par l'Unesco carrefour de cultures et site du patrimoine mondial. Elle a été le carrefour des diverses routes de la soie.

P1090275b

La visite  commence par le Reghistan, restauré mais splendide, c’est le complexe le plus grandiose d’Asie centrale.

Cet ensemble de majestueuses medersas légèrement penchées, sont couvertes de faïences et de mosaïques bleues. C’est un site très impressionnant, à l’ouest,  la Medersa d'Ulug Beg était la plus grande université, en face, la Medersa Chir-Dor et la Medersa Tilla-Kari (couverte d’or), au nord est la Mosquée Bibi· Khanym. P1090337

Tout près, la visite du grand bazar est également un grand spectacle coloré. Le secteur des petits fromages ronds est bien achalandé, nous en emportons. Pour déjeuner en ville, un plov de Samarcande s’impose.

P1090367L’après midi, nous continuons par le complexe Chah  Zinda, important lieu de pèlerinage, nécropole et cimetière, site très émouvant, c’est une avenue de tombeaux, tous plus beaux les uns que les autres avec de riches façades de mosaïques ou de majoliques turquoises.

Selon la coutume, nous comptons  les escaliers en montant. Nous redescendons par le cimetière et nous ne devrons pas les remonter 40 fois les 40 marches sur les genoux  

DSC02648 

Pour terminer la journée, le tombeau de l’émir (le Gour Emir) est le symbole de la ville, l’intérieur est somptueux.

Après dîner, nous retournons en ville en solo, tout près, la statue de l’émir, le tombeau est illuminé et splendide la nuit, c’est le seul monument éclairé. Un conseil attention aux caniveaux de jour comme de nuit, il y a peu d'éclairage, ils sont profonds, nombreux et dangereux.

Samarcande / Chakhrisabz / Samarcande 300km

DSC02712Aujourd’hui, excursion au départ de Samarcande pour Chakhrisabz, ville natale de Tamerlan.

La roue est difficile, en travaux pour l'autoroute  de la soie. 

Sur la place où trône sa statut, il  y a une grande manifestation, c’est la présentation des formations techniques pour les collégiens. Là encore accueil chaleureux, à, qui nous offre à manger, nous propose des photos ….

Nous allons voir le palais blanc Ak Saraï, impressionnant par ses dimensions mais non restauré.

Il n’en reste pas grand-chose sinon la tour d’entrée de 40 m de haut dont nous ferons l’ascension par l’intérieur (140 marches et belle vue pour quelques sums)

Il manquait quelques dômes bleus pour la collection alors continuation par  la mosquée Km Gumbaz, seule mosquée dont la décoration est faite de papier mâché, le complexe funéraire .

Nous prenons le  repas raviolis chez l’habitant à 14 h.

Ici nous sommes à 500 km de l’Afghanistan. Le retour se fait par le même itinéraire et en remplacement de la visite de l’observatoire (fermé pour travaux) nous visiterons la Medersa Hodja Achor. 

Il est temps de rentrer à l’hôtel, ce soir dégustation de 10 vins locaux, à 19 h  avant le repas avec d’autres raviolis, à l’hôtel.

P1090444bSamarcande / Taschkent 300km

Au programme de la dernière matinée à Samarcande, visite du site archéologique  Afrasiab, le musée historique abrite de belles fresques découvertes sur le site, la fabrique de tapis de soie, et un arrêt rapide près de la nécropole pour les derniers achats souvenirs.

Le repas de midi est à l’hôtel, nous quittons Samarcande.

Le macédonien Alexandre le grand le Mongol Gengis Khan furent ses conquérants et Tamerlan en fit une capitale dont les dômes audacieux et les mosaïques bleues nous ont éblouis.

C’est le départ pour Tashkent, nos chauffeurs ramènent du pain réputé de Samarcande dans leur famille.

Et toujours ces routes droites, cette fois ce sont des voies rapides – autoroutes, les animaux  entretiennent les bas-côtés. Nous arrivons à l’hôtel  vers 18 h pour repartir rapidement au restaurant.

C’est le dernier repas, la dernière vodka, bon anniversaire Rano, à ta santé, à ce beau voyage et ces 1600 km parcourus. 

Tashkent / Lyon

Levé à 3 h du matin, le vol à 6 h.

Arrivés à l’aéroport, les formalités d’enregistrements et les contrôles commencent, surprises, ils ne récupèrent pas les petits papiers donnés dans chaque hôtel,  il faut  remplir un autre imprimé…..

Nous partons et arrivons avec du retard,  à Istanbul encore moins de temps que prévu pour changer d’avion.

Arrivés à Lyon, il y a foule à la douane, il manque deux valises, il manque aussi toutes celles du groupe à Paris et Nice. Nous les récupérons le mardi par Chronopost pour ce qui nous concerne.

