2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 13:29

Aout - Septembre  2017

Depuis longtemps, nous souhaitions aller en Sicile, nous avions déjà cartes et guides. Plus grande île de la Méditerranée, la Sicile semble géographiquement marquée par le chiffre 3 avec ses 3 pointes lui donnant une forme de triangle, ses 3 principales chaînes de montagnes, les 3 mers qui l’entoure, les 3 km du détroit de Messine la séparant du sud de la botte italienne.

C'est est une région autonome d'Italie, son chef-lieu est Palerme.  C'est la région la plus étendue. Elle est également la seule région italienne à compter deux des dix villes les plus peuplées du pays : Palerme et Catane.

Le drapeau de la Sicile, la gorgone à trois jambes (Trinacria), représente les trois pointes de l'île, pointe ouest de Trapani-Marsala, pointe nord-est de Messine et pointe sud-est de Syracuse.

En Sicile,  impossible d’ignorer les volcans. L’Etna est le plus grand de l’archipel et le plus grand d’Europe. Mais l’Etna n’est pas le seul volcan sur ces îles, le Stromboli et le Vulcano dans les Lipari fascinent également à chacun de leur réveil.
Oublions ce que l’on associe en premier lieu à la Sicile : la mafia, Al Capone et le grand classique du cinéma « Le Parrain », partez avec nous à la découverte de cette ile et de ses habitants  plus accueillants que l’on ne pense.

Ce récit de voyage en camping car (comme les autres) ne se veut pas pédagogique, complet ou ethnologique et n'a pas vocation à remplacer votre guide de voyage traditionnel. Il veut juste transmettre des impressions, purement subjectives sur des lieux, des événements, des personnages ….

En fin d'article Informations pratiques Aires CC, parking,.....

Drôme – Borgo San Dalmazzo Cunéo 315 km

Cap à l’Est puis au Sud vers 11 h le matin,  direction l’Italie par le col de Cabre, pause repas à Luc en Diois, puis Barcelonnette pour plein de gasoil moins cher. Petit arrêt au col de Larche,

descente des nombreux lacets, nuit à Borgo San Dalmazzo, juste avant Cunéo, sur l’aire à côté de la voie ferrée et des stades ou se déroulent entrainements et matchs.

Borgo San Dalmazzo - Scarlino 445 km

Après une nuit sans train, cap au Sud, objectif du jour encore cette année, rejoindre les enfants en vacances à Scarlino en Toscane.

Ce village est en contact avec notre ville jumelle en Allemagne.

Petite visite du village médiéval, son château, ses ruelles

puis détente en famille à la piscine du camping. Happy birthday Christèle, la nuit sur le parking du château éclairé est très calme.

Scarlino Paestum 551km

Dernier regard sur le château avant un long trajet

Nous arrivons au palais royal de Caserte ou « Reggia Di Caserta » (12€ château + parc) situé au nord de Naples.

Le palais royal de Caserte fut une résidence de la famille royale des Bourbons de Naples.

Parfois appelé la Versailles de l’Italie, le monument compte non seulement un somptueux palais vaste de 61 000 M2, mais aussi un grand parc et jardin aquatique, des bois et des pavillons de chasse. C'est la plus grande résidence royale dans le monde.

C’est un des monuments italiens les plus visités, dont le jardin est un des plus vastes de la Campanie. Une véritable randonnée nous attend.

Il est inscrit su patrimoine de l’humanité par l’Unesco.

L’édifice est structuré autour de quatre grandes cours internes. Le parc, inspiré de ceux de Louis XIV, fut aussi imaginé et réalisé par Vanvitelli. Celui-ci s’étend sur 120 hectares, une partie gravit la colline. Une longue allée, qui fait face à la façade arrière du palais, est agrémentée de fontaines, bassins et cascades.
Afin d’alimenter en eau les bassins, un aqueduc long de plusieurs kilomètres fut réalisé. Les  salles sont finement décorées et l'on en compte plus de 1200 !

L'année dernière nous n’avions pas vu les temples de Paestum éclairés,

afin de réparer cela, c’est sous les oliviers du même agritourisme que nous passons la nuit

Promenade jusqu’aux temples "by night", avec en prime un feu d’artifice.

Paestum - Palmi  451 km

L’agritourisme possède un bon parc de bufflonnes pour faire la mozzarella, nous allons leur faire un petit coucou.

 cap au sud par autoroute gratuite, jusqu’à la sortie Paola pour longer la côte.

Arrêt à Tropéa en Calabre, le village est perché sur une falaise qui surplombe la plage bondée.

Sur l'îlot face au village se dresse le sanctuaire bénédictin de Santa Maria dell'Isola.  Le tour du capo Vaticano s’avère galère, la route est étroite, nous devons rabattre les rétros dans un village. A Palmi, nous sommes en bord de plage pour la nuit, face au Sromboli, la mer est bonne, la baignade s'impose.

Palmi – Sapienza ETNA  164 km

 

 

La Sicile est en vue. A San Giovanni, à 10 h du matin, un bateau nous fait traverser le détroit de Messine en une petite demi heure (le fourgon + 2 personnes A/R = 96 € au lieu de 58 € simple aller).

L’office de tourisme de Messine confirme,  la météo sera bonne pour l’Etna demain. Nous profitons de cette chance, et décidons de commencer par le plus grand volcan d’Europe, après avoir visité Taormina sur notre route. Un peu difficile pour le parking (cher pour les CC 20 € pour 4h !!), nous trouvons le long de la route.

Perchée sur une falaise à 200 mètres de hauteur, fondée en 403 av. JC par des exilés grecs de l’île de Naxos, rasée par Syracuse, grecque elle même, mais impérialiste, la ville fût reconstruite et adorée par les romains. Taormina est  un balcon sur la Méditerranée avec différents points de vues  magnifiques.

Dommage que les boutiques de souvenirs, restaurants et bars envahissent les rues de Taormine qui sont un atout touristique de la ville, avec les arriérés gouts architecturaux du passé ibérique, de l’occupation aragonaise, puis castillane et espagnole. Après la cathédrale, et le Duomo de San Nicolo, pas difficile de trouver le théâtre (10€),

il n’y a qu’à suivre la foule.  Il nous déçoit un peu mais nous devenons difficiles après Epidaure et Aspendos.

Il a été  transformé par les Romains au III siècle. Situé dans la partie plus haute de la ville, il donne complètement sur la mer, la baie de Naxos et l' Etna. C’est un des plus beaux panoramas de l’île.

En passant par Giarre, Milo, nous allons pour la nuit au « Rifugio Sapienza » à 1800 m d’altitude.

Nous arrivons vers 17 h, plus personne à la caisse,  pas d’info pour le lendemain, horaires et tarifs du téléphérique, 4X4, guide…. Nous verrons demain matin, en attendant promenade dans les petits cratères juste à côté.

ETNA Sapienza - Oliveri  123 km

Nuit calme et fraiche, un peu avant 9 h, nous sommes les premiers dans le téléphérique pour: 30 € téléphérique + 33 € pour  4X4 et guide obligatoire en haut soit 63 € /pers.

Les conditions météo sont idéales, l’Etna fume, ce n’est plus un rêve, nous sommes à deux pas (plus si nous y allons à pied) du plus grand et majestueux volcan d’Europe. Environ ¼ heure de téléphérique à 2500 m, nous surplombons des torrents de lave,

et en un ¼ heure de 4X4 et nous arrivons à 2920 m,

nous continuons à pied, des étendues noires à pertes de vues…impressionnant.

Avantages d’être sur place : pas de queue ni au téléphérique ni au 4X4 et le matin et toujours plus clair à cette altitude.

Le guide montre et explique les différents cratères, les éruptions de 2001 et 2002 ont laissé des traces...

200 degrés à moins d’1 mètre de profondeur encore à ce jour, déjà 5 éruptions en 2017 la dernière en avril…..

Nous redescendons, les brumes montent et ne regrettons pas notre choix.

Attention à la météo changeante en altitude, l’Etna proche de la mer a souvent la tête dans les nuages, prévoir polaire, parka, bonnes chaussures....  les blocs de laves sont tranchants.

Petit resto ou nous sommes garés avant de reprendre le circuit côté nord en traversant la chaine de montagne Monti Peloritani.

Nuit à Oliveri en bord de mer, sous les pins et eucalyptus après une bonne baignade.

Accueil et échanges sympathiques avec 2 couples de camping caristes Siciliens, petit tour à la foire juste à côté, elle attire beaucoup de monde.

Oliveri - Palerme  194 km

Pour visiter Celafù nous sommes garés au port à l’entrée de la ville.

Promenade dans les rues, la place du duomo et ses mosaïques,

le lavoir médiéval, la vue depuis la mer. Située sur la côte nord à 70 km de Palerme, cette petite ville est blottie sous un promontoire rocheux.

Petit resto poisson, vue sur la mer et les maisons suspendues.

Le GPS est mis sur l’aire Greenpark de Palerme. Nous sommes en plein centre, entre des immeubles donc calme. C’est idéal pour visiter Palerme à pied,

à un ¼ heure du début des rues piétonnes, de la porte et du palais. 

Le Palais des Normands (8 € séniors), autrefois connu comme le Palais Royal, est devenu le siège de l'Assemblée régionale de Sicile

C'est la plus ancienne résidence royale d'Europe, celle des rois de Sicile. Au premier étage se trouve la chapelle Palatine

C’est une basilique à trois nefs dédiée aux saints Pierre et Paul séparées par des colonnes de granit et de marbre, supportées par une structure d’arcs en ogive. Le dôme, le transept et les absides sont entièrement couverts de mosaïques byzantines.

Elles sont parmi les plus importants de Sicile. Les plus anciennes d'entre elles sont celles de la coupole, remontant à la construction originale de 1143. Le plafond en bois des nefs latérales est décoré avec des sculptures et des peintures de style arabe. Ci-dessous salle du conseil régional.

La cathédrale de Palerme, dédiée à Notre-Dame de l'Assomption, fut édifiée au XIIe siècle.

Elle est marquée par un style arabo-normand, propre à la Sicile. Elle fut construite sur le site d'une ancienne basilique byzantine, devenue une mosquée au IXe siècle, lorsque les sarrasins conquirent la ville. 

La fontaine Pretoria à Palerme est célèbre.

Elle est surnommée fontaine delle vergogne, ou de la honte. Elle date de 1555, elle est célèbre, parce que monumentale, mais également parce qu’elle est composée de nombreuses statues d’hommes nus.

Elle est située juste devant un couvent de chastes dominicaines !!! Celles-ci n’appréciaient pas ce que dévoilait l’œuvre d’art, pas plus que certains habitants d’ailleurs. Elle a donc pris le nom de “fontaine de la honte”. Et, vous ne pouvez le voir sur nos photos, sexes et nez ont été passablement amputés par de chastes mains vengeresses.

C’est déjà beaucoup pour aujourd’hui, plan pris à l’OT juste à côté, retour au CC pour la douche, lessive…

Palerme – San Vito Lo Capo 134 km

Nuit calme et pas trop chaude comme nous le pensions, nous reprenons notre parcours dans Palerme. Les catacombes sont à 10 mm de l’aire. Lieu macabre, les catacombes des capucins sont un labyrinthe de corridors où sont exposées environ 8000 mille momies entièrement vêtues : frères capucins, vierges, enfants, mais aussi médecins, avocats, soldats en grand uniforme...

Les hommes debout, suspendus au mur, et les femmes en général allongées à l'intérieur de niches, ont l'air de nous attendre pour une petite conversation. La momie en meilleur état est celle de Rosalia Lombardo, une fillette de 2 ans décédée en 1920.

Certains corps sont mieux préservés que d'autres, et certains sont figés dans une pose particulière.

Il Capo est l'un des quatre principaux marchés de Palerme, il est très animé.

Ses origines arabes sont manifestes et il vaut bien un détour dans la matinée, lorsque l'effervescence est à son comble.

Il se concentre principalement sur la vente d'aliments et ses étals de poissons sont  renommés.

Nous nous frayons un chemin à travers les rues. Le secret, dans un tel labyrinthe de ruelles, consiste à suivre son instinct, les odeurs, les couleurs…

C’est en visite guidée (5€ séniors) que nous découvrons le Théâtre Massimo de Palerme 1875.

C’est le plus grand théâtre d’Italie et le troisième d’Europe, après le Palais Garnier de Paris et le Staatsoper de Vienne.

C’est un lieu  mythique, 1250 places assises sur 6 niveaux, la loge royale, les salles de répétitions, costumes…

Les Quattro Canti (quatre chants), ou piazza Vigliena, ou Théâtre du Soleil est la place de Palerme se situant à l’intersection des deux rues principales de Palerme : la via Maqueda et le Cassaro (De nos jours Corso Vittorio Emanuele).

Réalisées entre 1609 et 1620, ces 4 façades sont surmontées par les blasons royaux. Les quatre étages se succèdent selon le principe de l’ascension du monde de la nature à celui du ciel. De bas en haut : fontaines, allégories des quatre saisons, statuts de rois, puis les quatre saints de Palerme.

Nous revenons à la fontaine Prétoria avant de parcourir le marché Ballaro tout proche.

C’est le plus vieux marché de Palerme, peu de touristes ici. Les premiers stands sont colorés de fruits et légumes divers,

viennent ensuite les stands de poissons, puis les bouchers, fromagers. S'en suit du bric-à-brac et du broc en stock, des épices, de la vaisselle, de l'électronique, plus l'on s'enfonce dans le Ballaro et plus il prend des allures de souk.

En début de marché, petit resto espadon, retour en longeant la cathédrale…

Monreale est à quelques kms de Palerme. Pour les CC, prendre à gauche avant la ville pour se garer au parking payant (2€/h) par exemple.

Le Monte Reale (Mont Royal) était sous les normands une réserve royale de chasse, avant que Guillaume II y entreprenne la construction d'un monastère.

La cathédrale Santa Maria Nuova, est dédiée à la Vierge Marie, c'est une basilique papale mineure.

Elle est célèbre pour son cloître (6€) et ses mosaïques byzantines.

Le cloître est un carré de 47 mètres de coté.

Ses arcades sont portées par des colonnes jumelées de décoration très variées, mêlant des symboliques chrétiennes et islamiques.

L'intérieur surprend par les 42 mosaïques qui le couvrent entièrement. De style d'inspiration byzantine, elles représentent des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament.

Un mariage se prépare, nous ne sommes pas invités pour cause de tenue. Retour sur la côte par Castellammare del golfo,

La route traverse un massif truffé de carrières de marbre.

Nuit à San Vito Lo Capo, au parking de plage avant la ville côté ouest du cap. Un petit train fait la navette entre la plage et le parking.

San Vito Lo Capo – Villagio San Téodoro 144 km

Il a fait très chaud cette nuit, tempête de sable rouge le matin. Une impression d’avoir repeint le CC, l’intérieur a pris aussi le temps de tout fermer. Nous montons à Erice qui est encore dans la brume à plus de 750 m d’altitude garés juste à l’entrée.

Erice est un des plus beaux villages de Sicile. Il surplombe le littoral entre Trapani et les îles Egades à l’est et la péninsule de San Vito lo Capo.

Avec son labyrinthe de ruelles pavées et de bâtiments historiques, la chiesa Matrice et son beffroi, les gâteaux de Maria Grammatica....c'est une découverte à ne pas rater.

Magnifique par son patrimoine, ses maisons et palaces, ainsi que par les points de vue exceptionnels par temps clair ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Au sud-est, sur la pointe, se trouve le Castello di Venere une construction normande du XII siècle.

