15 juin 2022 3 15 /06 /juin /2022 14:51

      Voyages en camping car       

France Alsace  New

France Pyrénées centrales

France Auvergne Le Cezallier

France Provence Alpilles Calanques

France Reflets du Périgord Quercy

Albanie CC 

Allemagne CC 

Croatie Slovénie en CC

Espagne Andalousie en CC

Espagne du Nord Ouest en CC

Espagne du centre en CC

Espagne Bardenas CC 

France Alsace

France Arrière pays Niçois

France Auvergne Le Cezallier

France Bretagne 

France Des hauts de France à Bruxelles

France Drôme 

France Jura 

France Lorraine 

France Marseille

France Maurienne Queyras 

France Mercantour 

France Normandie 

France Côte Vermeille 

France Périgord Quercy

France Provence Alpilles Calanques

France Savoie 

France Sorties dans les Alpes

France Vendée et Puy du fou

Grèce Cythère Elafonissos CC 

Grèce Karpathos CC 

Grèce Lemnos Thassos CC 

Grèce Chios Lesbos CC 

Grèce Zante Céphalonie Leucade CC 

Grèce Syros Paros Milos Sifnos CC 

Grèce Rhodes Kos Nisyros Kalymnos Patmos CC 

Grèce Samos et mont Athos CC 

Grèce Sporades Skiatos Skopelos CC 

Grèce Le tour classique

Grèce Crète

Irlande CC

Italie Cinque Terre Toscane Elbe Rome

Italie du sud les Pouilles

Italie Rome 

Italie Sardaigne CC 

Italie Sicile en CC

Luxembourg CC 

Pays-Bas CC

Tchéquie CC 

Turquie Istambul et Ouest CC

Turquie Sud et Est  CC 

 

           Autres voyages           

Cap-Vert     New    

Ethiopie Abyssinie Erta Ale Dallol

Argentine  

Bhoutan

Bolivie 

Cambodge

Chine Pékin Xi'an Shanghaï 

Chine Yunnan

Colombie

Cuba

Egypte désert blanc

Equateur 

Inde Rajasthan 

Indonésie Java Bali Sulawasi 

Iran

Japon

Laos

Libye 

Malte 

Maroc: Marrakech et environs

Mexique 

Myanmar Birmanie 

Oman, Dubaï,Abu Dhabi

Ouzbékistan 

Pérou 

Singapour 

Suisse avec des trains légendaires

Vietnam Cambodge 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 11:46

Partis pour quelques jours à l'occasion du 50 ème anniversaire de notre jumelage en Allemagne, nous en profitons pour compléter des visites en autre en Alsace. Casse croute de midi pris sur le parking du Parc des oiseaux de Villars Les Dombes, avec pour objectif du jour, Besançon.

Garés au parking CC d'Arènes à Besançon,  nous commençons cette découverte par un des 3 circuits possibles donnés par l'OT (environ 5 km). Le parking est tout près des quais que nous longeons

jusqu'à  la synagogue

puis à la tour de la Pelote, une des nombreuses tours de fortifications médiévales, au bord du Doubs.

et là, surprise des jets d'eau sur une sculpture un peu spéciale. Le Minotaure est une sculpture-fontaine réalisée en 2001 par le sculpteur Bisontin Jens Boettcher. Elle est ancrée au pied du pont Denfert-Rochereau. La sculpture monumentale mesure sept mètres et il a fallu couler huit tonnes de bronze.

le temps de changer de rive, le jet redemarre, il est programmé toutes les 15 minutes

Place du St Esprit, une  œuvre horlogère monumentale et moderne est installée sur le fronton du Musée des Beaux Arts, une horloge à balancier gigantesque

Fontaine place du St Esprit

Le temple protestant du St Esprit, le bâtiment et ses dépendances furent construits à partir du XIIIe siècle et affectés à l'accueil des malades et nécessiteux.

sa  galerie aux bois sculptés du XVI ème

Une visite très intéressante tant à l’intérieur qu'à l'extérieur, la chance, le hasard , un concert classique s'y produit lorsque nous y arrivons.

l’Hôtel de ville, l'Office de tourisme,

 l'église St Pierre, en plein centre, se distingue par son architecture à colonnes et un clocher très haut , auparavant un beffroi

La porte noire précède la montée  vers la citadelle, 2 fois plus haute que large, elle est ornée d'une riche décoration sculptée

La cathédrale St Jean est la plus importante église de la ville, elle abrite le siège officiel des archevêques. Située au pied de la citadelle, elle comporte des parties romanes, des voûtes gothiques, des éléments de style baroques, des chapelles renaissances...

La citadelle : compter 3 h de visite et 11 € (tarif unique pour l'ensemble : 3 musées, remparts, citadelle...). Chef d’œuvre de Vauban, inscrite au patrimoine de l'Unesco, elle surplombe de plus de 100 m la vieille ville de la capitale comtoise, enserrée dans un méandre de rivière. Elle offre des panoramas spectaculaires.

Une dizaine de Babouins Gelada cherchent le soleil,

nous avons eu l'occasion d'en voir en liberté en Ethiopie

nous redescendons par un autre chemin

passage à la maison natale de Victor Hugo et celle des frères Lumière

La cour du Palais Granvelle  et le théâtre Ledoux

retour sur les quais

Très content des 2 nuits passées à Besançon qui mérite le détour

Le lendemain , c'est à Colmar que nous connaissons de longue date pour y avoir fait de nombreux arrêts, que nous retournons volontiers

la  collégiale St Martin est l'une des plus grandes églises gothiques du Haut Rhin

 

Ne pas manquer ce véritable joyau ! Nous ré admirons les berges et maisons à colombages typiquement alsaciennes qui bordent la rivière dans cette partie de la cité qui a gardé tout son charme d’antan, beaucoup de monde mais toujours aussi magnifique.

La petite Venise est le nom donné  au cours de la Lauch

et l'alignement original des maisons qui bordent la rivière

L'ancien presbytère protestant, de type renaissance, construit en 1606, domine la grand rue.

 

Le château du Haut-Koenigsbourg (9€)
Dominant la plaine d'Alsace, le château du Haut- Koenigsbourg est le plus connu et visité dans la région.
Il faut dire que le site est exceptionnel, et que la restauration est parfaite. Passer la haute porte , c'est plonger dans l'univers du Moyen Âge,
de la cour basse avec son auberge, sa forge et son moulin, aux escaliers en colimaçon, qui mènent aux appartements meublés du seigneur.

L'architecture de ce château fort impressionnant contraste avec ceux que nous avons l'habitude de visiter à commencer par la couleur des pierres 

De nombreux panneaux d'explications jalonnent le parcours pour faciliter la visite, possibilité aussi de visites guidées incluses dans le billet

 

Ribeauvillé

Située sur la Route des Vins, entre vignoble et montagne, Ribeauvillé est une charmante cité qui a su valoriser son patrimoine historique

Ne pas manquer bien sur une dégustation des produits locaux, gâteaux, charcuterie, boissons ...

La Tour des Bouchers, sur 3 étages, culmine à 29 m doit son nom à la corporation des bouchers qui à l'époque étaient chargés de défendre la ville. Elle permettait aussi de passer d'un quartier à l'autre.

Nous venons pour la nuit, à Saint-Hippolyte, dans les vignes face au château du  Haut-Koenigsbourg

éclairé de nuit

et par le soleil de jour !!

 

Schweigen Rechtenbach est en Allemagne mais village frontière avec la France

Deutsches Weintor ou Porte allemande du vin célèbre l'industrie du vin et marque l'extrémité sud de la route des vins allemands depuis 1936

 

Wissenbourg est une petite ville frontalière avec l'Allemagne. Garés  à l'aire CC près de la rivière, c'est calme et à proximité de la vieille ville, idéal pour la nuit.

Demain matin nous arpenterons ses ruelles, remparts, églises, hôtel de ville, belles maisons, un riche patrimoine architectural et historique

L’abbatiale St Pierre et Paul la deuxième plus grande d'Alsace après Strasbourg

Haut lieu culturel au Moyen-Âge, elle est réputée pour sa fresque géante de St-Christophe, ses vitraux du XIIe siècle, sa chapelle bénédictine et son magnifique orgue baroque du XVIIIe siècle. 