En attendant, le  tri des photos va commencer, dur, dur  elles sont nombreuses !!!!

Remerciements :

 DSC02740A toute l’équipe de Sairam tourism

Aux chauffeurs et aide chauffeur, particulièrement à Abdoulaziz pour avoir évité les « nids de poules », les tortues, vaches, chèvres, moutons …..

Merci  Rano, ton sourire, ta patience, tes qualités humaines nous ont accompagné  et nous ont permis de découvrir et d’apprécier ton beau pays, à travers son histoire, son patrimoine architectural mais aussi par sa cuisine variée et typique à chaque région. Nous avons été touchés par l’accueil chaleureux et la générosité des Ousbecks, en ville, en campagne et dans le désert. Merci à tous pour ces brèves et sympathiques rencontres, pour ces  souvenirs et images inoubliables et cette impression de rentrer avec les yeux  bleus.

a ouzbekistan 

Nos hôtels tout au long du circuit

Tashkent : Tashkent Palace

Khiva : Asia Khiva

Boukhara :  Semurg

Samarcande : Afrociab

Yangikazgan : sous la yourte

Si vous désirez voir maintenant plus de photos cliquer sur la photo du trajet ci-dessus pour lancer  un diaporama si besoin cliquer sur Ouvrez ce contenu dans une nouvelle fenêtre 

 RAPPEL HISTORIQUE
329 avant J-C : les armées d'Alexandre conquièrent la Bactriane et la Sogdiane.
712 : les Arabes conquièrent, islamisent et arabisent la Maverounnahr, Urgentch, Boukhara et Samarcande.
Fin du IXe siècle : le pouvoir local des Samanides correspond à une période de brillante renaissance.
1220 : Samarcande est détruite par Gengis Khan. Régression des cultures sédentaires, parfois définitives. Recul de l'islam.
1360 : Amir Temour (Tamerlan) règne jusqu'en 1405 et conquiert un immense empire, qui rayonne durant le siècle des Timourides (XVe siècle).
XIXe siècle : Les troupes russes s'emparent de Tachkent puis de Samarcande et Khiva.
1865 : Tachkent devient la capitale administrative du Turkestan russe. Essor des relations commerciales entre les négociants russes et les Khanats d'Asie Centrale, induisant une nouvelle phase de développement socio-économique.
1924 : création de la République Socialiste Soviétique d'Ouzbékistan.
1991 : la désintégration de l'Union Soviétique ouvre la voie à l'indépendance de l'Ouzbékistan.
31 août 1991 : le Soviet Suprême d'Ouzbékistan proclame l'indépendance du pays.

GEOGRAPHIE
L’Ouzbékistan est un pays continental n’ayant aucun débouché sur une mer ouverte. Les 4/5 du territoire sont couverts par une steppe semi-aride et par le désert. Le pays est traversé par deux fleuves essentiels à la survie du pays : l’Amou-Daria et le Syr-Daria, qui se jettent dans la mer d’Aral. Cette dernière, en partie à cause de l’irrigation des champs de coton, a perdu près de la moitié de sa superficie depuis les années soixante.

Entouré par le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l'Afghanistan et le Turkménistan

Population : 27 ou 28 millions d’habitants Capitale Taschkent  2.7m h

Samarcande 400 000 h Boukhara 240 000 h Khiva 50 000 h

Monnaie : Sum 1000 sums = 0.50 €

 

CLIMAT
L'Ouzbékistan a un climat continental, avec des écarts de température journaliers très importants. La pluviométrie est faible, sauf sur les reliefs, où la pluie tombe essentiellement en mars avril et en septembre octobre. Les meilleures périodes pour voyager se situent donc d'avril à juin et de fin août à début novembre. L’été, la température peut être caniculaire.

ouz0686

GASTRONOMIE
Quelques spécialités :
le plov : c’est le plat national ouzbek, composé de riz sauté et de viande de mouton. Chaque région possède sa propre recette.
le chachlik : brochettes au mouton, au bœuf ou au poulet composées de  morceaux de viande et de gras.   

les laghmans : longues nouilles préparées en soupe ou sautées.
les manty : gros raviolis cuits à la vapeur et fourrés de viande et d'oignon.
Les kebabs brochettes de boulettes de viande rôtie
les chuchvara : raviolis fourrés de carottes ou de potiron.

Dimlama : ragoût de viande, de pommes de terre, d’oignons et de légumes braisés cuits lentement

Les fruits et légumes les plus consommés sont le chou, la vigne farcie, les tomates, poivrons et coings.

Tous ces plats sont généralement servis avec des nons (galettes de pain traditionnelles) ouz0760Le naan est un pain plat, fait de farine de blé et généralement sans levure, et de consommation courante. Ces grandes galettes sont décorées en leur centre d'un motif propre à chaque artisan, avant d'être enfournées et collées aux parois du four. Avec un petit tampon de bois clouté le boulanger imprime son cachet, une bien jolie façon de signer son pain.  On peut les acheter aux coins des rues, souvent présentés dans des anciens landaus. En Asie centrale, le pain est sacré et ne doit être jamais déposé par terre ou à l’envers sur la table.