Nous repartons sur Trapani pour petites courses, puis au site archéologique de Segesta. Parking 7€ cc compris navette pour le temple à 2km

Située au milieu d’un paysage désertique, cette ancienne ville grecque semble être défendue par les troupeaux. Il s'agit d'une très ancienne cité grecque érigée par les Elymes, un peuple de l'Antiquité. Ségeste impressionne par son très bon état de conservation, ce qui en fait un des plus beaux sites de Sicile.

Il ne reste aujourd’hui que le temple dorique parfaitement conservé,  de 61 × 26 m, sur lequel se dresse le péristyle formé de 36 colonnes et le théâtre.

Segeste fut la rivale de Selinunte, située à 60 km plus au sud.

Nous nous y attardons avant de rejoindre le théâtre situé 2 km plus haut sur la colline. Pour cela nous prenons une nouvelle navette (1.50€) ( possible à pied)

Le théâtre de 63 m de diamètre date du IIIe siècle avant J.C.

Son orientation vers le nord, contrairement à la plupart des théâtres grecs, est due à la vue splendide des terrasses des collines. Il est superbement restauré, en été des comédiens viennent encore jouer ici des tragédies grecques. Il pouvait contenir plus de trois mille spectateurs. En redescendant, belles vues sur le temple...

Nous laissons Trapani, mais souhaitons absolument faire la route du sel de Trapani à Marsala.

L’itinéraire appelé «la via del sale» est caractérisée par une succession de moulins, de marais salants dans un paysage qui semble sorti d’un livre de Cervantès. 1er arrêt au parking juste à côté du musée du sel à Nubia, sur la route côtière.

Aujourd’hui la fabrication se fait encore à la main, même si l’extraction est mécanique. Une palette de tons de rose, la lagune, le plus grand lagon en Sicile, un paysage unique. De nombreux points de vue d'un paysage dominé par les moulins à vent, avec de petits tas de sel alignés, par des tuiles en terre cuite pour protéger le sel en hiver, et parfois la présence de flamants roses.

A Villagio San Teodoro à côté de la Torre, l’endroit est idéal pour la nuit sauf par vent fort.

Petit resto (fruits de mer, poulpes) juste à côté, le cadre est superbe, c’est parfait.

Villagio San Teodoro – Sciacca  100 km

Poursuite de la magnifique petite route du sel  au programme ce matin, ses moulins, ses salines, ses paysages aux couleurs pastel, ses tas de sel…

jusqu’à Marsala et vin liqueur bien connu.

Le parc archéologique de Selinonte ou Selinunte, (gratuit ce jour là 1er dimanche du mois sinon 6€) est grandiose et remarquable. Sélinonte est le nom que les Romains ont donné à l’antique Selinus grecque. Sa beauté peut être comparée à  Ségeste.

Le site se divise en 4 zones : les Temples de la colline orientale, l’Acropole, la Cité antique et le Sanctuaire. Une des caractéristiques des temples de Sélinonte est qu’ils sont dénombrés par des lettres alphabétiques, étant donné qu’il n’a pas été possible d’individualiser les divinités auxquelles ils étaient consacrés.

Les temples de la partie orientale représentent l’importance de Sélinonte. On se trouve si petits que l'on ne peut croire que ce soit des hommes qui aient remué ces masses énormes, colonnes, chapiteaux...

Le Temple G, dédié à Zeus ou à Apollon, 46 colonnes de 16 m de haut il mesurait en effet 110 m par 50.

Ce temple est le plus monumental et le plus vaste de l’antiquité, comparable à celui du Parthénon d’Athènes. Le Temple F, le plus petit, fut construit en 560 avant J. C. avec un tour de six colonnes sur les façades et de quatorze le long des grands côtés aujourd’hui complètement détruit, ses colonnes cannelées gisent à terre.

Nous reprenons le véhicule pour aller jusqu’à l’Acropole à 1 km. Il était entouré de murs et de puissantes fortifications, de demeures des classes privilégiées, des édifices publics et religieux.

Petite baignade à Sciacca, la mer est agitée, nuit sur le parking de la plage, il fait moins chaud.

Sciacca - Realmonte 140 km

Visite rapide de Sciacca, pas de maisons blanches comme indiqué dans les guides, quelques escaliers en céramique,

achat d’anchois spécialité du coin.

Prochaine étape : Agrigente, petit arrêt au site archéologique d’Eraclea Minoa, les falaises blanches et la belle plage

Garés au parking payant de la vallée des temples, nous effectuons la visite à pied soit 4 km A/R (entrée 10€)   pour aller jusqu'au dernier…. Malgré son nom les temples sont construits sur une crête. Depuis l'entrée principale, on accède à deux secteurs : l'Ouest avec les ruines de l'immense temple de Zeus Olympien et les restes d'autres temples. 

La zone archéologique d'Agrigente est inscrite au patrimoine de l'Unesco : Colonie grecque fondée au VIe siècle av. J.-C, Agrigente est devenue l'une des principales cités du monde méditerranéen.

Les vestiges des magnifiques temples doriques qui dominaient la cité antique, dont une grande partie demeure intacte, témoignent de sa suprématie et de sa fierté. Le temple des Dioscures fut construit vers la fin du V ème s. Détruit par les Carthaginois, il fut reconstruit mais un tremblement de terre en eu raison par la suite.

.  

 L'Est est plus intéressant avec ses trois temples.  Le Temple d'Hercule, le plus ancien temple du site, de style dorique archaïque. Huit des ses colonnes furent relevées.

 

Le temple de la Concorde : construit vers 430 av-JC, c'est le  mieux conservé du site. Il fut converti en basilique chrétienne au VIe siècle.

A Realmonte, l’aire « Scala dei Turchi » est idéale pour la baignade et pour  l’Echelle du Turc. Pour y accéder descendre un bon nombre d'escaliers (qu'il faudra remonter) puis marcher environ 500 m sur la plage.

Un extraordinaire pan de marne (mélange d'argile et de calcaire) blanche et lisse descend en pente douce vers la mer. L'« échelle des Turcs » forme des courbes étroites et sinueuses  révélatrices de l'action de l'eau et du vent. Ce surnom donné à la falaise vient d'une croyance populaire selon laquelle les pirates sarrasins escaladèrent ces rochers après avoir mis à l'abri leurs bateaux dans les petites criques.

Beaucoup de monde pour attendre le coucher de soleil. 

 

Sympathique conversation avec nos voisins du 44, peu de CC français en Sicile, il faut en profiter.

Beau panorama sur la mer pour le  repas du soir.

 

Realmonte –Piazza Amerina  135 km

Nous profitons de la plage ce matin

Les photos de la Scala dei Turchi  avec soleil du matin sont encore plus belles.

Nous quittons la côte, direction Enna surnommée le nombril de la Sicile garés au parking du château.

La vue de la tour du château médiéval est à 360°, belle vue également sur le village de Casasciletta. posé sur le rocher d'en face.

Le Duomo,

La ville médiévale ne nous emballe pas, nous devenons difficile. A quelques kilomètres de Piazza Armérina, le parking de la Villa Romana Del Casale est fermé, l’agritourisme également, son parking fera l'affaire pour la nuit.

Piazza Armerina – Marina di Acate 142 km

13 ° ce matin à 550 m d'altitude, ouverture du parking et de la villa à 9 h (10€),

Garés à l'ombre par le gardien, nous sommes les premiers à l'ouverture.

La splendide villa riche de pavements de mosaïques classée Unesco est une vaste demeure rurale. La villa daterait du  IV ème siècle, elle est très vaste, plus de 3500 M2. Ses incroyables mosaïques sont considérées parmi les plus belles et mieux conservées de leur genre. Son organisation, son aménagement pour la visite est remarquable.

Parmi les plus célèbres : la salle des 10 jeunes femmes en bikinis, le promenoir de la grande chasse 70 m de long, le vestibule du cirque des enfants, la chambre des fruits, la chambre de la scène érotique,

le vestibule du cyclope.....

Mieux vaut y être tôt le matin avant l’arrivée des bus et de la chaleur.

 

Après avoir pris plein les yeux de mosaïques prodigieuses, nous continuons notre périple.

A la sortie de Piazza Armérina, sur notre passage, plein d’eau bonne à boire dans les fontaines (avec gros débit).

Caltagirone, capitale de la céramique, (son nom provient de l'arabe "colline des vases") est également classée Unesco. Un sympathique livreur de pizzas en scooteur nous accompagne pour nous garer. La principale attraction de la ville est l'ascension de l'escalier de 142 marches de Santa Maria del Monte. Chacune des marches est décorée avec différentes céramiques faites à la main.

ses églises, son Duomo, son Kiosque.

 

 

En repartant nous croisons à nouveau les 44 de la veille, retour sur la côte pour la nuit au village de Marina di Acate, difficile de faire plus près de la plage,

des locaux nous donne des fruits, qui a dit que les Siciliens ne sont pas sympas !!

Marina Di Acate – Marina Di Modica 121 km

Un dernier coup d’œil à la maison originale à proximité de notre couchage.

En repartant nous longeons la mer, des serres plastiques à perte de vue comme à Alméria (tomates entre autre pour Alain …)

Passage à Comiso puis Ragusa, le grand parking d’en bas est mal indiqué, galère en ville, un riverain nous autorise à se garer devant chez lui, tout près de l’escalier qui rejoint la vieille ville.

Plan de l’OT en main, nous descendons les 242  marches de la scale, en pensant déjà à la remontée ! De part et d'autre de cette autrefois unique liaison entre les 2 villes, les ruelles cachent des églises et des demeures nobles aux belles façades.

Ragusa ou "une ile dans une l'ile "est située sur une falaise d'environ 550 m. Elle est divisée en 2 zones, la vieille ville reconstruite après le tremblement de terre de 1963 et la partie inférieure appelée "Ibla".  Découverte de la place, l'immense Duomo  est fermé

Nous  allons jusqu’au jardin avant de reprendre des forces au resto "La Piazzetta"

 Il  faut remonter jusque là haut !!!

Coup de coeur pour cette ville, nous ne regrettons pas notre parking qui permet d’avoir une vue aérienne sur la vieille ville.

Escaliers remontés, nous allons à Modica. Un parking facile nous permet d'aller jusqu’au Duomo avant de se poser

A Marina di Modica près de la plage avec douche pour la baignade. La pluie est annoncée pour demain...

Marina Di Modica – Syracuse  69 km

Nous quittons la plage pour faire le tour du Capo Passero, point le plus méridional de la Sicile. Ici se rencontrent les eaux des mers Ionienne et Méditerranée, une impression de bout du monde.

La ville de Noto est un petit bijou du baroque italien. Elle fut rasée et reconstruite après le terrible tremblement de terre de 1693, elle est inscrite également à l'Unesco. Le résultat est impressionnant : ses majestueux palais, l'harmonie de ses places... 

L'artère principale le corso V. Emanuele III est ponctuée de 3 places pourvues chacune de son église. La piazza Municipio est la plus majestueuse et la plus animée;  Il s'y trouve la cathédrale San Nicolo et son géant escalier.

Nous admirons le palais Nicolaci di Villadorata, ses  balcons appuyés sur des consoles aux formes de chevaux, lions, personnages...

Il commence à pleuvoir, repas de midi en bord de mer, courses au supermarché à l’entrée de Syracuse.

 

La pluie est de plus en plus forte, l’orage gronde, les barrières des passages à niveau sont bloquées…

 

Vu la météo, pour visiter Syracuse, partie Ile Ortigia, nous nous garons au parking à proximité du pont Ortigia, avec parapluies, kway, mais il faudrait les bottes. La fontaine sous la pluie

Pour la nuit, nous allons à l’aire CC « Von Platen » pas très bien indiquée dans ce sens là (22€ pour 24h mais dégressif si moins) La pluie se calme enfin le soir.

Syracuse  – Vaccarizzo   192 km

Le soleil est revenu, la matinée est consacrée à la visite du site archéologique de Syracuse (10€) tout près de l’aire CC. Il est situé au nord-ouest de la ville, c'est le berceau d'un nombre impressionnant de vestiges grecs et romains très bien conservés.

La principale attraction est le théâtre grec relativement plat, creusé à même la roche. Il remonte au moins au 5e siècle avant J.-C. Sa cavea est parmi les plus grandes jamais construites : ses 59 gradins pouvaient accueillir jusqu'à 15 000 spectateurs.

Le théâtre est encore utilisé pour un festival de théâtre grec annuel qui se déroule de la mi-mai à la fin juin. (Diamètre 138 m

Les anciennes carrières de pierre (Latomies) sont situées juste au-dessus du faîte du théâtre. Elles ont été utilisées auparavant à des fins beaucoup plus sinistres (prisons, tortures...).

Ne pas manquer la célèbre « Oreille de Denys », voûte en ogive effilée, de 20 m de haut, taillée dans la roche et qui révèle un intérieur qui se prolonge sur environ 65m. L'excellente acoustique digne d'une cathédrale, lui permettait d'entendre leurs conversations de l'extérieur;  pas trop de vocalises aujourd’hui, le soleil est revenu.

L'amphithéâtre romain, construit au 3e siècle après J.C., est également  impressionnant. 198x 22 m. Malheureusement, il n’en reste que les soubassements taillés dans la roche.
Sa fonction est très éloignée de la version grecque. Un trou rectangulaire se trouve au centre et on lui attribue l'un des deux objectifs : servir d'espace pour la machinerie scénique ou de canalisation pour le sang versé !

En ½ heure à pied (navette possible 1€)  retour sur Ortigia refaire quelques photos sous le soleil . Le petit port

les colonnes

le duomo

et sa place, nettement plus beaux avec le ciel bleu.

Petit resto poissons « Le Maregiatta » (cure d’espadon et fruits de mer)

Retour à pied à l’aire Von Platen en passant par le sanctuaire Sanctuario della Madonna delle Lacrime. C'est le sanctuaire le plus récent de la Sicile, mais aussi l'un des plus fréquenté, on y vient du monde entier. C’est une œuvre architecturale contemporaine.

 

Il est temps de chercher un coin pour la nuit, beaucoup de plages privées dans le secteur.

A Vaccarizzo un parking de plage fera l’affaire, la grande plage est un dépôt d’ordures, pas de baignade.

Vaccarizzo - Spadafora  274 km

Catania est la 2 ème ville de Sicile après Palerme. Pour la découvrir, nous trouvons à nous garer sous les arcades de chemins de fer (1€/h) tout près du centre ville. Située aux pentes de l’Etna, Catane a vécu deux catastrophes : des coulées de lave en 1669 qui recouvrèrent les parties basses de la cité, puis un tremblement de terre qui la détruisit en 1693. Plus de 30 000 personnes moururent.

Nous commençons par la piazza del Duomo, qui constitue (comme partout en Sicile) le centre névralgique de la ville. Trônant fièrement au centre de la place, nous photographions l’emblème de la ville : la fontana dell elefante (Fontaine de l’éléphant),

la fontana dell'Almenano.

Cette fontaine représente un éléphant sculptée dans de la lave noire surmontée d’un obélisque égyptien. La légende veut que cette statue détienne le pouvoir d’apaiser les colères de l’Etna. Derrière se trouve la Cattedrale di Sant’Agata. Sur cette place se trouve aussi le Palazzo Municipio.

Le château Ursino est une ancienne forteresse normande qui abrite aujourd’hui le Musée municipal L’amphithéâtre romain, son emplacement au milieu des bâtiments urbains nous surprend. Fin de visite en empruntant la via Etnea,  rue principale et très commençante de la ville.

Nous filons au capo Di Milazzo, impossible de faire une excursion au Stomboli pour cause de météo, le vent est très fort, les bateaux ne sortent pas.