L'hôtel de ville

La maison du sel et son toit pentu à lucarnes : tout d'abord hôpital puis boucherie le bâtiment est devenu entrepôt  à sel

Wissembourg  appelle à la flânerie

 et à la détente 

Parmi les belles demeures, l'immeuble Vogelsberger, son beau portail renaissance, sa fresque et armoiries

L'église protestante St Jean

Retour au CC garé tout près de ce moulin

 

Après cette visite, nous partons pour un circuit passant par le col du Pigeonnier, Lembach, Bitche et sa  citadelle. Au pied, un grand parking (possibilité d'dormir) permet de prendre le repas de midi avant de marcher le long des remparts de la citadelle

Le circuit continue par Reichauffen Froeschwiller, un arrêt à Woerth ,

son château musée

le toit particulier de son église

 

Quelques kilomètres plus loin, nous retrouvons encore de belles toitures

Un arrêt à Hoffen s'impose, sa mairie typique du 19 ème sur piliers

Arpenter la rue principale , ses maisons blanches à colombages, aux poutres et volets sombres. certaines sont à triple auvent, est agréable et calme

Le village de Humspach a été élu village préféré des français en 2020

 

Bouxwiller

Pour la nuit : Parking  rue des Seigneurs à proximité de la salle Orangerie en ville

promenade en ville

Bouxwiller a la particularité de posséder un important parc immobilier de constructions anciennes 

 

 

 

une des plus belles façades peintes

L'Hôtel de ville et la place du marché aux grains

Neuwiller lès Saverne

mérite le détour pour son église Saints Pierre et Paul aux Chapelles superposées. Elle date du XI siècle, elle est intéressante du point de vue architectural, 3 styles sont représentés, la chapelle et le transept sont romans, l'intérieur  gothique, et la façade est classique

De l'autre côté de la rue se trouve l'église St Adelphe. Du  XIII siècle, elle est construite en grès rose, elle abrite les reliques de St Adelphe maintenant dans l'église Sts Pierre et Paul.

Pour visiter voici l'entrée et la sortie du parking, mais nous passons

 

Direction les maisons des rochers de Graufthal, dans la commune de Eschbourg (Haut Rhin) , entouré de forêts et dominé par d’imposantes parois de grès roses.

La maison des Rochers se situe dans le hameau de Graufthal,  Il s'agit d' habitations  semi-troglodytiques habitées jusqu'en 1958. Uniques en Alsace, elles s'abritent au pied des falaises.

En route vers le Col du Bonhomme (949 m) et la route des crêtes non sans avoir fait un arrêt au Relais Vosges Alsace pour un sympathique repas.

Après le col de Schlucht, arrêt au Hohneck indiqué comme ***. A pied nous montons à son sommet (1362 m)

Quelques chamois font la sieste sur des névés

 Avec de la patience et beaucoup de précautions,

il est possible de s'approcher pour la photo ceux qui sont tout près.

 

En poursuivant la route, nous arrivons au parking du  grand Ballon,  et son tapis de fleurs

Du parking compter environ 45 mm (A/R) pour accéder au ballon (1424 m d'altitude)

pas une grosse température, une petite laine s'impose

En contre bas, le Monument des Diables Bleus a été élevé en souvenir des troupes alpines qui réussirent à conquérir de haute lutte les sommets des Vosges et à s’y maintenir durant toute la première guerre mondiale au prix de terribles sacrifices.

Il est aussi possible d’accéder à une table d'orientation qui offre des vues imprenables

Le soir,  le coucher de soleil est superbe, nous l'admirons malgré les 8°

 

Le Vieil Armand, ou Hartmannswillerkopf est un massif montagneux. Il a été tout au long de la première guerre mondiale un objet de combats, surtout entre janvier 1915 et 1916 – période où il gagne son surnom de Mont de la Mort, Moloch ou Mangeur d’Hommes. Environ 300 000 soldats des deux armées y ont combattu, et au moins 25 000 y ont péri.

Le Monument National « Hartmannswillerkopf 14-18 » fait partie des quatre monuments nationaux de la Grande Guerre avec Douaumont dans la Meuse, Dormans dans la Marne et Notre Dame de Lorette en Artois.

Ce monument national (financé par des grandes villes) a été érigé en souvenir des combats qui s'y déroulèrent durant le premier conflit mondial.

Ce monument résolument original, a été inauguré en 1932 par le Président de la République, Albert Lebrun. Le Monument se compose de deux entités : un autel de la patrie dominant la nécropole et la crypte à laquelle on accède par une allée de 80 m évoquant une tranchée.  La nécropole est aménagée sur la pente nord-est du Silberloch, magnifique emplacement, offrant un large panorama sur le champ de bataille et sur la plaine d’Alsace. Là reposent 1640 soldats français dont 384 en 6 ossuaires délimités par des bordures en granit.

Le massif du Hartmannswillerkopf est un éperon rocheux pyramidal surplombant la plaine d’Alsace. Culminant à 956 mètres, cette position stratégique est l’enjeu de furieuses batailles qui s’échelonnent entre décembre 1914 et janvier 1916.

Le champ de bataille porte les traces des combats qui ont causé la perte de 30 000 soldats français et allemands (tués, blessés et disparus). Fortifié tout au long de la Grande Guerre, on peut aujourd’hui encore y voir de nombreux abris et des kilomètres de tranchées dans un état de conservation remarquable.

Le champ de bataille du Hartmannswillerkopf est doté depuis 2014 d’un parcours scénographie de 4,5 kilomètres comprenant 45 panneaux explicatifs trilingues (français, allemand, anglais).

Un circuit-boucle en forme de 8 (Boucle 1 : dans les lignes françaises et allemandes – Boucle 2 : dans les lignes allemandes et plateau mémoriel autour de la Croix de la Paix en Europe) permet de découvrir une partie de ses vestiges en toute sécurité. 

il est difficile d'imaginer ces terrains boisés dans l'état ou ils étaient pendant 14-18

Le monument domine la plaine ,  les vues sont superbes

Nous terminons ce parcours historique en suivant toujours les tranchées existantes

Ce lieu devint, dès la cessation des hostilités, un lieu de pèlerinage éminent. Il appartient désormais aux lieux de mémoire de la Première Guerre mondiale que d’aucuns appellent un musée en plein air.

Wattwiller est réputée pour son eau, nous en profitons pour faire le plein  aux différentes fontaines. Tout au bout de la route des crêtes, Thann est une petite ville au patrimoine historique important

Une belle église gothique d'Alsace, la Collégiale Saint-Thiébaut, à la façade ornée de plus de 500 personnages sculptés, ses 3 tympans,

l'intérieur est très élégant

La toiture et ses tuiles vernissées

Au hasard des ruelles, la cité livre ses richesses patrimoniales : vieilles maisons, tours, quais de la Thur…

L'Office de tourisme se trouve dans une très belle maison ancienne (ci-dessous)

La Tour des Sorcières, ancienne tour de rempart 

Nous compléterons cet article avec des précédentes visites en Alsace (diapositives scannées)

En attendant, il est possible de lire les articles ;

    "France Jura"            et            "France Lorraine"             

pour compléter la visite de cette région (cliquer sur le titre de l'article en orange que vous désirez )

Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 15:29

Deux ans sans voyage, besoin de faire une pause dans l'actualité ( Covid,  guerre, politique.....),

Le Cap-Vert nous trottait dans la tête depuis longtemps, une envie de nature, de découverte et de soleil pas trop loin,  alors pourquoi pas cette année ?

Le Cap-Vert, révélé par les chansons de la célèbre Césaria Evora, est un archipel de 10 îles volcaniques situées à environ 500km à l’ouest des côtes Sénégalo-Mauritaniennes et à 1 750km au sud de l’archipel des Canaries.

Elles se divisent en deux grandes parties:

- au sud « les îles sous le vent »:  Sotavento (Brava, Fogo, Santiago et Maio)

- et au nord « les îles au vent », Barlavento (Boa vista, Sal, São Nicolau, Santa Luzia, São Vicente et Santo Antão). La capitale, Praia, située à Santiago, abrite plus de la moitié de la population du pays.

La culture du Cap-Vert se nourrit d’influences européennes et africaines, la langue officielle est le portugais mais tout le monde parle le crioulo (créole cap-verdien). Toutes ces îles étaient inhabitées jusqu’à l’arrivée des explorateurs portugais. En 1462, la première ville européenne y fut installée : Ribeira grande, qui fut rebaptisée Cidade Velha, et dont les vestiges sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco. En raison de la position géographique du Cap-Vert, située sur la route des navires négriers entre l’Afrique et l’Amérique, le pays était un lieu de passage du commerce esclavagiste. Les terres ont accueilli une population d’esclaves africains dont les influences sont encore présentes : la langue, la gastronomie, la musique, et les croyances. Avec l’abolition de l’esclavage à la fin du XIXe siècle, le métissage des cultures portugaises et africaines s’accentue. L'indépendance de l'archipel a eu lieu le 5 juillet 1975.

Randonner dans des paysages exceptionnels, découvrir des sentiers vertigineux, un relief accidenté, des crêtes escarpées, voila quelques raisons pour parcourir quelques îles, loin du tourisme de masse.

Pour en savoir plus, prenez de bonnes chaussures, de l'eau, un chapeau et suivez nous dans cette aventure en terre peu connue.