Le thé, vert ou noir : la boisson traditionnelle de l’Ouzbékistan
La vodka : on la trouve partout (et on la consomme partout !!)

 

INFOS PRATIQUES
Formalités : visa obligatoire
Décalage horaire : + 4 heures en hiver et + 3 h en été
Téléphone : Ouzbékistan France : 8 10 + numéro du correspondant sans le 0. 

Internet dansCafés : 1000 à  2500 sums/h 0.50 à 1.25€/h
Vaccination : pas de vaccination obligatoire.
Courant électrique : 220 volts.

DSC02303b

QUELQUES CHIFFRES
Superficie : 447 400 km²
Capitale : Tachkent (2,5 millions d'habitants)
Population : 27 millions d'habitants
Religions : Musulmans (88%, essentiellement sunnites), catholiques orthodoxes (9%)
Langues : L’ouzbek est la langue la plus répandue avec 75 % de la population la parlant, le russe est la langue maternelle de 14 % de la population, mais serait parlée par près de 50 % de la population.

Gouvernement : République Date d’indépendance : 1 septembre 1991 (URSS)

Ouzbekistan crestois
 
Repost 0
Published by alain26 - dans Ouzbékistan
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 07:20

AS0232

Pourquoi visiter l'Équateur ?

L'Ecuador, le plus petit des pays andins, le plus densement peuplé, se compose de trois régions bien différentes. Adossé à la Cordillère des Andes, il regorge d'une étonnante variété de paysages: ses splendides monuments religieux, les hauts plateaux andins et ses villages pittoresques où le temps semble s'être arrêté, l’Amazonie et ses moments inoubliables au sein d'une nature authentique, la côte Pacifique et ses iles. Ce pays offre un cadre contrasté d'innombrables beautés naturelles, de belles rencontres avec une culture formidablement vivante. En quelques heures  on passe des 5000 mètres au bord de la mer.  Il est possible de se rendre en une journée de car de Quito à la forêt amazonienne.
Dans la forêt, sur la côte,  on peut observer différentes espèces d’oiseaux, de poissons, des milliers d’espèces de fleurs, plantes, arbres, y compris orchidées, sans parler des papillons, et tout le reste.
Cette biodiversité ne pouvait qu’apporter  une grande diversité culturelle. Treize nationalités indigènes ont survécu après quelques siècles de pressions extérieures. Et elles sont vivantes et fières de leur langue et de leur culture.
Il y a eu aussi la domination espagnole qui a laissé derrière elle beaucoup de traces, entre autres le Centre colonial de Quito, de Cuenca . Et puis il y a la 4 ème région les Galapagos, elles sont là, en pleine mer, peu de gens savent qu'elles sont équatoriennes, il nous faudra faire un autre voyage pour elles. 
Comme pour nos autres récits , il n’est pas question ici de faire un guide touristique , mais seulement donner des informations, des ressenties… à d’autres voyageurs tentés par l’Equateur.

                                                           Voyage effectué en mars_avril

                                En fin d'article : Informations générales, infos pratiques, hôtels.

 Si vous désirez voir plus de photos cliquer sur la carte du trajet ci-dessous pour lancer  un diaporama 

 AS0000

France  Lyon – Madrid – Guayaquil – Quito

Nous arrivons juste à temps à  Lyon, aéroport de départ pour les formalités d'enregistrement, nous nous envolons pour  Madrid avec la Cie Iberia. C’est la Cie LAN qui prend le relais pour le vol Madrid/Quito, avec une escale à Guayaquil. Il faut changer d’avion, prendre celui de Guayaquil-Miami et qui nous déposera à Quito (+ de 2800 m d’altitude) 16h après notre départ de Lyon (escales comprises)

Quito  / Ligne équinoxiale  / Quito

Arrivés à Quito vers  8 h du matin, Gustavo, notre guide et Galo notre chauffeur nous accueillent et nous emmène  à l’hôtel. Nous disposons d’un petit moment pour poser les valises dans les chambres immenses, nous enchaînons  sur le programme, il fait beau, déjà il faut repartir en oubliant le décalage horaire (6 h) et le manque de sommeil.