Belles vues au capo Milazzo, nous venons pour la nuit à la plage de Spadafora. Après la baignade, découverte de ce "port" particulier

Encore petit resto poissons (Riva al mare), l’orage se prépare, éclairs ou éruptions sur le Stromboli ??? achats de melons Siciliens ils sont tous bons et pas chers.

Spadafora - Scalea 233 km

Après une bonne nuit mouillée,

Arrivederchi la Sicile, la boucle est bouclée en faisant le tour du Capo Peloro. Le port de Messine est en vue,  le bateau traverse le détroit en moins d’une ½ heure comme à l’aller en fin de matinée. Cap au nord, l’autoroute est gratuite dans le sud de l’Italie, nous la prenons puis suivons la côte. La Sosta Camper Lido Zio Tom à Scalea (10€ tout inclus + 2 € Wifi, en bord de mer, c’est du 3***.

Pas de baignade pour cause de mer démontée, du jamais vu d’après nos voisins 69 qui viennent chaque année ici. Photos de tempête comme à l’océan et besoin de boules quies pour dormir.

Scalea – Vitorchiano 520 km

Très bien cette aire cc en qualité/prix, mais pas trouvé le bouton pour baisser le bruit de la mer !!! Services effectués, cap au nord en passant à côté du village perché de Rivello.

Au pied du village médiéval de Bomarzo, les jardins appelés aussi Parc des monstres (Parco dei Mostri en italien)  10€, sont un complexe monumental .

Les jardins de Bomarzo sont les jardins les plus extravagants de la Renaissance italienne.

Ils se composent d’un parc boisé, situé au fond d’une vallée dominée par le château des Orsini. Il est peuplé de sculptures, de petits bâtiments et d'ornements architecturaux tels que des vasques, urnes ou obélisques répartis au milieu de la végétation naturelle.

Ces jardins ont inspirés de nombreux artistes modernes. Passé le portail d’entrée, en continuant son chemin, on tombe  nez à nez avec une grande bouche ouverte prête à mordre, une énorme tortue,

un géant tenant une femme renversée,

un éléphant couronné d’une tour

  un dragon…..

L’aire est gratuite au village médiéval de Vitorchiano.

Après un tour dans ce joli village, petit resto (La Lanterna) ou pour 12€ nous dégustons une gigantesque « Zizzona » d’au moins 40 cm de diamètre. Nous sommes les seuls touristes ici pourtant ce village mérite le détour.

 

Vitorchiano – Massa Marittima 264 km

Tout proche, Civita di Bagnoregio est une petite ville située au sommet d’un piton rocheux surplombant une vaste gorge.

Cette cité vieille de 2500 ans est sous la menace constante de destruction tandis que ses bords chutent, laissant les bâtiments construits sur le plateau s’effriter. Compter ½ à pied à partir du parking bus et voiture.  Civita di Bagnoregio est en fait deux villages. Civita est sur une colline accessible seulement par une longue passerelle.

La décadence de Civita a commencé au 16ème siècle déclenchée par un terrible tremblement de terre puis par des séries de glissement de terrain qui causèrent de graves dommages aux routes et aux édifices. Civita se transforma en une véritable île, elle est devenu célèbre comme la ville qui est en train de mourir ou le village mourant.

Nous n’avions pas pu découvrir Orvieto l’année dernière, nous nous y arrêtons cette année, garés au pied du funiculaire, au parking CC (2€/ heure) entre ligne TGV, voie ferrée et autoroute. Ouf! pas dormi là !! mais bien situé pour visiter en journée.

Le funiculaire (5€20 A/R pour 2) nous emmène tout près du centre historique.

Jadis important centre étrusque, puis place forte papale, Orvieto, juchée sur son socle de tuf volcanique, est une agréable cité, riche en monuments, placée dans un site attrayants.

La cathédrale d'Orvieto est un chef-d'œuvre de l'architecture gothique italienne.

Comment ne pas s’extasier,  devant sa façade d’or et de marbre, toute en dentelle de pierre, et sa rosace magnifique encadrée par les têtes sculptées des cinquante-deux saints des cinquante-deux dimanches de l’année autour de la tête du Christ rédempteur.

Les ruelles tortueuses de la partie médiévale sont un attrait supplémentaire de cette ville tranquille, au charme certain.

 Ensemble de palais et résidences des Papes dont le Palazzo Soliano, qui abrite un Musée. Le Palais des Papes  abrite le Musée archéologique national.

De style roman-gothique, le Palazzo del Popolo (fin XIIIe), arbore un grandiose balcon, d'élégantes fenêtres et de curieux merlons à volutes.

Le puits St Patrick (Pozzo San Patrizio) (3.50€ séniors) : cet ouvrage novateur niché sur la cime d’une falaise visait à stocker l’eau dans l’éventualité d’un siège au Moyen Âge. Après son évasion d’une Rome assiégée et sa retraite à Orvieto, le pape Clément VII a ordonné son édification.

Ses escaliers criblés d’ouvertures intérieures offrent de véritables fenêtres sur l’histoire d’Orvieto.

La sombre base du puits au diamètre de 13 mètres nous attend 62 mètres plus bas.

La légende du Purgatoire de saint Patrick donne son nom au site, ce qui suppose que sa profondeur est telle qu’il atteint la sphère biblique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous comptons les 248 marches et 70 fenêtres, qui baignent le bâtiment d’une touche de lumière.

Surprenant aussi au cœur du puits, l’escalier à double hélice, nous remontons à la surface en empruntant l’autre. Leur séparation permettait d’éviter les embouteillages de mules chargées d’eau.

Retour par funiculaire, arrêt photos d’Orvietto au belvédère puis venons vers la mer par le lac Bolsena, La presqu’ile d’Orbetello puis Massa Marittima en Toscane.

Cette cité à caractère médiéval nous est vivement conseillée par les enfants. Son histoire est liée à celle de l’extraction minière apportant prospérité.

 Notre visite  commence dans et autour de Piazza Garibaldi, un place très attrayante au cœur de la vieille ville.

Sur la place certains bâtiments sont particulièrement élégants, le Palais aux comtes de Bisernodu du XIIIe siècle, le Palazzo Comunale et le Palais prétorien, qui est également le siège des principaux musées. Également sur la place dans le cœur de la vieille ville  trône la cathédrale du 13ème siècle de Saint Cerbone.

En continuant jusqu'au Porta Senese et Porta Silici, nous accédons à la  Fortezza Senese et la tour de la bougie (Torre del Candeliere).

Belle vue depuis le sommet au coucher de soleil.

Petit resto poisson, agréable discussion avec nos voisins suisses.

Nuit à l’aire à 10 minutes à pied de la place.

Massa Marittima - Portovénéré 219 km

Nous partons avec objectif Carrara,

courses au Carrefour de Massa puis repas de midi au parking connu de Marina di Carrara. Il était prévu baignade mais la pluie s’est invitée ; Ce sera direction La Spezia, repérage de l’aire située au port bien placée pour les Cinque Terres mais loin de la ville. Une petite visite de cette ville qui n’a rien d'exceptionnel, son duomo est moderne,

son château

et la ville moderne ne nous intéresse pas.

Nuit à l’aire de Portovénéré. Les sangliers nous rendent visite, le vieux pain les attire jusque devant le CC.

Sympathique discussion avec nos voisins du 25 et du 29 + bonne animation avec les sangliers = bonne fin de journée et de vacances

Petit resto à Portovénéré que nous connaissions déjà en faisant les Cinque Terres,

la mer est encore agitée, les bateaux ne sont pas partis aujourd’hui.

Le paiement de l’aire est difficile à comprendre même par les italiens ce qui veut dire absence de paiement par beaucoup.

Portovénéré - Larche 339 km

Derniers échanges ce matin  avec nos voisins 25 et 29, nous voila partis vers Gênes, Savona puis arrêt à Mondovi,

petit tour en ville (la tour, la place…) puis Cunéo,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le col de Larche

avec petite neige et 3° à 17 h, nous descendons au village de Larche par la nuit, neige et pluie mêlée, il fait 1° le soir près du torrent.

Les shorts et teeshirts sont rangés, les polaires et couvertures sorties

 Larche – Drome 247 km

Nuit très fraiche,

Arrêt photos pour admirer les couleurs du lac de Serre Ponçon

Courses au magasin légumes et fruits " Marché paysan" à Tallard, le soleil revient.

Le "clan des siciliens" rentre vers 16h à la casa après 5400 km dont 1800 km en Sicile.

Comme les autres années, nous avons compté les km CC mais pas les km à pied, ni les escaliers, ni les églises !!!

Résumé  synthèse :

La Sicile est une île de contrastes, où les temples grecs côtoient les vestiges romains, où les palais font face aux cathédrales. Les beautés naturelles ne sont pas en reste : plages, réserves naturelles, panoramas sont à couper le souffle.

L'île compte de nombreux villages ou villes au patrimoine exceptionnel. Dur d’établir un classement, nous avons essayé de visiter les principaux. Pour ne pas faire de jaloux nous les citons dans l’ordre du voyage : Taormina, Celafù, Palerme, Erice, Caltagirone, Raguse, Noto, Syracuse, Catane…

Les sites archéologiques de Segeste, Selinunte, Agrigente, Syracuse sont remarquables et incontournables, la Villa impériale Del Casale et ses mosaïques également.

Nous avons particulièrement aimé notre aventure sur l’Etna…..

Outre la Sicile qui était l’objectif cette année, ce périple nous a permis de voir ou revoir des sites, villages tout au long de notre route, entre autre Orvieto.

Après tous ces éloges, un bémol important est à signaler.  En dehors des sites (tous propres),  c’est une île recouverte de déchets ! Des bouteilles en plastique, en verre, des papiers, des canettes, des poubelles jetées le long des routes et par milliers! Cela entraîne en été, des odeurs, des incendies, l’intérieur de l’ile est en grande partie brulé. Certaines plages sont un dépôt d’ordure…dommage pour la planète.

La conduite automobile demande une certaine accoutumance: les lignes blanches, les panneaux stop, les limitations de vitesse sont purement indicatives. Toutefois, les siciliens ne sont pas agressifs dans leur conduite  et le réseau routier est assez bon.

vos photographes

Pour préparer:

Les guides Michelin, Routard, les documentations des Offices de tourisme, des récits et conseils de camping caristes sur internet (les cousins Jacqueline et Alain, Daniel34, Pit38, Rapido03 et Jacky), du hasard aussi ont aidé et complété la préparation de ce circuit. A noter le bon accueil dans les Offices de  tourisme, les aires CC, des Siciliens en général.

Infos pratiques diverses

- Gasoil : écarts de prix importants, prix différent avec ou sans service, pas toujours carte bancaire donc prévoir espèces ( dépense pour 5405 km = 634€)

- Radars : vitesse et feux rouge fréquents

- Autoroutes : peu chères, tarif CC idem voitures, souvent gratuites au sud de Rome, Wifi sur parking avec station (dépense 122€)

- Restaurants :  le service et pain ne sont jamais compris compter entre 1 et 3€ par menu

- Poubelles :  tri partout, très souvent sale en bord de route  en Sicile et sud Italie !

- Postes affranchissement :  Poste italiane jusqu’à 20g : pour l’Italie et l’Europe : 0,95 € ; mais certains magasins de souvenirs ou bureaux de tabac sont les partenaires de postes privées qui font payer les timbres plus cher, (1.30€)  vous ne pourrez  poster vos courriers qu’aux heures d’ouverture des magasins en question.

Pour info les nôtres sont arrivées 2 mois après, en poste privée rapide !!

Lectures :

En Sicile   : Guy de Maupassant

Histoire de la Sicile :  Jean-Yves Frétigné

Voyage en Sicile  :   Dominique Vivant Denon

Palerme  1070/1492  Mosaïque de peuples, nation rebelle  :

                                  La naissance  violente de l'identité  sicilienne

Gastronomie :

- Les poissons : les Siciliens ne peuvent ignorer le poisson et les fruits de mer. Cela va des sardines, anchois, poulpes, thon, à l'incontournable espadon.

 

Ils sont cuisinés frais, grillé, en papillote, en rouleau….

Nous en avons fait une cure.

 

- Les salades de la mer,

 

 

- les fruits et légumes sont beaux, bons, peu onéreux et les vendeurs très nombreux

 

- Les pâtes, risottos, arancini,  et pizzas  comme dans toute l’Italie

 

 

 

- Les « Gelati », tiramisu, les gâteaux de Maria Grammatico à Erice…

- Produits à base d’olives, basilic, huile d’olive, pesto…

- Vins : Marsala, Moscato di Pantelleria, Alcamo, vin de l’Etna, Nero d’Avola…..

Aires CC, Parking, bivouac…

Borgo San Dalmazzo à 10km de Cuneo

Aire CC  Eau Vidange à coté stade et voie ferrée (pas ou peu de train la nuit)

Gratuit

Scarlino

Parking à coté du château en haut du village Calme

Gratuit

Paestum

Agrotourismo Capaccio Paestum Eau Vidange Electricité  Ombragé  par oliviers A proximité des temples (à voir de nuit aussi)

10€

Palmi

Aire CC Summerland en bord de plage

18€ + 2€ élect

Début Sicile

Sapienza Etna

Parking du Rifugio Payant dans la journée Gratuit la nuit Paiement Office Tourisme (ouvert de 9h à 17h)

 

Oliveri

Parking sous les arbres en bord de mer

Gratuit

Palermo

Aire CC Green Park Eau WC Douches Vidange Wifi très bien situé pour visiter -15 mn zone piétonne historique

20€ / jour complet et 2€/ h si plus

San Vito do Capo

En bord de mer , champ parking de plage gratuit

Gratuit

Villagio San Teodoro à la Torre

Bord de mer Restaurant avec wifi à proximité

Gratuit

Sciacca

Plage au Capo San Marco  37°30'25.1"N 13°00'55.9"E

Gratuit

Realmonte

Aire CC Scalla Turchi Eau Vidange WC Douches Wifi Electricité sur emplacement Lavabos Calme Belle vue A proximité Scala et plage

20 €

Piazza Armerina

Parking devant agrotourismo (fermé) à côté de la Villa Romana del Casale (parking interdit la nuit)

Gratuit

Marina di Acate

Bord de plage coté Est    36°58'50.1"N 14°21'40.7"E

 

Gratuit

Marina Modica

Punta Religione Coté Est Bord de plage Douche Panneau interdit CC nuit ?

Gratuit

Siracusa

Aire CC Von Platen à proximité site archéo Eau Electricité Vidange (WC Douche propreté à revoir)

22€ les 24h Tarif dégressif

Villagio Delfino

20 km sud Catania bord de mer  37°22'10.5"N 15°05'22.2"E

Gratuit

Spadafora

Bord plage Douche à coté du point des barques de pêche

Gratuit

Scaléa

Aire CC Lido Zio Tom Eau Electricité Vidange Wifi 2€ pour tout le séjour WC Douches. Calme au bord de la plage

10 €/nuit

Vitorchiano

Aire CC Eau Electricité Vidange Possibilité parking en ville sans service 43 02 43.4 N 10 53 26.2 E

Gratuit

Massa Maritima

Parking des CC 43°02'43.4"N 10°53'26.2"E

Gratuit

Larche France

En dessous du village bord rivière

Gratuit

 

Notre parcours au sud de l'Italie en fin d'article ci-dessous

En rouge trajet vers la Sicile

En jaune trajet en Sicile

 


 
Repost 0
Published by alain26 - dans Italie Sicile
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 11:49
Vendée et Puy du fou

En mai, les petits enfants nous signent les congés pour le mois de juillet. Les places sont réservées, le camping car est prêt  avec objectif  le Puy du Fou et le Marais Poitevin en Vendée. Le temps est très chaud, le tour de France va passer demain, donc départ la veille jusqu'au col de la République pour y trouver la fraîcheur et éviter les routes fermées du lendemain. 