Drapeau du Cap-Vert : Le bleu symbolise l'océan Atlantique et les dix étoiles symbolisent les dix îles qui composent l'archipel

Ce récit de voyage (comme les autres) ne se veut pas pédagogique, complet ou ethnologique et n'a pas vocation à remplacer votre guide de voyage traditionnel. Il veut juste transmettre des impressions, purement subjectives sur des lieux, des événements, des personnages, des anecdotes…

Samedi 12 mars : Lyon / Lisbonne – Lisbonne / Mindelo (São Vicente)

Vol international pour le Cap-Vert via Lisbonne avec la TAP au départ de Lyon pour nous, à 5H30 du matin soit réveil à 2H45 dans un petit hôtel tout proche; déjà 1h de décalage horaire à Lisbonne. Petit déjeuner mini dans l’avion = 5€ (tout est payant avec cette compagnie), le café à du mal à passer, ouf le verre d’eau est gratuit. Repas de midi à Lisbonne avec des spécialités portugaises. A 13H40 re-décollage pour environ 4 h de vol, un nouveau décalage d’1 h heure pour le Cap-Vert soit 2 h en hiver avec la France

A l'aéroport Cesaria Evora de Mindelo (Ile de San Vicente), formalités de douanes habituelles plus Covid avant l’accueil par notre guide João.

Direction l’hôtel Che Guevara pour une encore courte nuit en raison de l'horaire du bateau cette fois . Un petit tour dans la ville avant le premier ponche (punch) et le premier repas (excellent poisson Perroquet, légumes)

Dimanche 13 mars : Mindelo – Santo Antão (Ribeira do Paul – Ponta do Sol)

Debout à 5 h , le bateau pour l’ile de Santo Antão est à 7 h pour une petite heure de traversée ventée, çà décoiffe, l’aventure commence....

 50 minutes plus tard, récupération des bagages et d'un véhicule,

 nous devons faire le plein d’eau potable pour plusieurs jours, avant de longer la côte aride jusqu’à Ribeira do Paul 

 C’est parti pour la première randonnée entre manguiers, orangers, bananiers, cannes à sucre, arbres à pain, champs d’ ignames. ...dépaysement garanti dès le premier jour

Ce qui nous frappe rapidement c’est la douceur de vivre des cap-verdiens, la facilité de les aborder, de leur parler. Pas courant le pique nique sous les caféiers, bananiers en compagnie d’un chaton qui crie famine…..Environ 300/400 m de dénivelé pour cette première journée. 

Les maisons traditionnelles d'un hameau

 De nombreux sentiers en pavés, c'était le seul moyen de liaison entre hameaux, villages...

 

beaucoup de maisons ont des murs peints

 Nous partons ensuite en véhicule à Ponta do Sol en longeant l’océan et nous nous installons dans nos chambres.

Un tour à la plage, la mer est démontée, comme souvent sur cette ile, baignade s'abstenir, trop dangereux

le coucher de soleil annoncé n’est pas au rendez vous.  

L’apéro de bienvenue à l’hôtel oui, et c’est important de gouter les différents rhums, mélasse.... !!!

Repas espadon poulet riz, frites, légumes...

Lundi 14 mars : Ponta Do Sol – Fontainhas – Cruzinha – Cha de Igreja

Départ 9h de Ponta do Sol pour une longue randonnée de 16 km et 900 m de dénivelé en cumulé - Ponta do Sol-Fontainhas - Cruzinha . C'est l'un des itinéraires les plus connus de l'ile. il s'effectue assez aisément, avec néanmoins plusieurs montées et descentes assez raides,

En jaune tracé de notre randonnée de la journée

L'Ile volcanique de Santo Antão est un paradis pour randonneurs. Depuis Ponta do Sol, une petite route pavée carrossable rejoint le village coloré de Fontainhas. Elle permet de raccourcir la randonnée en partant de ce village.

Elle est taillée dans la falaise et domine la mer pratiquement en permanence d'au moins  200m

Une spectaculaire randonnée côtière, un véritable balcon entre mer et montagne

Un impressionnant chemin est taillé dans la montagne, les locaux l'utilise encore pour aller de village en village. La route se termine et nous empruntons le sentier pavé, les panoramas sont sublimes.

Fontainhas et ses maisons colorées semble accroché à la montagne, tout autour les champs en terrasse, nous comprenons les difficultés pour l'accès aux cultures.

Nous devinons le chemin que nous allons emprunter, une impression de bout du monde

mais, tout d abord descendons le chemin de croix jalonné de 14 petites niches aux tablettes gravées,

les lacets ne sont pas numérotés !! face à l'océan

 mais après la descente,

il y a la remontée....  

et ce sera le menu de toute la journée.

Nous poursuivons  en balcon jusqu'à Forminguinhas, là où océan et montagne se côtoient. 

 

Le chemin, taillé dans les parois de basalte et  cendres,  surplombe toujours l’Océan

 pas de variante possible ! 

 entre mer et montagne

jusqu'à une petite plage de sable noir.

Sympathique lieu pour la pause déjeuner,  repas dans une famille au bord de l’eau : poulet, poison, manioc, patate douce, igname, riz, bananes, choux …glace au maïs

En chemin certains aperçoivent quelques baleines à bosse

Baleine ! baleine !    dans cette direction,       il sera compris      Hélène ! Hélène !!!  :moqueu10.gif:      :15227910.gif:

 le sentier pavé est bordé par endroit de murets, et de "Bombardera" plante cicatrisante

Après avoir traversé de nombreuses ribeiras et effectué le dernier kilomètre sur un large chemin de terre, nous atteignons le village de Cruzinha, village de pêcheurs du bout du monde.

La navette nous attend pour rejoindre Cha de Igreja,

ou se trouve notre hôtel de ce soir, avec vue sur mer

Mardi 15 mars : Cha de Igreja – Cha de Pedra

Après le petit déjeuner, direction Coculi, nous entrons dans la vallée de Figueiral. Dans la cour d'une école, les cris des enfants nous attirent. L'instituteur prend de temps de nous parler de sa classe pendant que les élèves mangent la soupe, beaucoup  sont partis très tôt à pied pour rejoindre l'école.

  C'est dans la cour qu'ils vont nous chanter leur hymne national.

 En chemin  des papayers "bien garnis" !!!

Idem pour l'arbre à pain.

Ici, c'est une mamie qui nous invite à discuter avec elle, voir sa maison, raconter son histoire, celle de ses nombreux enfants...

Nous prenons rapidement de l’altitude sur un chemin pavé puis au travers des champs de canne à sucre, bananiers, figuiers sauvages et des terrasses, nous traversons plusieurs vallées. 

Ce paysan est très fier de sa récolte d' Igname, manioc

Ici les régimes de bananes sont tournés vers le haut,

certaines variétés sont tournées vers le bas

Les levadas sont utilisées comme un ingénieux système d'irrigation que les habitants ne cessent d'entretenir et perfectionner. Le panorama sur les sommets des alentours est époustouflant. Pour le déjeuner à la fin de la randonnée, ce sera le plat national la cachupa sorte de cassoulet à base de maïs blanc

Là,  les locaux coupent la canne dans des champs en terrasse, quel labeur.

Les grappes de figues sauvages non comestibles sont accrochées aux troncs des figuiers comme des parasites 

Visite d’une distillerie, nombreuses dans le secteur , le grogue (rhum) de Santo Antäo est réputé pour être le meilleur

Une fois coupée la canne est broyée pour l'extraction du jus,

mise en tonneaux pendant quelques jours,

 

chauffé 2 fois…. 1ere fois pour du 18- 20° et deuxième passage pour monter à rhum blanc

Nous avons effectué environ 400 m de dénivelé aujourd’hui et 4 h de marche : Figueiral , Alfonso Cha de Pedra 

Arrivés au village de Chá de Pedra qui domine la vallée, c'est l’installation dans nos chambres de l’hôtel tout vert. Quelle vue, profitons, le temps se couvre.

Mercredi 16 mars : Cha de Pedra –Lagoa – Curral das Vacas

Pluie dans la nuit, brouillard ce matin, c’est mal parti pour effectuer la randonnée du jour à savoir la crête faitière jusqu’au cratère d’un ancien volcan, dommage.  Mais il y a toujours des rencontres, des visites comme Ribeira grande,

un paysage classique de bord de route,

la vieille église

La fontaine où les femmes venaient chercher l'eau

 les peintures sur les murs, les maisons colorées...

Les nombreux taxis collectifs attendent les clients

Ici, un drapeau aux couleurs de l'Ukraine pour appeler à la paix,

 tout près, les locaux font la queue pour s'approvisionner en gaz

Pour Cova, nous empruntons la vieille route pavée « de la Corde » qui offre une magnifique vue sur la partie nord « par temps clair ». La vieille route est la première construite pour la traversée de l’ile. 

En chemin,

encore une rencontre sympathique avec une mamie qui trie des haricots

 devant sa maison

La route escarpée se faufile de crête en crête avant de plonger vers la vallée. Il était prévu pique nique, il sera pris dans nos véhicules en raison du brouillard et du petit crachin.

Nous ne rêvons pas, du mimosa presque le même que chez nous

En redescendant sur Porto Novo, le soleil revient , 

La route pavée  continue,  typique au Cap-Vert, comme les ânes bien utiles pour divers transports et travaux dans les montagnes

Beaucoup de peintures sur les murs de Porto Novo, tous les thèmes sont présents :

Une promenade dans la ville, la musique est aussi présente sur les murs,

les fleurs, les oiseaux.....

Même les partis politiques sont représentés .