En route, quelques informations nécessaires et utiles au déroulement du circuit "découverte naturelle", parmi les plus importantes :

-  En Equateur pas de stress

-  Les notions du temps ne sont pas les mêmes que chez nous, un quart d’heure équatorien n’a pas la même valeur, le temps est « élastique »  !!!!AS0113    

AS0060Pour débuter, visite du musée de la banque centrale, le  vieux Quito, la place de l'Indépendance, coeur névralgique du Quito colonial, où on trouve le palais présidentiel et l'hôtel de ville. L’église de la Compagnie de Jésus, le joyau de Quito, commencée en 1605,  fut achevée 170 ans plus tard, la décoration de style baroque est chargée : pas moins de sept tonnes d'or ont été nécessaires à sa réalisation. La cathédrale Primada, est un édifice mélangeant les styles gothique et néoclassique. L'intérieur, un peu kitch, est surprenant.

Nous déjeunons dans un restaurant local à 14 heures (beignets de maïs, porc accompagné de banane et avocat)

AS0084Au programme de l’après-midi, Latitude 0 “La Mitad del Mundo” Le monument en forme de monolithe est situé sur la ligne de l’équateur à une vingtaine de kilomètres an Nord de Quito. Au XVIIIe siècle, l'équipe scientifique dirigée par Charles de la Condamine, détermina le tracé de la ligne imaginaire de l'Equateur.

Comme tous les visiteurs, nous nous amusons à passer d'un hémisphère à l’autre, beaucoup de photos dans ce lieu simple mais particulier , nous pourrons vérifier que vers le Sud, l'eau s'écoule en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre, alors que dans l'hémisphère Nord l'eau se vide en tournant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre !! AS0076 Nous revenons sur Quito, visitons la basilique de la Merced, un des derniers édifices religieux construits pendant la période coloniale. Elle allie le style baroque et mauresque, avant de faire une très intéressante ballade à pied sur les hauts de Quito.

De là,  vue panoramique splendide et idéale pour se faire une idée générale de la ville, entourée des volcans Pinchincha, Cotopaxi, Antizana et Cayambe, qui forment un contour andin majestueux.

Nous redescendons en ville  place de la libération et le dîner en ville (soupe de pomme de terre et crevettes coco riz) et retour à l'hôtel, 3 pièces composent la chambre et permettent une nuit réparatrice.

Quito  / Calderon / Otavalo / Laguna  Cuicocha  (120km)

Départ pour Otavalo, un arrêt dans le village célèbre de Calderon, pour l’artisanat de pâte à pain, nous profitons d’un petit marché local pendant la vente, passage devant le volcan Cayambe (5790m) et le lac San Pablo et ses roseaux.

AS0150Nous  continuons vers Otavalo (2500 m d’altitude et 150 km de la Colombie et des farks).

Cette ville paisible et prospère dans le nord de la Sierra, est réputée pour son marché artisanal.

Le plus grand, le plus coloré et le plus fréquenté d'Equateur.  (ponchos, tissus, tapisseries, vêtements divers, chapeaux) premiers achats, premiers souvenirs. AS0164

Un peu plus loin c'est le marché des denrées alimentaires. Nous sommes étonnés par la variété de fruits et légumes. L'Equateur, de par sa position géographique, jouit d'un climat idéal pour l'agriculture. La terre est fertile et la plupart des productions peuvent se réaliser toute l'année : maïs, bananes, cacao, avocats, agaves, roses, quinoa, patates, nous découvrons les tomates d'arbres.

Nous sommes sur la célèbre route Panaméricaine.   Nous allons visiter un atelier artisanal de laine d’alpaga et le travail des tisserands.

Un déjeuner typique chez des indigènes à la casa de Cosequimbo qui portent tous la tresse avec un groupe de musiciens local   (dégustation de cuy, soupe maïs + poulet patate + tomate arbre en dessert suivi d’un digestif chaud Erbido = Mure + alcool sucre de canne)  avant le départ pour la lagune de Cuicocha. Nous effectuons une petite randonnée qui surplombe le lac (pays des ours à lunettes),c'est une réserve écologique avec un petit musée à 3100 m d’altitude. Du temps libre nous permet de déambuler dans le village de cuir de Cuicocha.

L 'hôtel d’Otavalo, près de la panaméricaine très circulée, se trouve dans un cadre très agréable.

 

Otavalo  / Papallacta / Baeza / Punta / Amazonie (300km - 6h de route + temps de pirogue)

Depuis notre arrivée c’est toujours grand soleil, le départ est fixé à 7H30. Les consignes ont été données la veille, pour l’Amazonie, prendre un petit sac pour les 2 jours  (nous ne pouvons pas emmener les valises dans la pirogue). Nous prenons  la route qui remonte la Cordillère des Andes jusqu'à 4150m, sommes toujours près de la Colombie mais peu de contrôles, photos de volcans dans la région de Calliende, arrêt au col à 4000 m à la chapelle Reina del Peramo.