Arrivés en fin d'après midi pour notre première étape Marais Poitevin, nous nous installons  sur l'aire  camping cars de Maillezais. Nous utilisons l'aire communale où d'autres camping-cars ont pris place au bord du canal et non pas le parking de l'abbaye. Nous profitons des dernières heures de la journée  pour faire une balade repérage en bord de rivière et de l'abbaye.

 

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Ici 2 possibilités d'embarcadères, nous choisissons de faire travailler l'association locale de l'abbaye qui emploi des jeunes du pays pour la visite. Nous choisissons également de la  faire avec une barque et un batelier /guide. Il y est également possible de faire seul.

 

Nous sommes les premiers à l'embarcadère. Calme et sérénité règnent ici., la barque avance doucement, fendant l'eau et les lentilles d'eau symboles du Marais Poitevin appelé aussi "Venise Verte". Les frênes, saules, peupliers...se reflètent dans les voies d'eau, magnifique.

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Le guide est sympa, il explique et répond à nos questions. C'est très enrichissant et agréable.

Y a pas le feu au lac......... et bien si justement !!!

Après avoir remué la vase au fond du ruisseau, notre guide sort un briquet et met le feu à l'eau. Miracle... non c'est tout simplement le méthane emprisonné dans les feuilles de frênes tombées au fond de l'eau qui est libéré et ainsi enflammé à sa sortie de l'eau. Il faut être très rapide pour allumer le feu mais également pour réussir la photo.

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Nous allons ensuite visiter l'abbaye de Maillezais. L’abbaye Saint-Pierre dénommée aussi l’abbaye du Marais est un monument imposant en majorité en ruine, mais très bien entretenu.

Sa construction a débutée au XI  ème siècle.

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Repas moules/ frites au pineau à " la Grange aux Roseaux", vue sur les barques, les lentilles vertes.....

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Visite terminée direction Coulon, puis le bord de l'océan,  La Faute sur Mer ou nous passons la nuit à l'agréable aire CC. Une halte repas de midi à la Corniche des Sables d'Olonnes avant de rejoindre Les Herbiers et Les Epesses pour notre objectif principal : Le Puy du Fou.

 

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Le Puy du Fou : Première surprise la taille de l'aire CC. Elle est occupée environ au 3/4, nous sommes  plusieurs centaines de ccars mais calme. Après avoir entendu beaucoup de louanges à propos du parc et des spectacles, nous y voilà. Nos places sont réservées pour demain vendredi, la cinéscénie à 22 heures 30 plus samedi. Nous croisons les doigts en espérant que le ciel soit clément.
Nuit sur l’aire du Grand Parc du Puy du Fou

Il fait bien frais ce matin dans le camping-car, 14 degrés dehors, mais le soleil arrive. Après une nuit très calme, nous sommes heureux de prendre le petit sentier qui mène au Grand Parc. Nous y sommes en 5 minutes et le temps est bon c'est une chance. Contrôles vigipirate et billets effectués, nous voila devant les barrières à attendre que le parc ouvre.

Nous commençons par:

Le dernier Panache

Une salle de spectacle incroyable, une prouesse technologique à 360°, un grand spectacle joué et filmé en salle avec une tribune tournante ou le héros  de l'insurrection vendéenne  revit grâce à une reconstitution historique hors normes.  Le Dernier Panache ! le destin glorieux d’un officier de marine Français, héros de la Guerre d’Indépendance Américaine, dont la vie va basculer en 1793 dans un ultime combat pour la liberté !

Photo site du Puy du fou

Photo site du Puy du fou

Les vikings

Surgissant de l’eau et des flammes, les féroces guerriers du Nord attaquent le paisible Fort de l’An Mil. Au pied de la tour de guet, le combat fait rage dans un déluge d’effets spéciaux.

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Les Grandes Eaux

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Le bal des oiseaux fantômes

Fantastique ballet des rapaces au spectacle du « Bal des Oiseaux Fantômes »…

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Les chevaliers de la table ronde

Les aventures d'Arthur, les prodiges de Merlin l'enchanteur,du dragon au lac sans oublier le sortilège d'Excalibur

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Les amoureux de Verdun !

Au fil de la correspondance amoureuse d’un soldat et sa fiancée, on plonge au cœur de l’hiver 1916, dans une tranchée enneigée, à la rencontre de soldats héroïques. A la veille de Noël, les fumées envahissent les galeries, le sol tremble à chaque nouvelle explosion, les alarmes retentissent… Tout semble perdu, mais en ce 24 décembre, les soldats ne savent pas encore qu’ils vont vivre un Noël qu’ils n’oublieront jamais !

Photo site du Puy du fou

Photo site du Puy du fou

 

Le Grand Carillon – Nouveauté 2017 !

Le « Grand Carillon » est un spectacle musical insolite pour remonter le temps. Au cœur du Village XVIII à 16 mètres du sol, le sonneur virevolte et frappe les 70 cloches géantes au rythme des plus célèbres airs de musique : une spectaculaire chorégraphie mélodique.

 

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Le signe du triomphe

Les incroyables Jeux du Cirque dans le Stadium Gallo-Romain du Puy du Fou !

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Les mousquetaires de Richelieu

Dans un théâtre géant du 17ème siècle, on vit les aventures romanesques des Mousquetaires de Richelieu. Un fantastique spectacle de cape et d’épée, de ballets flamenco et d’effets spéciaux inédits !

Photo site Puy du fou
Photo site Puy du fou
Photo site Puy du fou

Photo site Puy du fou

Retour au camping-car pour un dîner léger et un changement de tenue. Jeans et polaires sont nécessaires, la Cinéscénie se déroule à la belle étoile et il fait frais …Dix minutes à pied à peine pour arriver sur le site, il y a déjà énormément de monde mais l’organisation est bien rodée et tout se fait dans le calme et sans précipitation. La cinéscénie représente le plus grand spectacle de nuit du monde ! La mise en scène comprend 1 200 acteurs bénévoles sur une scène de 23 hectares.  1h40 de spectacle grandiose !

 

Vendée et Puy du fou

Nous sommes presque 14 000 spectateurs, pas un siège vide, ces spectacles se jouent à guichet fermé.
Presque deux heures non-stop de merveilleux tableaux. Costumes, décors, jeux de lumières, son, jeux d’acteurs et d’animaux, feux d’artifices, tout est parfaitement orchestré et les quelques 1 200 bénévoles présents sur cette immense scène sont impressionnants. Un cheval blanc nous a bluffé en faisant le mort sans bouger d’un centimètre pendant près de deux minutes.
Le fil conducteur du spectacle est l’histoire de la Vendée à travers les guerres et la rude vie paysanne.
Mais nos yeux n'ont pas suffi à embrasser la scène immense et tous ses décors fabuleux. Nos modestes qualités de photographe ne restituant pas le millième de la beauté du spectacle, nous préférons nous abstenir d'autant qu'ils ne sont pas très autorisés …

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

A nouveau frais ce matin, le soleil est là ainsi qu’un beau ciel bleu limpide. Le temps passe trop vite, nous  reprenons le chemin du Parc en compagnie de collègues Drômois et commençons par :

Le secret de la lance

Une aventure médiévale à grand spectacle, inspirée de la légende d’une mystérieuse lance aux pouvoirs extraordinaires.

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

La Renaissance du Château : oublié depuis des siècles, le Château du Puy du Fou vous ouvre ses portes pour la première fois. Les tableaux nous parlent, les miroirs nous observent, les fantômes dansent encore… le Château nous dévoile ses merveilles encore hantées par son passé glorieux

Les Automates Musiciens

L’Odyssée du Puy du Fou

Le ballet des sapeurs

Sans oublier   La Fontaine, le labyrinthe, les villages du XVIII siècle, le bourg 1900… Il est maintenant conseillé de consacrer 2 jours de visite pour voir tous les spectacles, les villages, les artisans ......

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Le puy du Fou est un enchantement, le parc est gigantesque, une organisation irréprochable. A l’entrée vous avez à votre disposition un dépliant où figurent les spectacles de la journée, il est très facile d’organiser son temps pour en voir le maximum. Ces spectacles sont enchanteurs d’une technicité époustouflante. Si vous n’y êtes jamais allé je vous conseille vivement de passer par là. Nous retrouvons nos yeux d’enfants devant ces si belles choses et si vous avez un cadeau à faire en voilà un vite trouvé.

Le Puy du Fou joue la carte des camping-cars en vous accueillant facilement ! 800 places sont disponibles ! Il vous réserve un accueil de qualité avec tous les équipements nécessaires à disposition: aire de vidange, eau et électricité, bloc sanitaire et un point pain ouvert le matin et le soir. Les places de stationnement sont grandes et en herbe.

Départ pour la soirée et nuit à l'aire du centre Les Herbiers

Passage aux moulins du Mont des Alouettes

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

arrêt à Celles sur belle et son Abbaye Royale du XVIIème siècle d’une architecture exceptionnelle.

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Ensuite direction le sud Oradour sur Glane. Le nom de cette cité est attaché au massacre de sa population par la division SS Das Reich le 10 juin 1944. Au total, 642 personnes ont été massacrées lors de cette journée. Dès juillet 1944 il fut décidé de conserver l'ancien bourg dans l'état de ruine où il se trouvait après le massacre et l'incendie, afin d'entretenir l'émotion et la haine provoquées par la découverte de ce crime de guerre

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Uzerche est située au sommet d'un piton rocheux surplombant la Vézère et culmine à 342 mètres d'altitude. Prosper Mérimée écrivit ces lignes alors qu'il effectuait un voyage à travers le Limousin : «  petite ville d'un aspect extrêmement pittoresque. Plantée au sommet d'une montagne en pain de sucre, elle sépare deux vallées sinueuses, arrosées par la Vezère. Du sommet de la montagne, cette petite rivière perdue au fond de la vallée ne parait plus qu'un mince ruban blanc qui serpente sur un beau tapis vert »

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Petite randonnée aux cascades de "Gimel des cascades"

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Autre petite randonnée par le chemin de croix jusqu'au belvédère du site de St Nazaire. De là, belle vue sur le confluent de la Dordogne et la Diège.

Vendée et Puy du fou

Nuit à Bort les Orgues au bord de la Dordogne

Promenade le long de la falaise des orgues au dessus de la ville

Vendée et Puy du fou

à quelques kilomètres le Château du Val comme posé sur l'eau avant le barrage

 

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Visite du barrage de Bort les Orgues, un des plus grands d'Europe

Vendée et Puy du fou

Sur le chemin du retour, pose repas à Brioude en Haute-Loire, ville ensoleillée et colorée où chaque pierre évoque un passé riche et mouvementé.  C'est le moment de découvrir notamment  la Basilique Saint-Julien, la plus grande église romane d'Auvergne.

Un intéressant périple d'environ 1700 kilomètres si vous disposez de 8 à 10 jours.

Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou
Vendée et Puy du fou

Retour à la maison après 1767 km

Repost 0
Published by alain26 - dans France Vendée
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 20:03

La Hollande : et non, ce n’est pas un pays ! C’est le nom de 2 provinces des Pays- Bas qui en comptent 12. Ce sont  les plus visitées, ceci expliquant cela.

Autre idée reçue : La Haye : et non, ce n’est pas la capitale des Pays-Bas, même si elle en a toutes les apparences (ministères, ambassades, etc.). La capitale est bien Amsterdam : c’est dans cette ville que se déroule l’investiture des monarques néerlandais.

Nous avons choisi de visiter ce pays au mois d'avril, période de la floraison des tulipes et autres fleurs à bulbes. Outre la culture des fleurs, les Pays-Bas c'est aussi la culture, l'architecture, les grands peintres,  les polders, les canaux, les digues, les péniches, les tunnels sous la mer, les moulins, les pistes cyclables, les vélos, le fromage…. Avril 2017  Pays-Bas – Belgique

En fin d'article Informations pratiques Aires CC, parkings, .... 

Ce récit de voyage en camping car (comme les autres) ne se veut pas pédagogique, complet ou ethnologique et n'a pas vocation à remplacer votre guide de voyage traditionnel. Il veut juste transmettre des impressions, purement subjectives sur des lieux, des événements, des personnages, des anecdotes….

Drôme – Metz   598 km

Partis de la Drôme vers 9 h du matin,  direction les Pays –Bas par Lyon, Besançon, Epinal, Nancy.

Nuit à Metz à l’aire camping car devant le camping au bord de la Moselle.

Cette aire est très bien située pour visiter la ville que nous connaissons déjà.

Un  petit tour pour dégourdir les jambes après presque 600 km, la cathédrale est magnifique au coucher de soleil.

 

 

 

 

 

 

Metz – Thorn    290 km

Le Luxembourg est tout proche. Plein de gasoil effectué (moins d’1€), nous remontons par la Belgique pour atteindre Maastricht et les Pays-Bas soit 4 pays traversés en une matinée.

Garés en centre ville (les parkings en ville sont chers dans ce pays pour inciter les transports en communs afin de respecter une qualité de vie) mais tout près du centre historique. La mairie ou stadhuis est de style classicisme néerlandais.

L’ancienne église des Dominicains est transformée en librairie,

Maastricht, connue pour le traité sur l’UE, est une belle ville ancienne, où abondent les bâtiments et les places historiques.

La Vrijthof, lieu de rassemblement de la ville.

La basilique St Servais cathédrale romane, l’église St Janskerk (ou St jean) et son clocher peint en rouge.

L’église Saint-Jean est une église gothique dans le centre historique de Maastricht. Cette église protestante est mitoyenne de la Basilique catholique Saint-Servais sur le Vrijthof générant une forme unique d’églises jumelles aux Pays-Bas.

La porte Helpoort est la plus ancienne porte de ville des Pays Bas. Cette superbe bâtisse médiévale est l’entrée d’anciennes fortifications, elle mérite le détour.

Nous n’avons pas été maltraités à Maastricht !!!   le voyage continue.

A 40 km de là se trouve le charmant village de Thorn appelé « Village blanc ». Nous découvrons ses rues pavées, ses maisons blanches,

son impressionnante église abbatiale.

Petite ballade de nuit également dans un calme absolu,

Nous passons la nuit juste en bas du village.

Thorn – Urk   260 km

La ville de Nimègue (ou Nijmegen) est avec Maastricht une des plus anciennes des Pays-Bas.

La grande place Grote Markt avec au centre le Waag (poids public), construit en 1612 dans le style renaissance.

Près du Markt, un ensemble de maisons du 17 ème siècle; l’une d'elle est percée d’un passage vouté, il conduit à l’église St Etienne.

Près de l’église se trouve l’ancienne école latine « la Latijnse School). C'est une belle construction de 1545 dont les fenêtres sont encadrées de sculptures représentant les 12 apôtres.

L’église gothique St Etienne du 13 ème ou St Stevenskerk, la vieille mairie (ou Stadhuis), bel édifice des 16 et 17 ème, le parc Valkhof, le belvédère et sa tour de guet pour la suite de ce programme…

Nous souhaitions voir le parc national Hoge Veluwe.  L’entrée choisie (il y en a 3) est mal indiquée, nous laissons tomber, pas de regrets d’après nos amis.

 

 

 

 

 

 

 

Nous poursuivons par le Musée-Palais Het Loo un peu plus loin.