Des pécheurs sont arrivés sur la plage, allons voir

mais  tout est déjà vendu 

Nous remontons jusqu’à Curral das Vacas, traversons des coulées de lave de l’ancien volcan (dernière date de coulée non connue),  ou se tenaient des carrières de pierre ponce,

nous longeons un grand canyon

 

Après plus de 60 km de route pavée, l'arrivée à Curral das Vacas à plus de 800 m d'altitude est appréciée. Le cadre est exceptionnel, les paysages somptueux. On en redemande,  petite promenade la lumière est idéale pour les photos, les sujets aussi...

Le repas très copieux poulet, gratin de thon, légumes, riz… devrait nous permettre de bien marcher demain ...

Jeudi 17 mars : Curral – Mindelo / Santiago

Après le petit déjeuner, c'est au départ de l’hôtel que la marche commence

tandis qu'une femme passe une bouteille de gaz sur la tête...

Nous partons pour une boucle d’environ 9 km, toujours ponctuée d'arrêts , de rencontres avec des locaux.

Le chemin s’élève, les paysages sont toujours exceptionnels, de la végétation exotique,  entre Beebeaka, (fruits du diable) bombardera (cicatrisant), mimosas.  

Le sentier monte, descend......

encore un effort, la dernière grimpette est raide

 il faut passer le col

Ici un cadre de verdure

La descente est plus douce, on atteint le fond du canyon, le traversons, le remontons

 devant le cimetière, le gardien est très fier de nous expliquer son travail.

Un copieux spaghetti chorizo, thon, porc nous attend

La charmante gardienne du petit musée en face du port maritime nous montre sur un tableau ce que nous aurions du voir sur les sommets ennuagés ( assez courant à ce que l'on dit )

Nous quittons l’ile aux magnifiques randonnées par le bateau à Porto Novo, pour revenir à Mindelo       (1 petite heure de traversée).

La tour de Belem est une reproduction de celle de Lisbonne en beaucoup plus petite, elle est située à côté du marché aux poissons.

Repas viande grillée sur le port, en face de la réplique de la Tour de Belhem sans oublier le punch coco traditionnel , celui ci ne nous fera pas mal à la tête !!!

Nuit à Mindelo  à l’hôtel Che Guevarra déjà connu lors de notre arrivée

Vendredi 18 mars : Mindelo (Santiago) - Praia - Fogo (Cha das Caldeira)

Il faut se lever un plus tôt pour voir le marché typique aux poissons de Mindelo à 20 minutes à pied de l’hôtel. 

des longs,

des ronds,

 des plats, des colorés... 

Dans le secteur aussi, animations sur le marché aux fruits et légumes,

aux vêtements colorés….

Un tour également dans le quartier colonial, la statue et peinture de Cesaria Evora

 L'esplanade Praca  Nova Amilcar Cabral, dessinée par les anglais , haut lieu du pouvoir colonial,  la mairie,

l'ancien palais rose du gouverneur ou Palacio do Povo, la maison de l'alliance française.....  

L’aéroport est tout proche, pas de vol direct pour Fogo , prochaine île visitée, nous devons passer par Praia (55mm) puis pour Fogo (30 mm).

Entre les 2 vols,  dans la rue commerçante de Praia, le poisson grillé était excellent.

en attendant nos plats, c'est le défilé des commerces ambulants : œufs ou fruits sur la tête, "c'est kit mains libres" pour téléphoner ,

Depuis l'aéroport de Fogo, baptisée "l'île volcan",  compter 2 h de route pavée pour rejoindre notre hébergement situé dans la caldeira du volcan, non sans avoir fait quelques pauses photos à l’entrée du parc.

Nous y sommes, l'immensité, le silence, la noirceur = impressionnant, émouvant... et la vision du  grand Pico

L' hébergement pour 2 nuits "Chez Mariza », qui a construit son hôtel sur la coulée de lave de 2014 est une expérience atypique. La lave n'étant pas encore refroidie, la température du sol est très élevée (peut être proche 50°C) , il faut marcher en sandales dans la chambre pour ne pas se bruler les pieds

Ici, pas de problème pour les petites lessives, la chaleur est telle qu’un teeshirt lavé sèche en quelques minutes ou presque si on l’étend sur le sol.

Il faut dire que les dernières éruptions ne sont pas très vieilles 1951 1991 … et fin 2014. Au mieux il est possible de voir les toits des maisons , au pire ils sont ensevelis sous plusieurs mètres de lave.

Le poulet sauce papaye, plus espadon plus légumes habituels son excellents….

Pour dormir c’est plus compliqué, courants d’air avec porte et fenêtres ouvertes….à 1700 m, ne suffisent pas.

Samedi 19 mars : Cha da Caldeira Petit Fogo

Excellente idée de notre guide, nous accompagner pour faire le « petit Fogo » randonnée d’environ 3h A/R pour 300  /400 m de dénivelé à travers les champs de lave, un désert de cendres noirs étincelants, de tunnels de lave…. une impression d’être sur une autre planète. Les pieds de vigne ont bien du mérite mais donnerons du bon vin.

Depuis  Chã das Caldeiras, cette randonnée nous emmène jusqu’au cratère formé par l’éruption de 2014, d’où nous constatons  l’ampleur de la force destructrice de ce phénomène naturel.  

500 maisons ont été détruites, 120 Hectares de terres agricoles recouvertes,  1000 ou 1500 personnes évacuées......

Il est pratiquement possible de faire le tour du cratère, jauni des émanations soufrées, aux cristaux fragiles, des vues tout simplement époustouflantes sur des paysages lunaires et sur le grand Fogo

Attention l'arête du cratère , côté droit, n'est pas très large 

Quelques odeurs de soufre continuent de s'échapper.

La descente rapide dans le désert de cendres noires a sali les pantalons, pas de problème de séchage de lessive ce soir encore 

Quelques fruitiers résistent, de la vigne.  Pour le grand Fogo, il est possible d' y monter avec un guide local, plus de 1000 m de dénivelé dont une  partie ou il faut "mettre les mains"

Au village, Alsinda une mamie de 67 ans nous offre des cacahuètes, et raconte son histoire, celle de sa maison ensevelie par la dernière coulée de lave (comme toutes celles du secteur) et reconstruite par un de ses fils.

C’est « Chez Izabel » sa fille que nous déjeunons, une excellente Feijoada, typique, local, convivial, servi avec grand sourire comme toujours. Nous adorons

Après la petite sieste, c’est à la Casa Adriano E Filomena Montrond (7 ème génération de la famille du français Armand Montrond  arrivé en 1860 sur l'ile….)

Que nous dégustons son très bon vin doux,

visitons sa propriété, ses vignes,

assistons à un cours de taille de vigne plantées dans la lave…

8 à 12 mètres d'épaisseur de lave dont 4 à 5 mètres au dessus des maisons

La douche froide de la casa Mariza ravigote avant une deuxième nuit dans la chaleur…

Dimanche 20 mars : Cha de Caldeira – Mosteiros – São Felipe  Monte Velho - Pai Antonio - Mosteiros

C'est la plus technique des randonnées qui nous attend aujourd'hui. Depuis le Monte Velho, la descente de "la route du café "s'arrête presque au niveau de la mer. Plus de 4 h de marche pour environ 1200 m de dénivelé négatif

Toute en descente, la 1ère partie est assez facile. La 2ème, avec des marches est plus technique, glissante et donc éprouvante... bons genoux indispensables !!! 

le paysage de la caldeira s’éloigne et laisse place aux eucalyptus, mimosas, manguiers,

caféiers,  citronniers, bananiers, agaves … 

orangers,  

Tony nous offre des oranges, nous parle de son travail,

tout comme les ramasseurs de café. 

Un ouf de soulagement lorsque que nous atteignons le panneau de la route du café signe d'arrivée

Les femmes portent le bois sur la tête, les ânes sur le dos

 de la rigolade, ce n'est que de la descente !!

Un véhicule nous conduit à Moisteiros pour le déjeuner. (Barracuda, poulet légumes riz…) avant d'aller à Sao Felipe en longeant la côte 

Une visite de Sao Felipe s’impose, son église bleu pétant, sa plage de sable noir,

les rouleaux sont trop violents pour la baignade, enfin pour moi…

et moi aussi !!

Visite de Sao Felipe et ses belles maisons colorées

Ce soir, juste derrière notre hôtel « Bella Vista » un repas Buzios (calamars) nous attend. Merci Véro pour le ponche coco et le gâteau (un peu petit !!!) pour ton anniversaire

Lundi 21 mars : Sao Felipe (Fogo) – Santiago (Praia) - Tarrafal

Ou que l'on soit, les marchés sont toujours sources de couleurs, d'animations, de vie, de rencontres ... Un tour à celui de Sao Felipe tout à côté confirme cela : poissons (mérou barracuda thon maquereaux…) Légumes, fruits, fruits du baobab (calabaceira) café…

fromage de chèvre

avant le vol de 30 mm pour Praia la capitale (sur l'île de Santiago).