C’est la fin du district de Quito, nous arrivons en Amazonie . Un arrêt au thermes de Papallacta, une baignade curative de plus d’une heure dans les eaux thermales à 3300 m  (vertues soignantes: l’arthrose, rhumatismes) Plusieurs bains, les températures de l’eau  vont de 30° à 47°avec en toile de fond, les sommets d'un volcan.  Nous atteignons Baeza, dégustons un déjeuner de spécialités (soupe de banane cuite et truite) avant la descente vers le bassin de la forêt amazonienne...par une route boisée, sinueuse, souvent en plaques de béton. La forêt est dense, quelques maisons isolées, des enfants, des vaches et veaux.

HS0323Dans 2 h (Equatoriennes !!!!) nous prendrons la pirogue pour rejoindre notre lodge. Nous arrivons à l’heure, par une piste à La Punta, et embarquons à bord de pirogues en direction d'Ahuano et du lodge Casa Del Suizo en bordure de la rivière Napo qui se jette dans l' Amazone. Les femmes font la lessive dans le fleuve.C’est ici que se construira le nouvel aéroport amazonien.

1/2 d’heure de pirogue avec notre petit sac pour 2 jours et nous voila dans le lodge, au milieu de milliers de fleurs et plantes, un apéritif frais pour la première fois  (curaçao + citron vert, alcool de cane ou rhum, sucre roux) nous sera servi. Ici les repas sont  sous forme de buffet, au bord de la piscine dans un cadre paradisiaque, la chaleur est humide, il faut s’habituer.

Amazonie

HS0337Pluie et orage dans la nuit, réveil par les oiseaux, grasse matinée aujourd’hui, départ à 9 h en pirogue jusqu’au départ de la ballade, après avoir pris les bottes prêtées  par l’hôtel, les gilets de sauvetage.

Nous voila équipés pour aller dans la jungle, avec David, guide local,  à la découverte des fleurs, plantes, arbres de l’Amazonie, ( le roucou arbre à maquillage, l'arbre fourmi citron,  palmier ail pour n'en citer que quelques uns…) les plus courageux jouent à Tarzan .

AS0322Une première approche de cet univers  tropical et sauvage qui abrite en son sein une vie humaine, animale et végétale très riche. Nous aimons beaucoup cette promenade dans la jungle et  la rencontre avec les indigènes. Il pleut, il fait chaud  c’est le temps local  alors !!!!!AS0452

Pour revenir, la pirogue nous attend mais la possibilité de construire et rentrer sur un radeau est proposée, et adoptée , ce sera un moment très sympa et unique

 

L’après midi,  balade dans le village indigène d'Ahuano et ses maisons traditionnelles sur pilotis. Un moment passé à l’artisanat d’argile peint et cuit, (tout les matériaux étant pris dans la forêt), une démonstration de sarbacane;  démonstration et dégustation de la chicha, faite ici avec du manioc écrasé. Retour au lodge pour un petit bain dans la piscine avant le dîner buffet.

 

Amazonie / Punta /Puyo / Riombamba (280km - 6h de route)

AS0497Départ  en pirogue pour retrouver le bus laissé à La Punta , nous partons par la forêt jusqu'à Puyo, capitale de la province Pastaza. Juste après et en face de la visite de  l’artisanat  de bois de balsa (oiseaux, tortues…)  nous dégustons divers produits à base d’alcool de canne. Dans une auberge de Puyo, le déjeuner est composé de soupe de lentilles et de tilapias (poissons locaux) accompagnés de banane

Nous traversons le village de Shell, la route escarpée, en balcon, elle suit les gorges du rio Pastaza, elle est bordée de milliers d’orchidées Catleya roses hautes d’un mètre.

 

 

Arrêt photo au  « pailon del diablo » chaudron du diable avant de prendre  la nacelle pour  un aller retour sur le canyon et une grande cascade.

HS0511La nacelle glisse le long d’un câble de 450 m de long, le pilote contrôle à distance les manœuvres à l’aide d’un moteur de camion et d’une poulie. Impressionnant et sympathique moment, nous sommes à une centaine de mètres au-dessus des cascades. 

Un arrêt à Baños, pour la  visite d’un atelier de tagua (ivoire végétal), nous allons en ville , assistons à une manifestation en allant visiter la cathédrale et la place avant de reprendre la route pour remonter l'allée des volcans.

 

Nous nous arrêtons pour attendre une éventuelle éruption du  majestueux Chimborazo  mais il a la tête dans les nuages.

Nous filons jusqu'à la ville de Riobamba,  petit arrêt photo de tomates d'arbres en route. Il est tard et nous arrivons de nuit à l’hôtel . le diner sera accompagné d'un petit spectacle musique des andes.

 

Riobamba / Train des Andes / Ingapirca / Cuenca (285km - 6h30 de route)

AS0595

Levé matinal à 5 h, le train des Andes part à 6H30. Le petit train du Nez du Diable est fermé pour 6 mois en raison de travaux de réhabilitation entrepris sur la voie ferrée Alausí-Riobamba et il est désormais interdit de voyager sur le toit suite à des accidents . 