C’est le plus beau château du pays. En 1685, le gouverneur Guillaume III fit construire le Palais Het Loo. Pendant longtemps, il fut utilisé par la famille royale, comme résidence d'été, mais depuis 1984, c'est devenu un musée.

Les décorations du palais méritent déjà en elles-mêmes une visite et les jardins sont magnifiques.  (7 € le parking et 14,50€ l’entrée).

Nombreuses pièces et  belles collections d’objets, tableaux, vêtements…à l'intérieur du palais

Nous terminons par les écuries royales et sa collection de voitures, carrosses…

Nous reprenons la route par Kampen

objectif l’aire camping car d’Urk pour la nuit : douche chaude, WC, wifi, courant, y compris accueil sympa.

Ballade dans le village et le port,

beau coucher de soleil en prime.

 

Urk – Harlingen  210 km

Nuit très calme comme toutes les autres, plein d’eau, vidange du CC effectués, c'est parti pour Giethoorn, village lacustre.

La petite ville lacustre de Giethoorn, appelée aussi la " Venise du Nord" est un bijou de romantisme pour tous les amoureux de la nature. Pas moins de 180 ponts relient les rives de ce cadre enchanteur que l'on peut parcourir à pied, en vélo ou en barque, loin de l'agitation et du bruit.

C’est un village piéton, parce qu’à l'intérieur il n’y a pas de route. Sur les berges, les demeures au toit de chaume datent du XVIIe et du XVIIIe siècles. Avec de grandes pelouses et de nombreuses fleurs de toutes les couleurs, elles sont séparées par des petits canaux qui les rendent accessibles en barque.

Un coin de paradis que nous choisissons de faire en barque (7.50 € /h) ou 15 € la barque que l’on peut conduire. Repas pris sur le grand parking gratuit à l’entrée, nous repartons pour la région de la Frise en direction du nord.

Au village pittoresque de Sloten, ne pas manquer son vieux moulin dont l'existence remonte a un millénaire. On y trouve une vieille pompe à eau, qui apportait l'eau potable à tous les villageois, elle est toujours intacte.

ses canaux,  ses vieilles maisons...Quelquefois il faut attendre que les ponts tournent, se baissent, ........pour pouvoir passer. Parait il que c'est une bonne excuse pour les retards au travail....

Après Balk, nous longeons les lacs Frisons, rejoignons Stavoren et ses 2 ports, ses vieux voiliers, puis Hindeloopen.

Nuit sur l’aire de Harlingen en bord de canal

Petit resto poissons, ballade en ville toute proche, au port et ses vieux voiliers.

 

Harlingen – Den Helder   190 km

Visite de Franeker, célèbre autrefois pour son université ou Descartes se fit inscrire comme étudiant en 1629.

Nous découvrons son hôtel de ville, son église, ses maisons typiques. Les carillons des églises sont toujours très agréables à entendre.

Cap au sud par la digue du nord longue de 32 km,

Très souvent ce sont les moutons qui entretiennent ces digues

construite entre 1927 et 1933.

Moulins, polders, écluses et stations de pompage … La Hollande a une histoire unique en matière de gestion des eaux.

Mais l’exemple le plus impressionnant est sans doute la digue Afsluitdijk. Aujourd'hui, c’est bien plus qu'une protection contre les inondations. C’est  une autoroute utilisée au quotidien par des milliers de personnes. Un premier arrêt sur une ancienne zone de travail, nous aurions pu venir dormir là.

Il est  possible de la traverser en voiture, à vélo ou à pied et de profiter d’une vue exceptionnelle : la mer Waddenzee d’un côté et le lac de l'Ijssel de l'autre. À environ 8 km du côté sud, un arrêt s’impose devant le monument de Cornelis Lely, responsable du plus grand projet d'assèchement jamais réalisé : la création de la province de Flevoland. Une tour d’observation, permet de voir les 2 côtés ce qui n’est pas le cas en étant sur l’autoroute.

C'est midi, le cadre est parfait pour le repas. Nous quittons la digue, direction le sud et la région des fleurs, les premiers champs apparaissent.

La petite ville d’Enkhuizen est magnifique, la porte de la ville de Drommedaris, son hôtel de ville, son port de pêche autrefois réputé pour les harengs, ses canaux, ses remparts.

Hoorn compte non moins de 365 monuments, lui valant la troisième place, après Amsterdam et Haarlem, sur la liste des villes historiques de la Hollande septentrionale.

Parmi les monuments les plus célèbres, figurent les façades des deux plus anciennes places de la ville : la Roode Steen et la Kerkplein.

En face, subsiste la façade colorée, ornée de lions et des armes de la ville, où siégeait le collège de l'État en 1632. 

Jansgasthuis, bâti en 1563 sur la Kerkplein abritait, à l'origine, un hôpital. Il devint par la suite un commerce de beurre et fut rebaptisé Boterhal.

 L'aire de Den Helder est située à 5 mn de l’embarcadère pour le bateau de l’ile de Texel que nous voulons parcourir demain, c'est parfait pour la nuit.

Den Helder – Ile de Texel 0 km en CC  50 km en vélo

Bateau toute les demies heures, nous prenons celui de 8h30 pour profiter de la journée (2.50€/personne A/R avec ou sans vélo soit peu cher). 20 minutes après nous sommes sur l’ile et louons des vélos pour 10€/l’un.

Nous commençons le tour de l'ile par le petit village d’Oudeschild

Nous longeons la mer sur une route/digue, attention pas d'erreur sinon c'est la mer et elle ne doit pas être chaude

avant de revenir sur le village pittoresque d’Oosterend.

Nous remontons sur le vélo en direction du nord en longeant quelques champs de fleurs,

Le vent est de face, pas évident jusqu’à De Coksdorp pour le repas de midi dans un resto pancake.

Forces reprises, nous continuons vers les dunes de la mer du nord.

Une plage immense et déserte à perte de vue  "Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague et de vagues de dunes pour arrêter les vagues, et de vagues rochers que les marées dépassent  et qui ont à jamais le coeur à marée basse.... " ce n'est pas de moi !

une impression de bout du monde.

Retour vers le sud par la piste cyclable,

Un autre arrêt panorama sur la mer d'un coté et de l'autre sur les fleurs

puis De Koong et Den Burg la capitale avant le retour sur le port de l’ Horntje avec à nouveau vent de face. Le bateau arrive et nous ramène sur le continent. Drôle d'impression : le bateau est plus haut que nous, histoire de polder.

Environ 50 km de vélo vent de face souvent, la douche chaude est appréciée, la nuit calme aussi.

Den Helder – Amsterdam   82 km

Pour la visite d’Alkmaar, nous sommes garés près du centre ville comme souvent.

Une autochtone  paie pour nous car l’horodateur ne prend pas les pièces  et pas notre carte bancaire, et on les disait pas sympas!!!

Nous ne verrons pas le marché typique du fromage, c’est seulement le vendredi matin.

En repartant, le GPS nous dit de prendre un bac pour traverser un canal (1.50€), c’est aussi çà la Hollande… un canal, des canaux….

A Amsterdam les campings sont complets, nous allons à l’aire CC  un peu chère mais bien placée pour la visite de la ville. Compter 10 minutes pour aller prendre la navette bac gratuite, 15 minutes de traversée et nous sommes au centre, à la central station. Il fait froid et c'est bien couvert que nous partons.

Ouf, nous n'avons pas de vélo à garer !!! ces parkings sont impressionnants, jusqu'à 4 niveaux.

La visite des canaux en bateaux (16€/h avec audioguide) est intéressante et permet de se situer pour une visite en solo après. Une capitale ouverte à tous, en forme de gros village, dont les canaux  sont classés à l’Unesco depuis 2010.

Ils sont bordés d’étroites maisons à pignons, de demeures imposantes, de maisons flottantes…Le Herengracht ou canal des Seigneurs est le principal des 4 canaux ou son venus s’installer les marchands aisés. La plupart des maisons ont été construites aux 17 et 18 ème siècle par de riches négociants.

Aux frontons dépassent des poutres à palans pour permettre les déménagements  en raison de l’étroitesse des escaliers intérieurs. Les murs penchent ce qui permet également à l'eau de ne pas s'infiltrer dans les murs.

Seuls avec guide Michelin et plan en poche, nous déambulons selon un premier circuit pour l’après midi.

En ville, le plus dangereux ce n’est pas les voitures mais les vélos qui déboulent de tous les côtés et vont vite, surtout lorsqu'ils sont sur des pistes cyclables qui leurs sont réservées.

Des églises,  différents monuments transformés en magasins,

L'église Westermarkt  est la plus grande église protestante des Pays-Bas son clocher atteint les 85 m, c'est la tour la plus haute de la ville avec un carillon de 50 cloches.

Tout près se trouve la maison d’Anne Frank construite en 1635, c’est là que son père juif allemand déporté, cacha sa famille et des amis.

C’est là aussi que l’on a retrouvé le célèbre journal intime tenu par sa fille.

Notre regret est de ne pas pouvoir la visiter en raison de la file d’attente évaluée à plus de 800 m à 17 h.

 

 

 

 

 

 

Retour par le marché aux fleurs, c'est un marché flottant,

La grande place est envahie par les manèges. Le monument national commémore les victimes de la seconde guerre mondiale,

Puis le célèbre quartier rose, ses ruelles et ses dames déshabillées en vitrine

«dans le port d’Amsterdam, il y a des marins qui chantent, qui dorment et qui boivent à la santé des pu…. »  

et oui c’est là que les marins débarquaient. Les touristes les ont remplacés.

Du bac qui nous ramène vers notre couchage, nous pouvons voir le musée du cinéma ...Quelques gouttes de pluie, les premières depuis notre départ.

Soirée apéro sympa avec des amis randonneurs Catherine et Jean Luc venus voir aussi les tulipes .

Amsterdam – Volendam – Keukenhof   123km

Deuxième jour avec le bac de 8 h30 vers Central station

qui ressemble à un musée. C'est un deuxième circuit à pied dans Amsterdam qui s'improvise. Face à la gare centrale se dresse la basilique romaine St Nicolas saint patron des marins de la ville et l'équivalent du père Noël.

Retour au marché aux fleurs pour acheter des bulbes de tulipe, puis De Waag (poids public) bâtiment du xv ème, le plus vieux non religieux de la ville.

les canaux, on ne s'en lasse pas…

beaucoup de maisons flottantes, les cygnes attendent que les portes s'ouvrent

Un superbe passage parmi les nombreux de la ville , 

la bourse ou Bourse de Berlage

N’oublions pas qu’Amsterdam est truffé de beaux musées. Le Museumplein ou esplanade des musées rassemble les 3 plus grands de la ville dont le  Van Gogh.

Revenus au camping car après le casse croute en ville, nous partons pour Zaanstad, et le parc des moulins du Zaan,

La fabrique de sabots 

le centre artisanal…

 

 

Nous revenons vers la mer à Marken agréable petit village calme (parking 3€/h en journée).

Marken a été séparée au 13e siècle du continent à cause d’une tempête. S’en est suivie une période de plusieurs siècles d’isolement pour la population qui gagnait sa vie grâce à la pêche.

C’est seulement en 1957 que Marken, grâce à la construction d’une digue, sera de nouveau rattachée au continent et deviendra une péninsule. Néanmoins, le caractère authentique de Marken a été bien préservé notamment ses maisons en bois.

Visite effectuée, hareng acheté, nous repassons sur la digue vers Volendam beaucoup plus touristique. Volendam est un village de pêcheurs avec des maisons typiques et authentiques. Découvrir le village se fait à pied, en empruntant un circuit de promenade comme le Dijk ou le Doolhof. Dans ces vieux quartiers du village, on trouve des vieilles maisons de pêcheurs , de vieux voiliers

et plein de ruelles qui attirent depuis des siècles les peintres et les artistes. Repas pris (harengs, calamars) sur le parking gratuit Marina, nous décidons de venir pour la nuit à Keukenhof (à côté de Lisse) le long du canal à 20 mm à pied de l’entrée du célèbre parc. L’odeur des champs de jacinthes embaume notre petite maison.

 

Keukenhof – Alblasserdam 109 km

Très calme comme d’habitude, parfum en plus, nous partons à pied visiter le parc de Keukenhof,

l’entrée principale est à environ 2 km, il ouvre à 8 h et coute 16€/personne. Le parking est à 6 € pour les voitures, gratuit au bord du canal. Pas question  de venir au printemps au Pays-Bas sans visiter Keukenhof.

Nous  profitons de la floraison des tulipes et autres fleurs qui font la renommée de ce pays.

Le Keukenhof est le parc floral le plus connu et le plus grand au monde et se trouve pas très loin d'Amsterdam. Une des photos les plus prises est la rivière de muscaris.

Pour voir les champs de tulipes en fleur, le mieux, c’est de se rendre aux Pays-Bas en avril/ mai.

C’est également à cette période que le plus grand parc floral du monde, Keukenhof, ouvre ses portes.

Chaque année, plus de 7 millions de fleurs à bulbe y sont plantées. De fabuleuses collections horticoles sont présentées dans les divers jardins et à travers quatre pavillons : tulipes,

jacinthes,

jonquilles, muscaris, orchidées, roses, œillets, iris, lys, fritillaires impériales et bien d'autres encore.

C'est un vrai déferlement de couleurs et de parfums ….

Après comptage des 7 000 000 de bulbes, nous pouvons partir !!!

Un tour en direction de la mer, sur les petites routes environnantes

(plus pratique pour s’arrêter) pour les photos patchwork de champs de fleurs.

Un autre nom connu de cette région : Gouda pays du fromage que nous dégustons et achetons. Nous découvrons le gouda au basilic, à la lavande, à la truffe, carotte, tomate… ainsi que d'autres sortes de fromage.

Sa place du marché aux fromages,

sa mairie

Pour aller voir les moulins de Kinerdijk, nous passons par le ferry de Streekerk (3.90€)

et venons à l’aire CC d’Alblasserdam/Kinderdjik  avec services, bien placée pour cette visite randonnée.

Alblasserdam – Rotterdam – Ouddorp   82 km

La petite pluie de la nuit n’arrête pas le pèlerin qui veut voir les moulins (19 en tout).

Le site est classé Unesco et l’aire CC est un bon plan pour une boucle à pied ou en vélo.

Le gardien nous donne toutes les infos et plans, compter une bonne demi-heure à pied pour voir les premiers moulins. Sur place, nous sommes seuls, en compagnie des canards. Les touristes ne sont pas encore arrivés en cette veille de Pâques. Photos comprises, nous mettrons de 2 bonnes heures pour faire la boucle.

De retour plein et vidanges faites, courses au supermarché proche, direction Rotterdam après le repas. Garés tout proche du pont Erasmus soit du départ des bateaux (Cie Spido), nous partons (11.90€/ 75 minutes), pour la visite guidée du port industriel de Rotterdam.

Le port de Rotterdam est le plus grand port européen, un des plus grands au monde entre autre pour le trafic de conteneurs . C'est surtout un port d'importation, pour le pétrole comme pour les conteneurs,

Rotterdam reçoit les marchandises depuis le Moyen-Orient ou l'Asie orientale, les décharge des supertankers ou des porte-conteneurs géants et les recharge sur des navires plus petits, les feeders, qui les acheminent vers les ports de moindre importance. Le port couvre toute la vallée du Rhin et de ses affluents. Il mesure 42 km de long de l’embouchure du Rhin jusqu'à la mer du nord. Il est relié à plus de mille ports.

C’est la ville la plus moderne des Pays Bas, elle est connue par sa modernité architecturale.