Déjeuner dans le centre ville au Pub musical "Quintal da Musica" (les célébrités musicales passent ici, elles ont toutes leur photo sur les murs). Un tour de ville : c’est midi et la relève de la garde militaire , le palais présidentiel, l'église,

le marché alimentaire ….(calabaceira ou fruit du baobab) ci dessous

Merous

Après le repas, quelques marches d'escalier pour rejoindre le marché africain "Soucoupira" appelé aussi le souk

(tissus  colorés, cordonniers, coiffeurs, réparateurs de téléphones,

couturiere …..)

Il faut compter environ 2 heures de bonne route pour Tarrafal à l’opposé de l’ile de Santiago,

Un petit arrêt chez le cousin récupérer son rhum, les paysages montagneux sont superbes, désertiques, des sommets à plus de 1000 m…

Grand luxe pour 3 nuits, nous n’avions plus l’habitude, les chambres avec salons sont immenses, super pour les apéros!!! nous sommes à 10 mm de la plage, près des commerces, du marché….

Repas au restaurant « Le Buzios »  très agréable punch coco , (est il besoin de préciser) !!! 

Mardi 22 mars : Tarrafal – rando Serra parc Malaguetta

Le petit déjeuner se fait attendre, pourtant nous devons partir en randonnée dans le parc Serra Malaguetta. Un taxi collectif nous conduit jusqu’à l'entrée du parc départ de la marche, l'ambiance est bien meilleure que la météo. Le temps n’est pas idéal, les vues à 1000 m d'altitude, sur une grande partie de l’ile de Santiago, sont compromises.

Dommage, nous découvrons tout de même l’exposition des plantes endémiques (sisal,

 

agave, lingua de vaca, dragonnier……), dans les "jardim" DA ESANF ou DA TCV, puis nous suivons une piste qui serpente entre deux vallées.

Un homme récolte des herbes pour ses bêtes il les attache avec un lien fait de sisal …..Le chien veille et l’âne attend qu'on le charge. Un oiseau (passarinha) pose pour nous, 

Pique nique rapide, retour par le même taxi collectif qui met du temps à arriver, normal le président du Cap- Vert est à Tarrafal, les contrôles de polices sont fréquents.

Un tour à la plage cette après midi, plusieurs criques plus ou moins abritées du vent sont possibles, l’eau est bonne mais toujours un peu agitée .

Ce soir  au restaurant « Cegonha » brochettes de poissons et musique locale

avec une excellente chanteuse, quelle l’ambiance, notre groupe "met le feu"…

Mercredi 23 mars Tarrafal :

Après le petit déjeuner, il est possible d'assister au retour des pêcheurs sur la plage, une scène de vie quotidienne, se balader dans le centre ville, faire les boutiques presque toutes tenues par des chinois, le marché....

Pourquoi ne pas se laisser tenter par une petite baignade ou simplement se prélasser sur la jolie plage de sable blond, les bateaux de pêche colorés.....

Pour nous ce matin sera la rando jusqu'au phare, au bout de la presqu'île,  en aller-retour

 environ 3 h de marche dont une partie un peu technique surtout pour les petites jambes.

Nous découvrons le phare par le dessus,

 nous avions 2 guides ce matin !!!  tout comme João, ce chien a veillé sur nous

Déjeuner  sur notre terrasse, un tour à l'église toute blanche, à la plage pour un peu de repos, petites courses pour l'apéro...

Dernière soirée à Tarrafal, repas musique au restaurant Cegonha avec la même chanteuse. Au menu, poulpes, octopus (buzios) punch coco offert comme hier pour avoir mis l'ambiance !!! nous sommes repérés, c'est sympa

Jeudi 24 mars : Tarrafal – Cidade Velha - Praïa

Avant de quitter Tarrafal, un tour à la plage cette fois pour assister à l' arrivée des pécheurs

Les femmes s'activent et  gèrent la vente 

En cours de route des paysages désertiques....

Quelques kilomètres avant Praia, arrêt pause déjeuner  en bord de plage en plein cœur de la ville endormie de Cidade Velha. Ancienne capitale du Cap-Vert et inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2009, la ville de Ribeira Grande, rebaptisée Cidade Velha à la fin du XVIIIème siècle, a été la première ville coloniale construite par les Européens sous les tropiques.

Elle conserve de nombreux vestiges , un centre historique, sa place du pilori (plaça do Pelourinho) et sa colonne de marbre. Élevée en 1512, coiffée du symbole des navigateurs, les esclaves qui tentaient de s'enfuir étaient torturés et tués sur cette place publique.

La rue Banana première rue construite sous les tropiques d'un modèle européen est bordée de petites cases en pierres , le calme y règne

De l église  Nossa Senhora do rosario, (très vieille église coloniale  XVI ème siècle) , il reste des influences portugaise et  de magnifiques pierres tombales dans l'allée centrale

Au dessus de la ville, la forteresse royale avec vue panoramique sur l'océan

Quelques kilomètres nous sépare de la capitale Praia.

Dernière soirée commune au restaurant "Quintal de Musica" temple de la musique à Praia avec spectacle en soirée et service "kit mains libres" à la capverdienne ....

Nous n'avons pas encore testé, on verra à la maison !!!

Vendredi 25 mars : Praia – Lisbonne - Lyon

Une nuit et quelques heures de bonus,  nous permettent une visite au palais présidentiel

un  retour au mercado municipal

Nous aurions bien acheté quelques poissons ...

Vol pour Lisbonne,  derniers regards sur le Cap- Vert et le Fogo au loin

Petite surprise à Lisbonne, nous retrouvons Véro et Jacky qui se se sont "offert" une visite de la ville !!!  Puis vol vers Lyon, arrivée  le vendredi 25 mars à 23H50 et à la maison à 2h du matin, des souvenirs plein la tête, et pas mal de kilomètres à pied dans  les jambes.

Résumé - synthèse :

Vous l’avez déjà compris, le bilan de cette aventure est très positif, difficile d 'être déçu même si la météo n'a pas toujours été de notre côté .

Les paysages variés sont d'une beauté extraordinaire, les couleurs également, du bleu de l’océan, du vert des champs fertiles ou plaines arides, du noir des volcans, l’ocre des sommets pelés, les maisons….

Des îles ou les randonnées sont reines, inoubliables, et pour tous les niveaux

Nous avons particulièrement apprécié le peu de touristes au km/2, le peu de monde sur les routes, sur les sentiers, sur les plages…..

Les petites structures hôtelières dans lequel nous étions hébergés, la bonne cuisine familiale, souvent trop copieuse .

Resterons également gravés dans notre mémoire l’extrême gentillesse de ce peuple, hommes et femmes travaillant dur, cherchant toujours le contact, le partage, accueillant, souriant si l’on prend le temps de s’intéresser à leur vie dans ce pays resté authentique.

S’il est un conseil à donner dès l’arrivée au Cap-Vert, adopter leur « cool attitude», leur     « no stress».

Nous espérons que ce récit donnera envie à plein d’autres de se lancer dans l’aventure.

Remerciements:

A João notre guide : tes compétences professionnelles, tes qualités humaines, ton excellent français, ta bonne humeur, ta passion pour ton pays … nous ont permis de découvrir et d’aimer le Cap-Vert à travers son histoire, ses traditions, sa culture, ses paysages, ses randonnées, dans les meilleures conditions possibles

Vous pouvez le joindre à ce mail

xyzdjonyfortes.33@gmail.com en enlevant xyz mis pour anti spam en tête de son adresse mail.

A nos nombreux chauffeurs permettant les transferts aux départs et arrivées de randonnées, transferts également aux hébergements, ports, aéroports…….

A Danielle, Sylvie (s), Anne, Raphaëlle, Véronique, Sophie, Sébastien, Jacky, Patrick, pour avoir contribué à la bonne ambiance de notre sympathique groupe de marcheurs.

Informations pratiques:

Cap-Vert : 550 000 habitants,

Capitale :Praia 160 000 habitants

Langue : Portugais et créole Capverdien

Monnaie :  l'escudo cap-verdien.  (env1 Escudo cap-verdien égal 0,0091 Euro )

Religions : Chrétiens  en majorité, musulmans, protestants

Visa : taxe de sécurité aéroportuaire (TSA) : 3 400 escudos cap-verdiens (environ 30,83 €) pour les vols internationaux.

Décalage horaire : 2 heures en hiver, 3h l'été

Électricité : Prises idem France

Pharmacie : prévoir pharmacie personnelle

Climat :  chaud  (moyenne de 25 -30° dans l'année)  en journée. Pour ailleurs, prévoir vêtement chaud pour soirée, nuit en altitude...

 

Liste de nos hébergements  :

Ile Ville village Hôtel
Sao Vicente   Mindelo   Che Guevara
Santo Antão Ponta Do Sol Résidencial Ponta do Sol
  Cha de Igreja Mité é banana
  Chá de Pedra Pousada Green Place
  Curral das Vacas Casa Santos Pinto
Fogo     Cha das Caldeira Chez Mariza
  Sao Felipe Bella Vista
Santiago Tarrafal Santo Amaro
  Praïa Santa Maria

 

CUISINE : ci dessous quelques exemples d'assiettes, souvent poisson ou fruits de mer (Buzios...) et viande toujours accompagnés de légumes (manioc ignames, patates douces, choux, bananes cuites), frites, riz....