HS0670Émotions garanties dès l'embarquement à Riobamba, à la découverte de cette merveilleuse cordillère, jalonnée de canyons d'altitude, de vallons verdoyants et de volcans sacrés. Cette façon de voyager permet d’approcher la vie quotidienne des habitants et d’admirer des paysages étonnants de diversité.

E0761Les chiens effrayés courent après le train, les nombreux animaux le  frôlent  malgré la corde qui les attache et le klaxon qui n’arrête pas.

En route, premier arrêt à la lagune de Colta, et à église de Balbanera la première construite en équateur en 1534. Un deuxième arrêt à  Guamote, nous permet d’approcher les indigènes qui préparent la fête de Pâques. Nous sommes les seuls touristes dans ce village typique. Arrivée à la gare de Palmira vers 10h après plus de 100 km ,nous descendons du train et retrouvons le bus, en route pour  Alausi et son marché coloré et typique indigène .

Au menu du repas  soupe de quinoa, goulasch riz banane.

Un tour au marché couvert avant de repartir, en route nous assistons à une procession pour les Rameaux. E0992Une visite s'impose à la forteresse Inca d'Ingapirca à 3200 m, elle date de 1450 et est composée de 2 parties : Inca et Canari.

Ce soir, nous devons aller jusqu'à Cuenca, le chauffeur nous fait gagner du temps en prenant une piste raccourcie en pleine campagne.

Voila nous y sommes, pour l'heure du diner, ce soir c'est soupe à la tomate. AS0750

Après, sur la place principale nous pouvons assister à la fin de l’office des rameaux. 

Cuenca / Guataquil (200km - 4h00 de route... équatoriennes)

E1022bCe matin,  visite de cette ville coloniale au programme : musée de la banque et des cultures, cathédrales, marché couvert, aux fleurs, la place. Visite également de la fabrique des chapeaux de Panama, mais oui le Panama comme son nom ne l’indique pas est d’origine équatorienne. Le tissage des chapeaux est fait dans les villages autour de Cuenca et le travail de finition se fait dans cette usine. Il faut de quelques jours de tissage à 6 mois, selon la qualité du chapeau, et compter de 15 à 280 $ pour en acheter un.

Le déjeuner a lieu dans une famille d’archéologues en ville: soupe tomate crevettes + poulet et frites de manioc au menu.

La route pour Guayaquil est longue, elle passe  par le parc national de Guayas (piscicultures, truites arc en ciel)  passer les Andes, le col à plus de 4000 m est dans le brouillard,  la route est en travaux. Nous devons stopper plusieurs fois,  la circulation est alternée (parfois presque une heure) mais les locaux ont tout prévu, ils font à manger ou vendent leurs produits aux endroits stratégiques. Nous en profitons pour déguster les Humitas (mais écrasé + œuf + fromage, en papillote).

La végétation est luxuriante, dense  (fougères, mousses) comme en amazonie. Après une longue descente des Andes coté ouest dans le brouillard, nous traversons des plantations de café, bananier, cacao … et arrivons à Guyaquil, pas de temps pour la douche, il faut se mettre à table à l'hôtel .

   

Guayaquil / Puerto Lopez (200km - 4h de route équatoriennes)

AS0868Le départ pour Puerto Lopez est fixé à 8H30 et passe  par Salinas et la route du soleil le long du Pacifique.  aujourd'hui c'est avec la pluie. Arrivés à Puerto López pour le déjeuner de spécialités locales au restaurant (le fameux Ceviche de poisson) . Ballade dans ce village de pêcheurs, assistons à l' arrivée de certains, repérons un CC français garé dans une rue, laissons notre adresse.

Nous aimons beaucoup ce village typique, nous y reviendrons  demain, notre écolodge est à un quart d'heure de route à Puerto Rico, également dans un cadre paradisiaque, au bord du Pacifique, la température de l'air avoisine les 40°

L’eau de l’océan est supérieure à 25° et celle de la piscine à plus de 32°. Le soir, un apéritif cocktail rhum, glace passion est apprécié de même que le potage, poulet calamar riz.

Oui pour aller en Equateur, il vaut mieux  aimer les potages.

 

Puerto Lopez / Ile de la Plata / Puerto Lopez

Avant de prendre la mer pour l'Ile de la Plata qui fait partie du parc national Machalilla,  nous assistons à nouveau  au retour des pêcheurs, leurs bateaux sont escortés de pélicans, mouettes...assez amusant comme spectacle matinal !

Une traversée d'1h30 environ pour rejoindre l'ile dite "Galapagos du pauvre" en bateau à moteur avant de découvrir les premiers habitants (oiseaux, tortues géantes,) de l'île de la Plata. colibri

On y trouve en effet pleins de fous à pattes bleus, fous masqués, pélicans, frégates...