 

 

 

 

Un tour rapide en ville : la mairie,

la rue des magasins de luxe…

GPS mis pour la région Zélande, cap au sud,

Nuit au « Boerderij camping à la ferme Zonnewende à Ouddorp. La mer du nord  n’est pas loin pour une ballade et pour les surfeurs nombreux ici.

Ouddorp – Groede  158 km

Nous continuons notre descente par la région Zélande, de barrage en ponts, tunnels sous la mer…

Au barrage de l'Escaut, bien petit notre camion ! 

 

 

 

 Pour la visite du barrage c’est 23€/personne + 7€ de parking, un peu cher, nous laissons  tomber et continuons vers Domburg.

 

 

 

 

 

 La route digue entre Domburg et Westkapelle est agréable, la plage et la mer sont à côté. L'heure du repas approche, un lieu idéal pour cela, nous y serons nombreux.

Le phare est construit sur la digue.

Dernière visite au Pays-Bas : Middelburg, très bon accueil du point information,

le Kloveniersdelen, la vieille mairie,

l’abbaye et son cloitre,

la grande place et son musée…encore un très beau centre historique

Nous passons sous la mer, dans le tunnel de Westerscheldetunnel, long de 6.6 km (5€pour les voitures) pour venir passer la nuit sur l’aire CC De Ploeg au village de Groede. La cafétéria de Zagerij est bondée mais sympa et propose beaucoup de plats dont des pancakes ce qui fera notre affaire, avec un peu de wifi pour donner des nouvelles aux enfants en ce jour de Pâques.

Groede (Hollande – Cerfontaine (Belgique)  244 km

Nous quittons les Pays-Bas pour le plat pays que nous ne connaissons pas non plus.

"Avec le vent d'ouest écoutez le tenir... le plat pays qui est le mien....."

Nous souhaitons voir Brugge (ou Bruges) et Gand (ou Gent) qui sont sur notre route.

Nous sommes garés sur un parking « zone bleue » tout prêt du "centrum" grâce un sympathique habitant du quartier . Il nous prête un disque bleu ce qui nous donne 4 heures gratuites pour la visite. (au lieu de 2 h maxi autorisées et chères). Encore une « Venise du Nord » elle n'a rien à envier à sa grande sœur italienne en terme de romantisme.

Son centre-ville est entouré de canaux il permet de jolies balades en bateau, en vélo. A pied il est facile de découvrir cette ville au charme incontestable, inscrite au patrimoine mondial Unesco.

Bruges est le plus bel exemple de centre ville médiéval parfaitement conservé, avec son beffroi surplombant le marché.

C'est une petite ville, nous prenons le temps de nous perdre dans ses ruelles pavées, des boutiques de dentelle et de chocolats, aux trésors architecturaux et historiques. Ses rues ou places sont bordées de nombreuses façades typiques.

La place du Markt, le Burg, la mairie, le beffroi, la basilique, le lac d'amour ou Minnewater, le Beginhof véritable oasis clos.....

Repas moules frites, normal pour la Belgique, sur la place du Mark.

Une cinquantaine de km plus loin c’est la ville de Gand  ou Gent

que nous visitons garés sur le bord d’un canal à environ 1 km à pied du centrum

Nous sommes impressionnés par autant de beautés concentrées.

La Cathédrale Saint Bavon, (en néerlandais: Sint-Baafskathedraal)

Le belfort ou beffroi 

l' hôtel de ville (il faut compléter la collection pour les amis d'internet Lvsc),

 

 

 

 

 

le château féodal Château des comtes de Flandre  

qui en impose, tout comme le château de Gérard le Diable, ancien château fort du XIIIᵉ siècle

Retour au CC, direction l’autoroute pour Bruxelles, Charleroi, Nous serons pour la nuit à côté des lacs de l’Eau de l’Heure à  Cerfontaine.

Nous y serons seuls, il ne fait toujours pas chaud.

Cerfontaine (Belgique) – Verdun (France277 km

Depuis longtemps nous souhaitons visiter Verdun et ses environs en Meuse.

C’est sur notre route, nous prenons la documentation à l’Ossuaire de Douaumont

puis continuons par l'intérieur du fort de Douaumont (4€)

puis l'extérieur avec des averses de neige,

la tranchée des baïonnettes,

le village détruit,

la tour américaine de Montfaucon d’Argonne

(60 m de haut et 200 marches, comme un phare) ,

Le cimetière américain de Romagne s/Montfaucon; avec plus de 14 200 tombes sur 52 hectares, c'est le plus grand cimetière américain en Europe.

 

et la butte Vauquois, autant d'impressionnants lieux de mémoire très bien conservés

Nous passons la nuit à Verdun sur le parking de la citadelle souterraine pour une visite demain matin.

Verdun – Drôme   596 km

Plein de gasoil et vidange à Leclerc, nous visitons la citadelle souterraine en wagonnet (9€) dans un circuit de galeries creusées sous la citadelle pour abriter les hommes et les faire vivre, ces galeries ont jouées un rôle majeur pendant la bataille de 1916.                                          

C'est ici que s'est fait le choix du soldat inconnu.  

Toutes ces visites nous ont permis d'imaginer ce passé pas si lointain à travers un devoir de mémoire.

Le fort de la Falouse est fermé le mercredi donc cap au sud par Commercy.

Repas de midi à Domremy la Pucelle sur le parking de la maison natale de Jeanne d'’arc

puis Dijon, Lyon et la maison

« La Hollande » c’est fini, nous arrivons en Drôme vers 19 h après 3220 km en camping car. Comme d'habitude, il est facile de compter les km en CC, en vélo, mais pas les km à pied.

Pour le dénivelé, un altimètre à 2 chiffres suffit !!! :moqueu10.gif:

Résumé synthèse :

Les Pays-Bas : c’est un petit pays grand comme notre région Rhône-Alpes, une découverte et un vrai un coup de cœur. Ces immensités de champs de fleurs, le parc de Keukenhof et ses 7 000 000 de bulbes, ses couleurs, ses moulins nous ont ravis.

Le charme des centres villes ou villages avec leurs bâtiments et maisons typiques bien conservés,  propres nous ont séduits. L’architecture des façades des maisons souvent penchées à l’avant, le romantisme des ponts et des canaux, la richesse culturelle... Amsterdam la Venise nordique, ses canaux, ses quartiers, tous plus beaux les uns que les autres, est une capitale accessible, et facile pour une visite à pied.

Ce voyage aux Pays-Bas a été complété en ajoutant un peu de Belgique (Bruges et Gant) et Verdun sur la route du retour.

Côté météo, rien à dire pour un mois d’avril en ce qui concerne la pluie (1 heure en journée sur 15 jours) dans un pays connu pour être humide. Côté températures, plusieurs couches de vêtements ont été nécessaires la plupart du temps.

Pour préparer :

Les guides Michelin, Bleu, Routard… les documentations des OT (souvent payantes), des récits et conseils de camping caristes, ont aidé et complété la préparation de ce circuit. A noter le très bon accueil dans les Offices de tourisme, les aires CC, des néerlandais malgré la réputation que nous avions pu lire.

Aires CC, Camping, Parking, bivouacs…

Ville

Lieu / infos

Prix € /jour

Metz

France

Aire devant le Camping en centre ville (moins de 10 mn à pied cathédrale…) possibilité vidange, services dans le camping lorsque ouvert

N 49° 9.12384°  E 6.16909° Aire CCI n° 6761

0

Thorn

Pays bas

Parking indiqué Aire CC sans service bord du village très calme

Rue Waterstraat 51°09'30.5"N 5°50'38.1"E 

2.50 de 9h à 18h gratuit la nuit

Urk

Pays bas

Parking Aire CC sur le port Vidange eau Electricité WC douches chaudes bon accueil

15,00

Harlingen

Pays bas

Aire parking CC sur le port 5 mn centre ville Eau électricité vidange

7.70

Den Helder

Pays bas

Aire parking CC du musée à 5mn à pied départ bateaux vers les îles WC douches chaudes vidange Electricité +1€ - Eau +0.50€

12.60

Amsterdam

Pays bas

Aire CC City camp Papaverweg50 Eau vidange Wifi Electricité +4€ à 10 mn à pied départ du ferry gratuit pour Gare station centrale Amsterdam  N 52.397989, E 4.900636

23,00

Lisse Keukenof

Pays bas

Au bord du canal à proximité du parc 15 à 20 mn à pied

0

Alblasserdam Kinderdijk

Pays bas

Aire CC Vidange Eau Electricité +2€

15,00

Oudddorp

Pays bas

Camping à la ferme Boederij camping Zonnewende à proximité mer

16,50

Groede

Pays bas

Aire CC privée De Ploeg entrée du village à coté d’un camping

10 à 15,00

pour nous 0

Cerfontaine

Belgique

Parking A coté du Lac de l’Eau d’Heure – superette, restaurant à proximité en saison

0

Verdun

France

Parking sous la citadelle à coté entrée citadelle souterraine

0

Verdun

France

Aire CC avec services à coté de la Gare et Leclerc

0

Infos pratiques diverses

- Parkings en centre ville : compter de 2.70 à 4,00 € de l’heure suivant les villes

- Parking gratuits en périphérie avec possibilité de bus

- Gasoil : écarts de prix importants  (nous avons payé le GO de 1.11 à 1.34€

- Radars : vitesse et feux rouge fréquents

- Autoroutes : gratuites

Généralités :

- Royaume composé de 12 provinces

- Superficie 41 530 km² (pour info région Rhône Alpes = 43698 km)

- Langue Néerlandais

- Monnaie Euro

- Principales grandes villes :

  . Amsterdam : (province Hollande septentrionale) capitale : 840 000 habitants

  . Rotterdam : (province Hollande méridionale)                    633 000 habitants

  . La Haye    : (province Hollande méridionale)                     521 000 habitants

  . Utrecht     : (province Utrecht)                                       340 000 habitants

- Le quart du territoire européen des Pays-Bas se situe sous le niveau de la mer

- Les Pays-Bas comptent 17 millions d’habitants.

Notre parcours aux Pays-Bas

Notre parcours aux Pays-Bas

Guides et Lectures :

Guide Vert Michelin : Pays-Bas

Le journal d’Anne Frank : Livre journal intime tenu par Anne Frank

La Paix dans l’enfer : Etty Hillesum    

Les Attentives (un dialogue avec Etty Hillesum) :   Karima Berger

La vie parfaite (Jeanne Guyon, Simone Weil, Etty Hillesum) :  Catherine Millot

Une vie bouleversée suivi de Lettres de Westerbork  : Etty Hillesum


 

Nous avons retrouvé notre caravane des années 68 !!

Pays-Bas – Belgique

 

Repost 0
Published by alain26 - dans Pays-Bas
commenter cet article
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 14:45

La Colombie, reliée au continent nord américain par l’étroit Panama, constitue l’unique porte d’entrée terrestre sur l’Amérique du Sud. C’est aussi le seul pays du sous-continent baigné par les deux océans, Pacifique et Atlantique.

La Colombie est traversée par la grande cordillère des Andes. S’étirant du Nord au Sud, elle se divise en trois ramifications : les cordillères occidentale, centrale et orientale. Les clichés d’un pays de tous les dangers et les mythes liés à ce pays étaient  nombreux jusqu'aux accords de paix : café, émeraudes, drogue, Farc ou encore l'Eldorado..Enfin, et bien que le nom du pays en soit inspiré, Christophe Colomb n’a jamais posé le pied sur le sol colombien. En vrai, nous avons découvert un pays moderne et des habitants particulièrement ouverts sur le monde.

Alors faut-il aller en Colombie ? La réponse est oui, plus que jamais, d'autant que le pays bénéficie désormais d'un regain touristique. Allez donc jeter un œil sur le récit ci-dessous, pour voir que la Colombie n'est pas dangereuse.

Ce récit de voyage (comme les autres) ne se veut pas pédagogique, complet ou ethnologique et n'a pas vocation à remplacer votre guide de voyage traditionnel. Il veut juste transmettre des impressions, purement subjectives sur des lieux, des événements, des personnages, des anecdotes….

22 janvier : PARIS - BOGOTA (vol)

Nous sommes à Roissy depuis la veille, l’A340 d’Air France décolle en retard pour cause de dégivrage sous un soleil très froid.

11 h de vol plus tard et 6 heures de décalage horaire, Djamel notre guide attend les 7 personnes du petit groupe que nous formons à l’aéroport Eldorado de Bogota. Il nous est annoncé 18° au sol à 18 h locale, les parkas et polaires vont rapidement rejoindre la valise. Une petite promenade jusqu’à la place Bolivar tout à côté de l’hôtel pour se dégourdir les jambes avant le dodo, la journée de 24 + 6 h a été longue.

23 janvier : BOGOTA

Au centre du pays, Bogota est la capitale du pays, perchée à 2640 mètres d’altitude, sur un plateau de la Cordillère orientale des montagnes du nord des Andes.C’est à pied que nous partons à la découverte du quartier de La Candelaria, ses maisons colorées et son architecture coloniale; il constitue le centre historique de la ville. La place Bolivar, surnommée « Plaza Mayor » déclarée Monument National regroupe le Capitole, l’hôtel de ville, le palais de justice... Simon Bolivar surnommé le Libertador est un général et homme politique Vénézuélien. Il participa de manière décisive à la libération de la Colombie, ainsi qu'à la création de la Grande Colombie dont il fut le premier président.

la cathédrale Primada

ainsi que la résidence présidentielle Casa Nariño.

La garde présidentielle se prépare et répète pour recevoir F. Hollande et le président Colombien J.M. Santos dans le cadre de l’année France/Colombie.

Nous poursuivons par le quartier des étudiants…

En téléphérique, nous montons jusqu’au sanctuaire de Monserrate situé à 3200 m.

De là haut nous profitons de vues spectaculaires, d’un panorama presque complet sur la capitale qui nous parait assez plate, nous dominons  la grande place de Bogota.

Premier déjeuner, soupe traditionnelle... puis visite de la fondation Botero.

Tableaux de Botero  (cliquer sur photo pour faire défiler)
Tableaux de Botero  (cliquer sur photo pour faire défiler)
Tableaux de Botero  (cliquer sur photo pour faire défiler)
Tableaux de Botero  (cliquer sur photo pour faire défiler)
Tableaux de Botero  (cliquer sur photo pour faire défiler)

Tableaux de Botero (cliquer sur photo pour faire défiler)

Sculptures Botero  (cliquer sur photo pour faire défiler)
Sculptures Botero  (cliquer sur photo pour faire défiler)
Sculptures Botero  (cliquer sur photo pour faire défiler)

Sculptures Botero (cliquer sur photo pour faire défiler)

Tout le monde connaît Botero pour ses sculptures rondes, nous découvrons ici des aquarelles et pastels d'une finesse indescriptible, 123 de ses oeuvres et 85 d'autres artistes. Nous apprécions aussi la belle architecture coloniale,les patios du musée.

mais aussi d'autres oeuvres de Picasso Dali Miro Chagall
mais aussi d'autres oeuvres de Picasso Dali Miro Chagall
mais aussi d'autres oeuvres de Picasso Dali Miro Chagall
mais aussi d'autres oeuvres de Picasso Dali Miro Chagall
mais aussi d'autres oeuvres de Picasso Dali Miro Chagall
mais aussi d'autres oeuvres de Picasso Dali Miro Chagall

mais aussi d'autres oeuvres de Picasso Dali Miro Chagall

Un temps libre permet soit d’approfondir le quartier la Candelaria, soit d’aller jusqu’au quartier rose. Arrivés à l’hôtel, les gardes rapprochés de F. Hollande et de J.M Santos sont là et attendent les 2 présidents qui doivent assister à un concert à l’Opéra.