Poisson Perroquet

 

 

 

 

 Espadon,  poulet

 

 

 

 

Poulet, poisson,  glace au maïs ou pudding (flanc) en dessert

 

 

 

 

Le plat national : la cachupa sorte de cassoulet est une spécialité culinaire cap-verdienne,  dont les ingrédients de base sont le maïs blanc et les haricots secs. 

cachupa simple, avec peu ou pas de légumes, des féculents et de la viande, cachupa rica (riche), et cachupada, encore plus riche. 

 

 

 Le poisson grillé

 

 

 

 

 Le poulet sauce papaye, plus espadon plus légumes habituels

 

 

 

 

La feijoada est un plat très populaire, à base de haricots et généralement de viande de porc.

 

 

 

 

Barracuda, poulet légumes riz…

 

 

 

 

Légumes traditionnels: ignames, patates douces, manioc, bananes...

 

 

 

 

Fromage de chèvre,

Desserts : pudding au lait, fruits exotiques.....

Jus de calabaceira (baobab)

 

 

 

 

Boissons

Vins du Cap-Vert La quasi-totalité du vignoble se trouve au centre de l'île de Fogo, dans la caldeira du Pico do Fogo, Les vins rouges sont corsés et riches en couleurs, il a une couleur foncée avec des nuances de violet. Le vin blanc, élaboré à partir de raisins muscat locaux, Le plus populaire des vins de l'île est un vin demi-doux ou sec, vinifié à la maison. Il est appelé «Manecom». La plupart des ménages en font soit pour vendre, soit pour leur consommation personnelle. Il peut être rouge ou blanc, sec ou doux, mais la variété rouge sucré est de loin le plus appréciée. En vin de table, le plus connu est le " Chat " en rouge et blanc

 

Les alcools typiques issus de la canne à sucre

La culture de la canne à sucre est particulièrement développée. De cette récolte, les Cap-Verdiens produisent différentes boissons, telles que le grogue (rhum) et le punch (rhum aromatisé)

Le punch ou ponche est le résultat d’un mélange de grogue et de différents arômes. Il peut être aromatisé avec des fruits comme la mangue, le fruit de la passion ou le citron. Sa teneur en alcool, moins importante (environ 20 degrés) que celle du rhum. N’oubliez pas que l’eau du robinet n’est pas potable au Cap-Vert. N’ajoutez donc pas de glaçons pour les rafraîchir !

Le café cap-verdien,

Sur l’île de Fogo, les caféiers sont cultivés en altitude sur les terres composées de couches de lave riches en nutriments. Ils sont également visibles le long des sentiers de randonnées qui traversent l’île de Santo Antão. La production de café est artisanale et donc limitée, mais cela n’empêche pas au café cap-verdien d’être apprécié sur place.

Guides -Lectures

- Guide Olizane Cap-Vert Loin des yeux du monde

- Guide  Geoguide Cap-Vert

- Guide Vert Week&Go Michelin Cap-Vert

- Cesaria Evora   La voix du Cap-Vert     Veronique Mortaigne

 

- Musique

Peuplé par des européens et par des esclaves africains, le Cap vert est le pays du métissage, ce brassage se ressent également sur le plan musical. Parmi les nombreux artistes capverdiens, comment ne pas consacrer quelques lignes à la grande Cesaria Evora surnommée "la Diva aux pieds nus"

La chanteuse capverdienne Cesária Évora décédée en décembre 2011 à l'âge de 70 ans a chanté dans les plus grandes salles du monde, elle recevra de multiples récompenses. Sa vie et sa voix ont permis de rendre populaire dans le monde entier un genre musical mélancolique propre au Cap Vert : la morna. Avec entre autre sa chanson Sodade, elle a permis à ce «petit pays» d’exister aux yeux et aux oreilles du monde.

 

Autres artistes : Mayra Andrade, Tito Paris, Lura, Mariana Ramos ..... et beaucoup d'autres

 

    Ci-dessous         Plans des îles visitées au Cap Vert    

São Vicente

Santo Antão

Fogo

Santiago

 

Cap Vert
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2021 1 27 /09 /septembre /2021 16:34

 Hautes Pyrénées – La Bigorre : "des Monts et des Merveilles" Septembre 2021

Pour cet automne 2021 toujours incertain, nous choisissons encore la France, il reste beaucoup de belles régions à explorer.

Pourquoi les Pyrénées centrales, cet autre massif montagneux ?

- Pour les paysages et panoramas somptueux et préservés, le Parc national des Pyrénées le plus ancien de France, les cols mythiques du Tour de France : Aubisque, Tourmalet, Aspin, Peyresourde, …

- Pour s’approcher des sommets emblématiques : le Vignemale (3 298 m) visible depuis le lac de Gaube, le Pic du Midi, accessible facilement en téléphérique; Admirer les cascades spectaculaires du Pont d’Espagne à Cauterets; Incontournables également, les grands cirques : cirques de Troumouse et de Gavarnie, au sein du site classé UNESCO de Gavarnie-Mont Perdu.

- Pour voyager dans l’histoire, revenir aux sources de l’Humanité dans les grottes ornées de Niaux, du Mas d’Azil, revivre l’épopée cathare dans les châteaux de Puilaurens ou de Foix, entrer dans la peau d’un pèlerin  à Saint-Lizier ou Saint-Bertrand de Comminges...

Chaussures de randonnées au pied ou pas, parcourons ensemble ce territoire merveilleux.

Ce récit de voyage en camping car (comme les autres) ne se veut pas pédagogique, complet ou ethnologique et n'a pas vocation à remplacer votre guide de voyage traditionnel. Il veut juste transmettre des impressions, purement subjectives sur des lieux, des événements, des personnages, des anecdotes….   Parcours en fin d'article

Drôme – Carcassonne 352 km

Cap au sud , GPS mis pour la visite de Carcassonne ce soir, une envie de revoir ce joyaux. Garés à l’aire CC, à côté du camping route de Limoux, nous sommes en 20 minutes à pied de la Cité par un sympathique sentier éclairé le soir.

Dominant de son éperon rocheux l'Aude, la cité de Carcassonne s'élève en une imposante forteresse médiévale, la plus grande d'Europe, encerclée de hautes murailles. A l'abri de ses remparts jalonnés de  nombreuses tours de défenses, le château Comtal, la basilique St Nazaire, les tours et les ruelles pavées racontent 2500 ans d'histoire.

 Un immense fossé et une grande barbacane le protège et en font une véritable forteresse intérieure. Nous entrons par la porte de l'Aude.

Dans le bourg médiéval, les ruelles intéressantes et tortueuses, bordées de boutiques d'artisanat et de souvenirs, invitent à la flânerie. Beaucoup de monde à la porte Narbonnaise et ses 2 gigantesques tours pour la photo.

Visite de la cité (châteaux et remparts 9.50 €) avec pass sanitaire.

Des vestiges provenant de la Cité sont exposés au musée lapidaire.

La cité se compose d'un noyau fortifié, le Château Comtal et son dédale d'escaliers et couloirs, d'une double enceinte concentrique, 52 tours et 3 km de remparts.

Promenade et retour au CC par les remparts du bas. Après la pause et le repas, la magie s'opère de nuit avec l’éclairage le long des remparts, tout d'abord côté gauche,  simplement superbe et peu de monde.

La porte Narbonnaise est l'entrée principale, la seule ou passait les chars. 

 Carcassonne – Rieux Volvestre 178 km

La  bastide médiévale de Mirepoix est située dans le pays des Pyrénées Cathare labellisé pays d'arts et d'histoire. Nous pouvons y observer des couverts du XV ème siècle et de superbes maisons à colombages sur galeries de bois.

 La halle, la mairie,

Elle est surtout célèbre pour la maison des Consuls édifiée fin du 13 ème siècle, classée monument historique. Le rez de chaussée est orné de pièces de bois sculptées sur les poutres horizontales,

deux rangées de figures en façades,

en tout une centaine de sculptures  précieuses pour la diversité et la force de leurs traits.

La grotte préhistorique du Mas D'Azil est reconnue comme un site exceptionnel par son impressionnante géologie et sa renommée archéologique. C'est une grotte sèche, donc pas de concrétions mais c'est une partie de l'histoire de nos ancêtres les aurignaciens qu'il faut venir chercher ici.

 Située en amont du village, c'est un site hors normes avec un porche de plus de 70 m de haut, une route et la rivière Arize la traverse.

Des ossements d'animaux y reposent, témoins qu'ils furent les premiers occupant des lieux. Avant la visite, le centre d'interprétation permet de faire connaissance avec ce qui nous attend dans la grotte (9€).

 photos interdites à l'intérieur

Petite promenade jusqu'à l'entrée ou sortie coté village. Situé dans le village, le musée de la préhistoire complète la visite guidée, il est ouvert seulement de 16h30 à 18h.