Nous optons pour le circuit qui dure environ trois heures, mais il fait très chaud (surement environs de 40°).Nous pouvons voir un colibri. 

Un sentier de découverte permet de passer à proximité des sites de nidification des fous à pattes bleues ainsi que des frégates, nous sommes à quelques centimètres d'eux. AS0936Le fou à pattes bleues est un des oiseaux de mer à l'allure la plus amusante. Ceci en raison de la combinaison étonnante de ses larges pieds palmés d'un bleu vif.

  L'oiseau ci-dessous noir et blanc est un fou masqué (sula dactylatra)

.E1247

Au retour de la randonnée, vers 15 h, déjeuner sous forme de panier repas sur l'île avant un arrêt au large des côtes. Avec ou sans masques et tubas, nous  pouvons voir de très beaux poissons aux couleurs étonnantes.

C'est le retour sur Puerto Lopez,  nous avons la chance d'observer des dauphins, pour les baleines c'est seulement de fin juin à septembre.

Pour diner à Puerto Rico :soupe de mais, crevettes et riz 

Puerto Lopez  / Guayaquil 

E1313Départ pour le village-musée d'Agua Blanca  puis pause baignade sur une des plus belles plages d'Equateur.

La plage de Los Frailes, sauvage, au sable blanc en forme de fer à cheval, est accessible par une piste. Nous allons à pied jusqu’au mirador puis revenons manger à Puerto Lopez. Nous agrémentons le repas de Gambas achetées aux pêcheurs le matin, complétons les achats (timbres à 2.25 dollars l’un !!!).

L’après midi est à l’hôtel (au choix bain dans le Pacifique, piscine, ballade dans le village, coucher de soleil …) Il faut aussi faire les valises

 

Guayaquil /  France

E1401Nous partons  à 7H30 pour Guayaquil , par la même route qu’à l’aller, cette fois sous le soleil, pour la visite

 de la ville. C'est la première ville en population et considérée comme capitale économique. Sa Cathédrale moderne, son parc envahi par les iguanes, la Torre Morisca, la Rotonda, le Malecon 2000 à l’architecture moderne, une promenade au bord de l'estuaire du fleuve Guayas. E1410

La colline Santa Anna et son phare Pour l'atteindre, il faut monter environ 500 marches, sous la chaleur. L'escalier est  bordé de cafés, boutiques, galeries d’art et artisanat local. La rue Las Penas mérite le détour aussi.

C'est le dernier  repas à Guyaquil , nous prendrons la soupe des 12 apôtres = 12 féculents  faite pour Pâques.

A côté se tourne un film série comique , dans le groupe, un anniversaire, c'est sympa de le fêter ensemble.

Galo nous attend pour le transfert à l'aéroport, Gustavo nous "abandonne"  aux  formalités d'enregistrement, il faut payer une de la taxe de 28.27 dollars pour quitter l’équateur.

Après un contrôle de douane par tirage au sort (assez musclé pour certains, ou certaines) nous embarquons et nous envolons à destination de la France. Malgré le retard pris au départ, nous arrivons  à Madrid à 13H45 , nous pouvons avancer notre avion pour Lyon à 15H30 au lieu de 20H50, (merci Iberia) nous sommes à Lyon vers 17 h

 

Ainsi s'achève, après 2500km de routes, pistes, 120km en train, quelques kilomètres en pirogue et radeau, sans oublier la nacelle et les kilomètres à pied, notre voyage en Equateur, pays aux mille et une couleurs..

 

REMERCIEMENTS

gustavoA toute l’équipe de Contacts tours, à Gustavo notre guide qu'il est possible de joindre par Email : Pfeilmoncayo@hotmail.com     

et par son site  www.verdeecuador.jimdo.com ,

à Galo notre chauffeur.

Vos compétences professionnelles, votre très bonne pratique du français, votre sens de la convivialité nous ont permis de découvrir et d’apprécier votre pays, sans stress, avec des souvenirs et des images inoubliables

 Quelques informations :

Population : 13 600 000 habitants.
- Superficie : 283 560 km², soit environ la moitié de la surface de la France
- Capitale : Quito (2 millions d’habitants). Guayaquil reste la plus grande ville avec près de 3 millions d'habitants, et le premier port équatorien.
- Langues : espagnol : 93 %, quechua : 6 %, shuar et autres : 1%. Mais beaucoup d’indiens sont bilingues espagnol-quechua.
- Composition ethnique : métis : 60 % ; Indigènes (Amérindiens) : 30 % ; Blancs : 7 % ; Noirs : 3 %.
- Monnaie : le dollar américain (qui a remplacé le sucre en septembre 2000).
- Régime : République, régime présidentiel.
- Religion : catholique (plus de 80 %) ; protestants,  animistes
- Chef de l'État : Rafael Correa (Allianza Pais, gauche) depuis novembre 2006.
- Sites inscrits au Patrimoine de l'Unesco : la vieille ville de Quito, les îles Galápagos, le parc national Sangay et le centre historique de Cuenca.