Nous sommes aux premières loges et assistons à leurs arrivées. N’étant pas invités à rentrer nous nous contentons d’un repas typique dans un petit resto juste à côté.

Ajiaco 

 

 

 

 

et

 

Bandeja Paisa

 

24 janvier : BOGOTA - ARMENIA - SALENTO (RÉGION DU CAFÉ) (vol + 26 km)

La visite du musée de l’Or permet de comprendre toute la beauté de la civilisation précolombienne.

cliquer pour faire défiler
cliquer pour faire défiler
cliquer pour faire défiler
cliquer pour faire défiler
cliquer pour faire défiler
cliquer pour faire défiler
cliquer pour faire défiler
cliquer pour faire défiler
cliquer pour faire défiler

cliquer pour faire défiler

Malgré le pillage des trésors, la Colombie possède aujourd’hui la collection la plus importante d’or au monde soit 35000 objets. Les pièces « Poporo quimbaya El Dorado »

et le « radeau Muisca » sont les plus belles pièces.

A l'intérieur se trouve une exposition de Molas (sculptures sur tissus)

Molas  cliquer pour faire défiler
Molas  cliquer pour faire défiler
Molas  cliquer pour faire défiler
Molas  cliquer pour faire défiler

Molas cliquer pour faire défiler

Nous quittons Bogota, élue "ville de la paix 2017" pendant notre séjour. Le 16 ème sommet des Prix Nobel de la paix s'y tiens début février. Un vol intérieur d’une petite heure avec la Cie Avianca pour Armenia puis un nouveau mini bus nous conduit dans notre hacienda en pleine campagne, un petit paradis plein d'oiseaux, d'orchidées, de beaux arbres dont un gigantesque Ceiba (arbre fromager)

cliquer pour faire défiler les photos
cliquer pour faire défiler les photos
cliquer pour faire défiler les photos
cliquer pour faire défiler les photos
cliquer pour faire défiler les photos

cliquer pour faire défiler les photos

25 janvier : SALENTO - HACIENDA CAFETERA - SALENTO (100 km)

Les villes principales qui forment le triangle du café sont Peireira, Manizales, Armenia, ce triangle du café est classé Unesco.

Après un bon petit café, nous voila partis en Jeep pour la visite d’une hacienda traditionnelle pour la découverte du processus de production du café.

A la finca "Las Brisas Elias ", nous voilà au cœur des plantations, ici agriculture raisonnée, sous des bananiers, avocatiers pour l’ombre, ce qui permet un murissement plus lent et donc un meilleur arôme.

Nous sommes attentifs aux explications qui vont de la plantation à la tasse. Le café est passé à la chaussette devant nous, une dégustation s’impose.

Je dois bien avouer qu’il est particulièrement bon quand on le goûte dans de telles conditions…Le plus joli village est sans aucun doute la petite bourgade de Salento.

cliquer sur la photo pour faire défiler
cliquer sur la photo pour faire défiler
cliquer sur la photo pour faire défiler
cliquer sur la photo pour faire défiler
cliquer sur la photo pour faire défiler

cliquer sur la photo pour faire défiler

Elle est typique du triangle du café avec ses balcons de bois colorés et les ornements aux couleurs vives qui parent portes et fenêtres; Une impression de bien vivre règne ici.

Pour déjeuner à Salento, la truite à l’ail et « patacón » (galette de banane) est excellente. L’après-midi permet d'apprécier l’artisanat local, le village et sa rue principale très colorée, alors que la journée scolaire se termine.

Nous grimpons les nombreux escaliers assez raides jusqu’au belvédère pour apprécier le panorama sur la ville de Salento.

Comme presque tous les soirs, apéro "Aguardiente" ou vin colombien, un moment bien sympathique sauf pour les droits de bouchons !!!

 

26 janvier : SALENTO - VALLÉE DE COCORA - SALENTO ( 25 km )  

Ce matin,nous partons pour la vallée de Cocora.

Au passage, arrêt photos pour les plantations de café

Le mirador offre une vue spectaculaire sur les vallées du Quindio et du Cocora. Un paysage à la fois unique et caractéristique de la Colombie nous attend.

Là-bas se dressent de majestueux palmiers à cire, une espèce propre à la Colombie dont la hauteur peut atteindre 60 ou 70 mètres. La cire du tronc servait à faire des bougies avant l'arrivée de l'électricité. Les têtes de certains palmiers  apparaissent parfois au dessus des nuages, comme s’ils flottaient dans les airs…

Accompagnés également de notre chauffeur, une randonnée d’environ 2h30 pour 300 m de dénivelé ( 2400 m à 2700 m d’altitude) nous permet de découvrir des paysages  unique au monde, spécifiques de la région du café et en particulier ses palmiers à cire. Ils ne poussent qu'à cette altitude, au dessus, c'est la "forêt de brouillard".

Nous avons droit à un vol de condors juste sur nos têtes et un peu plus bas la chance (pour Mireille) de pouvoir photographier un colibri posé.

Pour contribuer à la préservation de ces arbres menacés, une association locale nous invite à planter notre propre palmier,  il faudra revenir pour arroser et vérifier la hauteur.

Encore un peu de temps pour flâner dans Salento, l’artisanat est partout très coloré comme les portes.

Le matin ou le soir, un moment de plaisir à chasser "les photos" des oiseaux

27 janvier : SALENTO - CALI ( 205 km ) 

En route, il est plus facile de croiser les camions de canne à sucre, que de les doubler

Nous avons hâte d'arriver à Cali (officiellement Santiago de Cali), capitale de la salsa, mais surtout ville de coeur de notre guide; nous ne devrions pas être déçu !. 

découverte du quartier colonial de San Antonio : la Loma de la Cruz, et ses maisons peintes

 

 

 

l’église de la Merced.  

Un cours de danse salsa est nécessaire avant la soirée spectacle hors programme

.

La troupe « DELIRIO » est de grande qualité, elle se produit dans le monde entier.

Nous ne verrons pas passer les 4 heures de danses,

cirque, orchestre, animations, dégustations (whisky rhum aguardiente….amuse gueules…) Tous les danseurs, musiciens…sont issus des quartiers pauvres de Cali, la rapidité de leurs pieds nous surprend, une impression qu’ils en ont 4 chacun.

28 janvier : CALI - POPAYAN ( 140 km )

Cali c’est fini ! impossible de partir  malgré le coucher tard, sans une petite ballade matinale à l’exposition permanente inaugurée en 1996 "El Gato del Rio". La principale sculpture en bronze pèse 3 tonnes, c'est un symbole de la ville.

 

cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!
cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!
cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!
cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!
cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!
cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!
cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!
cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!
cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!
cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!
cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!

cliquer pour faire défiler, pour info il y en a d'autres !!

La visite du marché local est  typique, on y trouve de tout, fruits (lulos, mures, ananas, mangues, papayes...), légumes, viandes, fleurs. 

.

Des postes militaires vides depuis la signature de la paix restent en place le long de la route vers Popayan, mais presque plus de contrôles

C'est l’une des plus belles villes coloniales. Elle est surnommée « la ville blanche de Colombie ». Nichée dans les méandres verdoyants du Cauca, à une altitude de 1 737 mètres , Popayan est l’incarnation même du charme colonial, avec ses ruelles pittoresques et ses jolies places pavées, sa tour de l'horloge...

Les nombreuses églises sont comme des œuvres d’art exposées à ciel ouvert, témoignant de la tradition religieuse de la ville. Notre hôtel est un ancien monastère...

C’est aussi la région des indiens Guambianos (petit territoire nommé Guambia) qui vivent de l’agriculture dont des plantations de coca et de marijuana.

Aujourd'hui prés de 6 000 d'entre eux manifestent pour maintenir ce droit,

Ils nous expliquent les usages médicamenteux (pommades,huiles...); ils réclament des propositions d'autres plantations pour pouvoir continuer à vivre de l'agriculture.

En fin de journée ils reprennent leurs bus vers les villages. Une chance pour nous d'assister à cela.

Un tour de ville de nuit, la place,

le pont construit pour permettre aux indiens de traverser la rivière,

vendre et acheter sur les marchés.....

29 janvier : POPAYAN - SAN AUGUSTIN ( 135 km )  

Départ un peu plus matinal, la route pour San Augustin est difficile aujourd’hui, il faut traverser la cordillère centrale, soit 4H30 de route pour faire les 135 km avec 40 à 50 km de piste périlleuse.

En route, arrêt à la cascade Calaguela,

 

 

 

Arrêt à plus de 3000 m d’altitude  pour voir les Frailejones ou Edelweiss géantes 

Les páramos colombiens sont des écosystèmes uniques soumis à des conditions stressantes dont les changements climatiques.

Ici, humidité maxi, fraicheur, boue et encore paysage exceptionnel. Nous croisons beaucoup de gros camions, cette route/piste évite beaucoup de km.

Au restaurant typique « El Fogon » à San Augustin  la cuisine se fait au feu de bois, devant nous et toujours la bonne soupe.

 

 

A San Augustin, la région des parcs archéologiques est considérée comme la « capitale archéologique de la Colombie », elle offre des trésors dans des paysages pittoresques.

Les 300 sculptures monumentales réalistes ou abstraites parsèment ce parc  témoignent de l’art d’une civilisation qui a atteint son apogée durant les huit premiers siècles de notre ère. Le parc est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1995.
 

Trois biens distincts, soit 116 ha au total, composent le Parc archéologique de San Agustín incluant les sites des Mesitas, La Estación, l’Alto de Lavapatas et la Fuente de Lavapatas, Alto de los Ídolos et Alto de Las Piedras.

Le Parc présente le plus vaste ensemble de monuments et de statuaire funéraires mégalithiques précolombiens, de tumulus, de terrasses, de structures funéraires, de statues de pierre, ainsi que le site de la Fuente de Lavapatas, monument religieux sculpté dans le lit rocheux d’un ruisseau.

 

 

 

 

 

 

 

 Une fois réglé le problème d’une guide locale imposée dans le parc de San Augustin,

c’est 3 km à pied au milieu de la forêt sur le site

et 2 fois 135 marches d’escaliers qui nous attendent.

Retour à l’hacienda , en bus local qu’il faut pousser pour le faire démarrer !!!

Le soir lors de notre promenade nocturne, nous compatissons au drame national, :-) miss Colombie n’arrive que 3 ème pour le concours de miss univers, c’est la française qui est élue !!!

Dans la cathédrale, il y a une "répétition" de dames en mantille pour la procession de Pâques

30 janvier : RÉGION DE SAN AUGUSTIN  

C’est en 4X4 que nous partons aujourd’hui, sur une piste étroite pour le village d’Isnos et la source du fleuve Magdalena.

 

 

 

 

 

 

Par un sentier, nous atteignons El Estrecho  le passage le plus étroit du  Magdalena, fleuve le plus important de Colombie. Il coule dans une large vallée entre les cordillères centrale et orientale des Andes, en direction du nord à travers tout le pays.

L’Alto de Los Idolos est situé sur la rive droite de la rivière Magdalena et l’on trouve plus au nord le plus petit site de l’Alto de las Piedras.

La plus grande partie de cette zone forme un remarquable paysage archéologique présentant des vestiges des anciens chemins, limites de champs, fossés de drainage, plates-formes artificielles et monuments funéraires.

C'était une terre sacrée, un lieu de pèlerinage et de culte des ancêtres.

Les  statues, dont certaines mesurent plus de 4 m de hauteur et pèsent plusieurs tonnes, ont été creusées dans des blocs de tuf et de pierre volcanique ; elles protégeaient les chambres funéraires, sarcophages monolithes et sites funéraires. En cours de route, des plantations de canne  à sucre,

la chance est avec nous, nous assistons au travail de la  canne. « La panela »  est le jus de la canne à sucre qui est cuit à haute température pour donner une sorte de mélasse, un sucre naturel non raffiné. 

Après cette pause direction le site

Del Alto de las Piedras

Des plants  de lulos pour la photo,

en arrivant au salto (cascade) Mortiño (170m de haut). 

Sur le retour, beaucoup d'arbres à fleurs rouge (les cachingos)

Repas du soir sympa : soupe fruits de mer au resto « El Meson » à San Augustin

31 janvier : SAN AUGUSTIN   - NEIVA    240 km

Découverte à cheval pour certains, en 4X4 et à pied pour nous, des sites archéologiques  la Pelota, du Purutal, (volcan inactif)

 

 

 

Pour nous, un des plus beaux les statues ont été enduites de teintes naturelles (rouge, bleu, jaune)

De la Cháquira,  où se trouvent plusieurs vestiges des civilisations pré-hispaniques, s’offrent à nous de  très belles vues sur le  fleuve Magdalena avec sa belle vue sur la vallée 

Du Tablón  ou se trouve un musée ethnographique et archéologique

(arbuste à coca et marijuana dans le petit jardin du Tablon),

Les cavaliers nous rejoignent pour le déjeuner au resto typique El Fogon.

Départ pour Neiva

pour y passer la nuit.

1er février : NEIVA -  BOGOTA - VILLA DE LEYVA ( 150 km + vol) 

Ce matin, envol pour Bogota.  En route visite de la cathédrale de sel dans le village colonial de Zipaquira.

Elle est creusée dans une mine de sel sur 32 ha de sel. Parmi les éléments importants de ce site, on trouve  le Chemin de Croix, galerie menant à la coupole dans laquelle sont taillés divers autels, la Coupole, son immense croix sculptée en bas-relief. De là, on peut descendre vers les balcons, le chœur et les escaliers du labyrinthe du Narthex, les mines d’émeraudes. Les nefs de la Cathédrale, ornées de sculptures et flanquées d’imposantes colonnes.

Un excellent repas  (viande de porc et veau cuite à la llanera), soupe au maïs, yucca et banane en légume.  

 

 

Arrivée sous une forte pluie à Villa de Leyva, un quart d’heure après c’est fini.

Première découverte  du village,  l’architecture blanche, typique, les rues pavées, la cathédrale et son retable d’or.

L’hôtel est sympa, familial, juste à côté de la grande place. Le bar et le rhum « Abuelo » sympa aussi !!!  ne nous empêchera pas d'apprécier la place de nuit.

2 février : VILLA DE LEYVA - RAQUIRA - VILLA DE LEYVA ( 60 km ) 

Promenade en solo dans le village, rencontre avec les collégiens en uniforme.

Adossée aux splendides montagnes du Boyacá, perchée à 2 144 m d’altitude, Villa de Leyva, 12 000 habitants, est l'un des plus beaux exemples d'architecture coloniale en Colombie avec ses rues pavées, ses maisons blanches aux patios fleuris. L’immense  place centrale, la plus grande de Colombie avec ses 14 000 m2 , est un joyau d'architecture coloniale.

Nous y déambulons plusieurs fois ainsi que dans les ruelles du centre, à la découverte des boutiques d'artisanat et des maisons aux soubassements en ammonites. 

Nous remontons le temps dans la maison musée de Antonio Ricaurte héros martyr de l'indépendance.

Ainsi qu'au musée Nariño, où Antonio Nariño, précurseur de l'Indépendance, a vécu ses derniers jours. Ne pas oublier d' admirer l'art religieux dans la très belle église du Carmen son autel, ses dorures.

Sur la route qui mène à  Raquira,  le parc archéologique El Infiernito est un site sacré dédié au culte du soleil et aux rituels de fertilité.

C’est un cimetière orné de phallus gigantesques ou pierres debout.