Par la vallée d’Arize nous rejoignons Rieux Volvestre, village rose de caractère classé " plus beaux détours de France ". Son Office de tourisme sympathique possède 2 petits musées gratuits dont celui des archers de Papogay (grande fête en mai). La cathédrale Ste Marie et le trésor épiscopal dominent l'ensemble historique.

Le pont Lajoux jouxte la cathédrale,

 juste en face de magnifiques maisons à colombages....,

Certains monuments dont la halle sont éclairés pour la promenade nocturne

Sur le pont d'Auriac, la chapelle Notre Dame de Bonne Garde servait de séparation d'un point de vue religieux entre les 2 villages, également de tour de guet ou de contrôle pendant la révolution.

Garés sur le parking du stade, nous y restons pour la nuit,

 Rieux Volvestre – St Pé de Bigorre 148 km

Impossible de passer à St Gaudens sans aller voir nos amis Thérèse et Michel. Un bon petit repas, des conseils de visites également, et c’est partis en direction de Lourdes, Bagnères de Bigorre pour une nuit à St Pé de Bigorre, mini camping à la ferme à côté des grottes de Bétharram  que nous visiterons demain. Pas l’impression d’être dans un camping.

 St Pé de Bigorre – Agos Vidalos 85 km

La nuit est fraiche et humide au bord du Gave de Pau, également frais dans la grotte de Bétharram; (16€50 navette + bateau + train + guide) Le premier bus part à 9h30, il nous emmène à l’entrée située 2 km plus haut. Les grottes de Betharram sont situées sur 2 départements, on y entre par les Pyrénées Atlantiques et on en ressort par les Hautes Pyrénées

la partie visitée s'étend sur 2km800 avec une dénivellation de 80 m, le parcours souterrain de la rivière est de 3km500. 

Pendant 1h30 nous traversons une montagne creusée par l'eau au fil des siècles, une féérie de concrétions calcaires aux formes étonnantes, sublimées par l'éclairage.

Nous imaginons le bassin des naïades, la salle des lustres, la colonne géante,

la colonne en formation, la cloche, le gouffre pour n'en citer que quelques uns avant de prendre le bateau 250 marches plus bas dans la rivière souterraine.

Le voyage se poursuit à pied,  un petit train nous ramène au parking.

A Pau, garés sur le grand parking Verdun (1€ la demi journée), nous irons découvrir le château et ses environs (visite guidée 7€) après avoir longé le boulevard des Pyrénées (maisons bourgeoises). Il surplombe le Gave de Pau, tout comme le château. Dressé sur un éperon rocheux, c'est le monument emblématique de la cité. De nombreuses figures marquent ce lieu mais avant tout celle d'Henri IV premier Bourbon a devenir roi de France et de Navarre, il y voit le jour en 1553.

La salle dite "des cents couverts" est à nos yeux l'une des plus réputées pour ses tapisseries et sa table géante, mais pas de "poule au pot" aujourd'hui !!! Une imposante statue d'Henri IV, en marbre de carrare, orne cette salle à manger d'apparat.

Plafond à caissons de bois et stuc, riches tapisseries... tout est somptueux dans ce salon

Nous passons la nuit au sud de Lourdes, à Agos Vidalos (Pilbeste)

Ago Vidalos – Lac de Fabrèges 91 km

Les croissants et le pain du camping tout proche pour le petit déjeuner sont excellents.      A Lourdes nous nous garons au parking bus et CC gratuit « Lapacca » à environ 15 mm à pied du centre pour une petite révision, cela ne fait de mal à personne !!!

Première rencontre avec une religieuse en train de prier, Very Happy

Au pied de son imposant château, Lourdes et son sanctuaire Notre Dame de Lourdes, accueille pèlerins et visiteurs du monde entier toute l'année mais vu la conjoncture, beaucoup moins de monde cette saison.

La basilique souterraine  St Pie X a une surface de 12 000 m2, elle peut contenir jusqu'à 25 000 personnes

 A quelques km de là, le village bastide de Lestelle Betharam, attire l'attention par son imposant sanctuaire,  c'est aussi un lieu de pèlerinages.

 

Par la vallée d'Ossau nous arrivons à Laruns, nous achetons les billets pour le train d'Artouste à l'OT (25€) pour le lendemain. De virages en tunnels,  nous grimpons jusqu’à Fabrèges pour la nuit sur le grand parking au bord du lac.

En route plusieurs "bouchons" dus aux transferts des troupeaux de brebis sur une autre montagne. Ici, le pastoralisme, élément essentiel de la montagne est une pratique millénaire. Le soir, le berger fait le tour des CC pour vendre son excellent fromage, sympathiques animations.

 Fabrèges - Argelès Gazost 71 km

Artouste-Fabrèges est une station de sport d'hiver d'altitude dans la haute vallée d'Ossau sur la commune de Laruns (Pyrénées Atlantiques Béarn). Billets pour 9h30 pour le téléphérique et 10 h pour le train d’Artouste (15 mm plus 50 mm de train).

Ce petit train  est le plus haut d'Europe (2000m), c'est une possibilité originale d’accéder au lac d'Artouste, sur des voies étroites avec à-pics impressionnants.

Les panoramas sont exceptionnels dans une nature préservée.

En cours de route,  quelques arrêts croisements ou aiguillages,  une marmotte vient nous saluer

Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler

Cliquer sur la photo pour faire défiler

un peu de marche pour accéder au lac

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales

Attention de bien respecter l'horaire de retour du train. Pour nous 1h40 sur place après être allés jusqu'au lac barrage. Compter 30 minutes A/R sur un chemin pierreux pour accéder au lac.

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales

Descente et petit resto à la crêperie de l’Ours au pied du téléphérique. Le mythique col de l’Aubisque nous attend mais pas en vélo !!!, la transhumance se poursuit. En descendant vers le Soulor, un vautour fauve est posé en bord de route.

Tout le monde est à l'arrêt, téléphones en mains pour les photos, une scène rare.

Beaucoup moins dur le col du Soulor, un arrêt à Argelès Gazost pour quelques courses.

Nous y restons pour la nuit.

 Argelès Gazost - Cauterets 37 km

Réveil matinal pour randonner au lac de Gaube (1725m) et refuge des Oulètes (2151m) au départ du parking payant (7€) du Pont d’Espagne (1459m). Sur le parking, point d'information, toilettes mais il est interdit d'y passer la nuit. La marche commence par une traversée de la forêt le long du Gave du Gaube.

Compter 700 m de dénivelé, 6 bonnes heures  de marche jusqu'au refuge

Le lac est surplombé par des sommets de plus de 2500 m 

Après le lac, le sentier est très pierreux, les marches souvent hautes pour les petites jambes, l’attention est demandée à chaque pas, dommage pour le paysage.

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales

Pique nique face au Vignemale (sommet à 3298 m) et aux glaciers

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales

Retour par le même chemin, pause appréciée sur la petite plage au bord du lac. Nous empruntons la piste du télésiège pour revenir au Pont d’Espagne et sa très haute cascade avant de rejoindre le parking tout proche.

Le Pont d'Espagne est un site naturel situé en plein cœur du parc national des Pyrénées, il fait partie des grands sites d'Occitanie. C'est le point de départ de plusieurs randonnées dont celle que nous venons de faire. Le pont date de 1886, auparavant c'était une voie pastorale, il permettait des  échanges commerciaux avec l'Espagne d'ou son nom.

Après la galère dans les pierres les jambes sont lourdes, mais petite balade dans Cauterets éclairé le soir,  pas un chat dans les rues. Nuit à Cauterets .

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales

 Cauterets – Gavarnie 37 km

Sur conseils de sympathiques randonneurs la veille, nous décidons de faire le chemin  des cascades au départ de « La Raillere » sur le GR10. Compter 4 h de marche A/R  et 500 m de dénivelé pour rejoindre le Pont d’Espagne. Ne pas oublier les bonnes chaussures. En remontant le torrent du Gave du Val de Jeret, 6 cascades bruyantes nous  attendent :  Mauhourat, Escane-Gat, Cerisay, Pouet Bacou, Pas de l'Ours et de Boussès. Celle de La Cerisay est plus visible de la route que par le chemin.

Jusqu’au Pont d’Espagne, le sentier est très ombragé,  idéal avec la chaleur. 

et une dernière, la cascade du Lutour à 15 mm du parking des Railleres

Petit restaurant « La Cascade » au retour (bonne truite au Jurançon) = produits locaux. A Gavarnie, deux gendarmettes barrent tout accès au village, parking payant obligatoire. Nous passons la nuit à l'entrée du village .

 Gavarnie - Troumouse parking Maillet 51 km

C’est sous un ciel menaçant que nous partons pour le Cirque de Gavarnie prévu par le sentier « Bellevue ». Dès le village, un gentil chien nous accompagne. Le cirque de Gavarnie est un cirque naturel de type glaciaire, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco.

Il est entouré de 16 sommets (que nous ne voyons pas aujourd'hui!) de plus de 3000 m,

il abrite une des plus hautes cascades d'Europe (423 m).  