- Prix du gasoil, vendu au gallon (3,7L) mais beaucoup moins cher: 1$, ce qui fait 0,22€ le litre

Le pays comprend quatre grandes régions dont nous avons pu découvrir les 3 premières.

- La côte ouest est une région côtière chaude et humide. Elle forme une longue plaine, s’étalant des versants de la cordillère des Andes jusqu’à l’océan Pacifique. 

- La Sierra est une région de la cordillère des Andes présentant deux chaînes parallèles de plusieurs volcans de plus de 5 000 m. Chimborazo (6 310 m), le plus majestueux le Cotopaxi (5 897 m). L’altitude moyenne du haut plateau andin est d’environ 2 500 m. Les précipitations sont faibles et les températures moyennes. 

- L’Amazonie est une région peu accessible, peu peuplée, sillonnée de différents affluents du fleuve Amazone. Cette région au climat extrêmement chaud et humide ne connaît qu’une seule saison. Cette région représente la moitié de la superficie totale du pays. 

- Les Îles Galápagos sont un archipel considéré comme patrimoine de l'humanité pour la diversité de ses espèces. 

 

Infos pratiques

 • Formalités : Passeport en cours de validité.

• Santé : Aucun vaccin obligatoire - Etre à jour pour le DTP - vaccins fièvre jaune, hépatites A et B recommandés - Traitement antipaludéen à certains moments de l’année et certaines régions

- • Monnaie : 1 Euro = 1.27 $ dollars en avril 2010

• Décalage horaire : 6 heures l’hiver, 7h l’été

 

Nos hotels

• QUITO : Hôtel Reina Isabel 3*

• OTAVALO : Hôtel El Indio 3*

• AMAZONIE : Lodge Casa Del Suizo 4*

• RIOBAMBA : Hosteria Andaluza 4*

• CUENCA : Hôtel Inca Real 3*

• GUAYAQUIL : Grand Hôtel 3*

• PUERTO LOPEZ : Hôtel Ecolodge Andaluz 3*

Documentation

Equateur et Galapagos Biblio du voyageur Gallimard

Equateur carnets de voyage Le petit futé

AS0154

 Si vous désirez voir plus de photos cliquer sur la photo pour lancer  un diaporama 

 

  Equateur crestois
 

Repost 0
Published by alain26 - dans Equateur
commenter cet article

Notre Site

  • : Blog alain26 Voyages en camping car
  • Blog alain26 Voyages en camping car
  • : Voyages dans divers pays du monde
  • Contact

Site randonnées

Cliquez sur cette image pour

 

r201007240097

 

notre site randonnées 

Rechercher Dans Ce Site

Présentation Alain

        Alain et Hélène : 
Nous pratiquons le camping car (en plus de la randonnée) depuis plus de 30 ans . Nous avons pu découvrir par ce moyen : L'Espagne (3fois), Le Portugal, l'Irlande, la Tchéquie, l'Autriche, l'Italie (5 fois),la Sardaigne, la Croatie,la Slovénie, la Turquie (2 fois), la Grèce (14 fois et une trentaine d'îles), l'Albanie,Pays-Bas et bien sur des régions de France: Bretagne Normandie,Auvergne, Jura, Camargue, Cote d'Azur, Oléron, Ré....

Les voyages plus lointains, généralement sous la forme de circuit en 4x4, 6x6,voiture et bus nous ont permis d'apprécier le : Maroc (2 fois),la Tunisie (2 fois),la Libye, les Baléares, les Canaries Ténerife et  Lanzarote , Madère, Malte, l'Egypte (2 fois), le Mexique, le Sénégal, le Vietnam, le Cambodge, la Chine, l'Inde, le Pérou ,la Bolivie ,le Myanmar (Birmanie) ,l'Equateur ,l'Ouzbékistan, le désert blanc en Egypte, Singapour, l'Indonésie Java, Bali, Sulawesi ,le Laos,
mais aussi Oman Dubaï Abou Dhabi,le Yunnan en Chine , Cuba, Iran et dernièrement le Bhoutan, le Japon et la Colombie

Il nous reste encore beaucoup de projets, de rêves.la Jordanie,l'Ethiopie, la Réunion....et en CC Chypre, la Roumanie, les pays Baltes, la Sicile ...

Image-241.jpg

Choix de la langue

Cliquer sur le drapeau pour lancer traduction automatique

Anglais

800px-Flag of the United Kingdom.svg 

 

 

 

Allemand

134px-Flag of Germany.svg

 

 

 

 

Grèce

drapeau-grec

 

Espagnol

120px-Flag of Spain.svg

 

 

 

 

Italien

italie

Compteur origine des consultations