Deux alignements de colonnes de pierre constituent un observatoire solaire rudimentaire.Ce  site sans touriste montre  l'étendue des connaissances des anciens en matière d'astronomie, des rites de ceux qui vivaient là il y a quelques 4000 ans. Afin de se faire pardonner et confesser pour toutes les blagues dans ce lieu direction le monastère

Le Convento del Santo Ecce Homo est un monastère dominicain. Il  offre un cadre ressourçant grâce à son patio fleuri, ses belles arcades à colonnes et le silence des lieux.

A l’intérieur, un petit musée retrace l’histoire coloniale et le processus d’évangélisation des Indiens par les Espagnols.

La promenade à proximité permet de voir les arbres dont des oliviers morts, envahis par des melenas

Retour à Villa de Leyva.

Merci Edi pour la préparation de l’apéro mojito autour d’une discussion intéressante permettant d’approfondir ou d’évoquer beaucoup de sujets sur  la Colombie.

3 février  : VILLA DE LEYVA - BOGOTA - SANTA MARTA  ( 200 km + vol)

Nous devons repasser par  Bogota et ses traditionnels bouchons  pour un vol intérieur à destination de  Santa Marta.

 

 

 

 

 

En cours de route pause café et Arepa (galette de maïs)

 

 

 

 

 

 

Santa Marta est située au bord de la baie, sur la mer des Caraïbes, sur les contreforts de la Sierra Nevada dont on peut apercevoir les pics de la plage.

Ici il fait 38°.

 

 

 

La capitale du département du Magdalena, fondée en 1525, est une des villes les plus anciennes d’Amérique du Sud. Les petits vendeurs

 

 

 

 

 

café,

 

 

                     fruits légumes...

 

 

Mais aussi artisanat  coloré

 

 

 

 

 

 

Ses places dont la plus connue, place des amoureux ou Bolivar,  ses églises, sa cathédrale (Bolivar y fut inhumé  avant le transfert de  sa dépouille au panthéon de Caracas).

Après une mini révolution :-) , apéro rhum et soirée dans un resto chic.

Dans les rues les animations sont nombreuses et bruyantes.

4 février : SANTA MARTA – TAGANGA - SANTA MARTA - (20  km)

La journée dans le parc naturel de Tayrona n’a pas lieu en raison de la fermeture de celui-ci. (fermeture demandée par les indiens pour leur permettre d'effectuer des cérémonies en toute quiétude)

Nous le regrettons mais pas le choix.

 

La visite du musée de l’or dans la maison de la douane est intéressante.

Ce musée est situé dans un très joli bâtiment colonial ayant antérieurement servi de douane, lieu emblématique du centre historique de Santa Marta. Le musée est principalement consacré au travail de l'or par les tayronas mais pas exclusivement puisqu'il comprend également des céramiques et sculptures ainsi que des objets provenant d'autres civilisations.

Dans l’après-midi, nous allons à Taganga en taxi, le notre tombe en panne et devons en changer.

Taganga, ancien village de pêcheurs est aujourd'hui prisé par les voyageurs du monde entier pour ses plages, son sublime paysage montagneux sur la Sierra Nevada et sa proximité avec le parc national de Tayrona.

La végétation change complètement. Pour nous, petite randonnée dans les candélabres (cactus très hauts) avant une baignade dans la mer des Caraïbes.  De retour à Santa Marta,  tous ces produits artisanaux forment une belle décoration dans les rues.

le coucher de soleil sur le malecón est magnifique ce soir.

5 février : SANTA MARTA - CARTHAGÈNE DES INDES ( 240 km

La route vers Carthagène des Indes est monotone, nous devenons difficiles aussi.

Repas poisson créole coco, nous sommes dans les Caraïbes.

Cet après midi, découverte de la ville en solo. Carthagène des Indes, c’est la perle de la côte Caraïbe colombienne , c’est une ville légendaire, une de ces villes qui évoquent mille merveilles et mille aventures.

On imagine les temps coloniaux, les saveurs, les couleurs et les odeurs…

La vieille ville est magnifique, chaque ruelle est un spectacle enchanteur de fleurs, de murs colorés, de jolies et anciennes portes.

Chaque rue mène à une nouvelle découverte, ci dessous institution universitaire

Nous prenons le temps pour parcourir les jolies places, parcs, marchés, les nombreuses églises, les 11 km de  remparts  bien conservés qui entourent la vielle ville, la citadelle…

La ville de Carthagène des Indes et sa forteresse sont classées au patrimoine de l'humanité de l'Unesco. Fondée en 1533 par Pedro de Heredia, elle conserve l’architecture coloniale de ses constructions et l’ensemble de fortifications le plus complet d’Amérique du Sud. Pas d’applaudissements pour le coucher de soleil sur le malecón et les remparts, mais très bon repas crêpes créoles ….

Le soir la ville s'anime, danses, salsa...

Elle est tout aussi belle à la lumière des lampadaires,

les églises

les clochers sont éclairés…

6 février : CARTHAGÈNE DES INDES 

Au programme avant la chaleur (31° à 10h du matin) découverte du château de Barajas emblème de l’architecture militaire coloniale.

Le château de San Felipe de Barajas est la plus grande forteresse construite par les Espagnols pendant leur période coloniale . Elle est située au sommet de la colline de Saint-Lazare une place stratégique. Le premier fort fut construit dès 1536 sur la colline, puis reconstruit en 1657 et enfin renforcé au milieu du 18e siècle.

Toujours à pied,

la vieille ville,

les maisons colorées, les vendeurs de fruits

les places ombragées,

les remparts et tout au loin la ville moderne,

Un Botero sur une place indique que nous reviendrons  (si l'on caresse les seins de madame!)  Un temps libre l’après midi pour déambuler encore dans les rues.

Nous y rencontrons le chanteur Antoine, il filme, discutons un moment avec lui. 

7 février : CARTHAGÈNE - ÎLES DU ROSAIRE - CARTHAGÈNE (bateau) 

C’est le dernier jour complet du circuit et une folle journée pour Alain !!!

Un taxi (cette fois le notre ne connait pas la route !!) nous  emmène prendre un bateau pour les Îles du Rosaire, aux eaux limpides et au sable blanc, en passant à côté de 2 forts.

Petite randonnée sur l’ile,

découverte de la mangrove,

 

 

de belles petites plages,

détente

et baignade renversante pour notre groupe!.

Au déjeuner près de la plage, première surprise, la décoration, les ballons, la musique, la langouste, le gâteau, les bougies…. rien ne manque.

 

Dans l’après midi, le vent s’est levé, le retour s’avère houleux, le bateau est obligé de couper les vagues pendant près d’1h15, douche garantie pour certains !!!

Le temps de prendre une vrai douche, rendez vous est pris pour l’apéro Rhum Zacapa ( le meilleur de Colombie) ballons, encore… avant d’aller dans un bon restaurant pour cette dernière soirée.

Et encore gâteau anniversaire.

Retour tard à l’hôtel, ou un autre gâteau et bougies attend mais plus faim.

Que d’émotions en une journée.

8 février : CARTHAGÈNE - BOGOTA - PARIS (vols)

Un dernier tour dans les rues de Carthagène, derniers achats dont l'artisanat des indiens,

  L’aéroport de Carthagène n’est pas loin, un premier vol d’une petite heure pour Bogota,

repas de midi au « crêpes et waffles » à l’aéroport, puis vol pour Paris après contrôle pour la drogue par les chiens sur tous les bagages.

La Colombie c’est fini, après 1600  kms  (approximatif) + 4 vols intérieurs + pas mal de km à pied, en 4X4, en taxi….

9 février  : PARIS

Arrivée comme prévue à Paris en fin de matinée, TGV en début d’après midi, arrivée en Drome

vers 18 h à la casa.

CONCLUSION

La Colombie c'est fini ! c'est l'heure du  bilan d'un voyage dans ce pays qui nous était présenté comme un pays de voleurs et de brigands. Ils essaient toutefois de changer cette mauvaise image tant répercutée dans le monde. En vrai, nous avons rencontré des habitants absolument charmants, gentils et serviables au possible, ouverts sur le monde.

Les points forts de ce circuit  : c'est  le plus complet que nous ayons trouvé. Les nombreux temps libres permettent de visiter  à notre guise. Cela permet aussi de maintenir ou de réviser l’espagnol lorsque nous sommes seul, ce qui est très efficace puisqu'ils le parlent d’une façon très compréhensible. Le seul bémol est l'annulation du parc de Tayrona.

Côté visites paysages  :  nous avons beaucoup apprécié la diversité des paysages, la palette de tons de verts est complète. Nous avons eu l'impression de revenir avec  les yeux verts….

Côté villes :  nous avons aimé Salento, Popayan, San Agustin, Villa de Leyva,  Carthagène pour leurs couleurs, fleurs, blancheur... sans oublier Cali !

Nous espérons que ce récit vous donnera envie d’aller y faire un tour.

Remerciements :

A nos nombreux chauffeurs de mini bus, 4X4…, Jairo, Israël, Olmer, Franklin, Hermès, Marino… sympathiques et efficaces.

A Djamel guide local, tes compétences professionnelles, tes qualités humaines, ta  bonne pratique des langues, ta bonne humeur  … nous ont permis de découvrir et d’aimer  la Colombie, beau pays à travers ses paysages, son histoire, ses traditions, son patrimoine, sa culture, son économie, sa cuisine….. toujours dans les meilleures conditions possibles, notamment grâce aux nombreux coup de téléphone passés !!!

Un MERCI tout particulier pour l’organisation surprise du dernier jour, également au groupe « vacances fabuleuses » et à Edi.

Merci à tous d’avoir contribué à ces souvenirs et images inoubliables, aux équipes d’Ananta et de La Ruta Naturel

Djamel Serrar guide interprète peut construire votre voyage, pour le joindre, en enlevant xyz mis pour anti spam en tête de son adresse mail.

xyzinfo@larutanatural.com.co

 

Cuisine :

La cuisine colombienne est copieuse, simple, elle est toujours familiale et souvent cuisinée devant nous. La base de la cuisine est la banane plantin, le maïs, les pommes de terre, le riz, les haricots rouges pour les légumes.

 

 

La soupe est servie à presque tous les repas, elle est très bonne et copieuse.

 

 

 

Les fruits et les jus de fruits fraichement pressés sont excellents : lulos, mures, ananas, fruits de la passion, maracuya, papayes, mangues, lima (pitaya) melons….Les fruits ne sont servis que le matin au petit déjeuner.

 

 

Quelques spécialités : La bandeja Paisa, Ajiaco, patacon (galette de banane), Arepa (galette de maïs),Truites à Salento, travers de porc, empanadas, crêpes, viandes et poissons grillés….fruits de mer sur la côte, Arequipe (ou dulce de leche = confiture de lait)

 

 

 

 

Boissons :

Le café colombien est incontournable, l’alcool national "aguardiente"

Le rhum (ron Abuelo, Santero,…)

Le rhum guatémaltèque Zacapa est célèbre et très bon !

 

 

Pour le vin voir plutôt côté Chili, Argentine

Guides et lectures

- Guide vert Michelin Colombie

- Guide National Géographic

- Les FARC une guérilla sans fins ?     Daniel Pécaut

- Les veines ouvertes de l’Amérique latine    Eduardo Galeano

- Ingrid Betancourt   Ce qu'elle n'a pas dit !    Mario Torres

- Ingrid Betancourt  femme courage        Eric Raynaud

- Colombie  Derrière le rideau de fumée, Histoire du terrorisme d'état   Hernando Calvo Ospina

- L'expédition orenoque amazone    Alain Gheerbrant

 

- Film  : Les couleurs de la montagne

Nos hôtels

Bogota : Hotel La Opera

Pereira : Hacienda San Jose

Cali : Hampton by Hilton  + El piano

Popayan : Dann monasterio

San Augustin : San Augustin International

Neiva : Hosteria Matamundo

Villa de Leyva : La espagnola

Santa Marta : Casa del patio  -  Casa del piano

Cartagena : Don pedro de Heredia

Informations générales

Superficie :  1 141 748 Km2 deux fois la superficie de la France, 32 départements

La Colombie est un pays de l'Amérique du sud . il est bordé à l'ouest par l'océan Pacifique et le Panama , au nord par la mer des Caraïbes océan Atlantique, à l'est par le Venezuela  et le Brésil , au sud par l'Equateur  et le Pérou
Population :  50 millions d'habitants

Capitale :  Bogota  9 à 10 millions d’habitants

Villes importantes  :  Medelin, Cali, Barranquilla, Carthagène des Indes...
Langue officielle :  Espagnol
Monnaie officielle :  Peso colombien
Président de la République : Juan Manuel Santos 
Religion : Catholique

Ressources : pétrole, gaz, charbon, émeraudes

Informations pratiques

Visas : pas de visa

Décalage horaire : - 6h par rapport à la France  
Electricité : 110 V.  Prise plate
Quand partir : La meilleure saison pour visiter est la saison sèche qui dure de décembre à mars, en évitant les semaines de mi-décembre à mi-janvier, qui sont très fréquentées par les vacanciers colombiens.

Route : Le réseau routier demande de grandes améliorations. Il est très facile d'utiliser les lignes aériennes intérieures , surtout si l'on a à traverser les cordillères.

Internet : Wifi dans tous nos hôtels et dans beaucoup de restaurants

Le journal Le Crestois est lu même en Colombie !!

Le journal Le Crestois est lu même en Colombie !!

Orchidée

Orchidée


 
Repost 0
Published by alain26 - dans Colombie
commenter cet article

Notre Site

  • : Blog alain26 Voyages en camping car
  • Blog alain26 Voyages en camping car
  • : Voyages dans divers pays du monde
  • Contact

Site randonnées

Cliquez sur cette image pour

 

r201007240097

 

notre site randonnées 

Rechercher Dans Ce Site

Présentation Alain

        Alain et Hélène : 
Nous pratiquons le camping car (en plus de la randonnée) depuis plus de 30 ans . Nous avons pu découvrir par ce moyen : L'Espagne (3fois), Le Portugal, l'Irlande, la Tchéquie, l'Autriche, l'Italie (5 fois),la Sardaigne, la Croatie,la Slovénie, la Turquie (2 fois), la Grèce (14 fois et une trentaine d'îles), l'Albanie,Pays-Bas et bien sur des régions de France: Bretagne Normandie,Auvergne, Jura, Camargue, Cote d'Azur, Oléron, Ré....

Les voyages plus lointains, généralement sous la forme de circuit en 4x4, 6x6,voiture et bus nous ont permis d'apprécier le : Maroc (2 fois),la Tunisie (2 fois),la Libye, les Baléares, les Canaries Ténerife et  Lanzarote , Madère, Malte, l'Egypte (2 fois), le Mexique, le Sénégal, le Vietnam, le Cambodge, la Chine, l'Inde, le Pérou ,la Bolivie ,le Myanmar (Birmanie) ,l'Equateur ,l'Ouzbékistan, le désert blanc en Egypte, Singapour, l'Indonésie Java, Bali, Sulawesi ,le Laos,
mais aussi Oman Dubaï Abou Dhabi,le Yunnan en Chine , Cuba, Iran, le Bhoutan, le Japon et dernièrement la Colombie, les Pays Bas et la Sicile. 

Il nous reste encore beaucoup de projets, de rêves.la Jordanie,l'Ethiopie, la Réunion....et en CC Chypre, la Roumanie, les pays Baltes ...

Image-241.jpg

Choix de la langue

Cliquer sur le drapeau pour lancer traduction automatique

Anglais

800px-Flag of the United Kingdom.svg 

 

 

 

Allemand

134px-Flag of Germany.svg

 

 

 

 

Grèce

drapeau-grec

 

Espagnol

120px-Flag of Spain.svg

 

 

 

 

Italien

italie

Compteur origine des consultations