Une petite pluie nous fait changer d’avis, c’est par le chemin intermédiaire que nous atteignons l’Hôtellerie après 2h de marche (attention un sentier non balisé nous a emmené vers le torrent)  

Compter une petite heure pour atteindre le pied de la cascade à 1742 m soit 400 m de dénivelé. 

Le retour se fera en marche rapide sous la pluie par la piste en 3/4 heure, le pique nique emporté est pris au CC à l’abri 

Nous partons pour le col des Tentes (2100m), nous laissons tomber la brèche de Roland prévue le lendemain, le temps est trop incertain et rend glissant pierres et sentiers. Du col, magnifiques paysages sur les sommets environnants dont le Vignemale... par temps clair!!!

Cap mis sur le cirque de Troumouse moins célèbre et touristique que Gavarnie, mais tout aussi beau à nos yeux. Il fait aussi partie intégrante du site Franco-Espagnol "Pyrénées Mont Perdu" inscrit à l'Unesco et au patrimoine culturel.

Des 3 cirques que possèdent les Pyrénées, il est le plus vaste. Moins vertical que Gavarnie, il est le plus ouvert avec une circonférence de 11 km. Il abrite de nombreux troupeaux de vaches et brebis. La route accédant au plateau de Maillet est a elle seule un vrai spectacle.

Nous passons la nuit sur le parking devant l’auberge Maillet. Si le temps le permet, demain nous prendrons le petit train tracteur pour aller jusqu’au cirque. 

Animation du soir transhumance de vaches

pourvu que demain il fasse beau

Troumouse – Payolle 69 km

Pluie toute la nuit mais beau temps ce matin, à 10 h, premier départ du train tracteur navette (7€)

Il emmène à l’entrée du cirque en 20 mm sinon 50 mm à pied. De la "gare" nous partons à pied, en 2 h il est possible d’aller au lac glaciaire (lac des Aires) vide en cette saison, puis à la vierge. Le panorama depuis la vierge de Troumouse permet de se rendre compte de la grandeur du site, de la beauté de la muraille rocheuse frontière avec l'Espagne.

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales

des petits lacs effet miroir renversant les montagnes !!

Plus sauvage, grandiose,

 la transhumance des vaches se poursuit. elles semblent sortir du lac des Aires

attention une vache peut en cacher une autre

magnifique

éblouissant

Nous n' allons pas plus loin sur l avancée centrale

attention ! il y a une marche

il reste encore quelques fleurs (aconits entre autre).

Une chapelle tout près de la vierge protectrice contre les périls (avalanches, disettes...)

le  petit train nous ramène.

Retour au CC pour le casse croute même si l’auberge sert des repas. C’est par le col du Tourmalet, Barèges et La Mongie que nous poursuivons notre périple.

La route du col du Tourmalet

Le tour de France a du passer ici, aujourd'hui ce sont les chevaux en liberté qui font l'animation

Prochain objectif : le Pic du Midi de Bigorre; l’OT de La Mongie nous informe de la mauvaise météo pour le lendemain, et nous conseillent de reporter notre projet au surlendemain. Nous passons la nuit à Payolle Campan

 Payolle - La Mongie 51 km

Remise au propre pour le CC et ses occupants, c’est parti pour une petite randonnée jusqu’au lac de Payolle (2h A/R compris le tour du lac) dans la matinée. De grands espaces,

de grandes forêts de sapins, un environnement naturel et préservé de toute beauté. 

Quelques courses à Bagnères de Bigorre, station thermale connue, avant la visite du centre ancien de la ville

le Cloitre St Jean,

Une maison à pan de bois, la maison de Jeanne d’Albret, mère d'Henri IV....

la tour des Jacobins.

Arrêt impératif à Campan et ses célèbres mounaques, étonnantes poupées issues d'une vieille tradition locale. De grandeurs natures, elles sont faites de chiffons et de foin, habillées de vêtements. Chaque été, elles sont exposées de juillet à fin septembre.

 sur les balcons, dans les rues.....

dans les jardins, lavoirs...

Tradition également du "Charivari" manifestation très bruyante  de mécontentement social, liée au système d'héritage. Les mariages hors la normes faisaient aussi l'objet d'un charivari. Ces poupées accrochées aux maisons étaient sensées représenter les défauts des futurs mariés......

Malgré un brouillard serré, en prenant la rue Pêne-Nêgre à La Mongie, nous trouvons au radar le parking  au dessus de la station, pour y passer la nuit. Les vues sont sensées êtres exceptionnelles, ce n'est pas le cas ce soir. Le Pic du Midi est prévu demain, nous y croyons...

 La Mongie – Aragnouet 66 km

Miracle, le brouillard a disparu, les vues panoramiques depuis ce parking sont effectivement magnifiques ce matin,

les nuages dans la vallée,

Nous réservons rapidement sur le Net pour le Pic du midi de Bigorre avec la première cabine de téléphérique du matin (45€). 2 téléphériques se succèdent pour effectuer 1000 m de dénivelé en 15 minutes. Il est possible d’y accéder à pied depuis le col du Tourmalet ou depuis Ste Marie de Campan (vrai sentier muletier des porteurs avant).

Situé dans les Hautes Pyrénées, surmonté de sa haute antenne, l'incontournable Pic du Midi  est connu entre autre pour la présence d'un observatoire astronomique exceptionnel et réputé par les scientifiques  qui y étudient et photographient le ciel et les planètes. 

Une journée rare en tout point de vue, la chance est avec nous côté météo, un guide nous confirme.

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales

Fascinés dès l'arrivée par les paysages d'exception, nous commençons par les extérieurs,

Pendant qu'il n'y a pas la queue, nous allons directement "au Ponton dans le Ciel" pour la photo traditionnelle. C’est une passerelle vertigineuse de 12 m de long, suspendue au dessus du vide, nous y reviendrons plusieurs fois, c’est à volonté.

Les larges terrasses perchées à 2877 m d'altitude offre un  panorama unique, époustouflant sur toute la chaine pyrénéenne d'une part, et d'autre part sur une bonne partie de l’Occitanie, en étant à l'avant-scène du massif.

Périple dans les Pyrénées centrales

Repas pris au snack (possibilité de restaurant gastronomique) nous mangeons en terrasse à presque 3000m d'altitude !!

Nous avons aussi pris  l'option farniente, les vêtements chauds sont de trop et c'est tant mieux.

Cliquer sur la photo pour faire défiler

Cliquer sur la photo pour faire défiler

A l'intérieur, cette fabuleuse histoire est racontée dans le musée, le plus haut d'Europe. La construction de l'observatoire commencée en 1870 mettra 12 ans,  dans des conditions extrêmes. C'est aussi un espace qui présente les principaux thèmes de la recherche scientifique.

L'extérieur nous attire, animations, tables d'orientation panoramiques ou d’interprétation sont là pour aider dans la découverte de ce panorama à 360 °, des lieux emblématiques tels que la brèche de Roland, le Mont Perdu, le Néouvielle...des vues à couper le souffle

Photos

et re photos à volonté aussi, dur dur le tri….

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales

Nous avons du mal a quitter les lieux, nous serions bien resté, dormir au Pic du Midi est possible mais ce n'est pas le même prix.(prévoir 4 à 6 mois avant!) Descente par téléphérique,

De la cabine, nous dominons le bivouac de la nuit dernière

C'est avec encore la tête dans les étoiles que nous poursuivons notre circuit par Payolle vu la veille, le col d’Hourquette d’Ancizan, en quelque sorte parallèle au col d'Aspain. Il est plus sauvage, étroit par moment, heureusement moins circulé.

les animaux sont en liberté partout,  sur les routes aussi... Passage à St Lary Soulan

et pour nuit à l’aire d’Artigusse à Aragnouet. Les lacs de Néouvielle sont au programme demain. 

 

 Aragnouet – St Lizier 166 km

Les lacs de Néouvielle en randonnée tombent à l'eau. L’orage annoncé est bien là, il gronde, nous devons partir. C'est gros marché de St Lary Soulan (beaucoup de vendeurs de fromage entre autre), nous faisons le plein. GPS mis pour Arreau, Bagnères de Luchon, le col de Peyressourde....

Les journées du Patrimoine commencent, ravis de revoir aussi St Bertrand de Comminges , cité romaine et épiscopale classée "plus beaux villages de France".

L'imposante  cathédrale Sainte Marie et sa tour clocher est le point fort de la visite. Elle possède un cœur avec 66 stalles sculptées dans le chêne

et un exceptionnel orgue d'angle,

un des plus beaux d'Europe. Sur le parvis, un ancien couvent abrite "Les Olivetains" centre culturel. Le cloitre (12 ème siècle) est accolé côté sud sur le bord du plateau rocheux, calme et sérénité y règne (2.50€)

Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler

Cliquer sur la photo pour faire défiler

Petit resto (assiette périgourdine) chez Betty.

Pour visiter, le parking du bas du village est idéal, mais il est bien trop tôt pour y dormir.

Nous enchainons par les cols d’Ares et Portet d’Aspet pour venir à St Lizier, cité d'Ariège riche en patrimoine et chargée d'histoire. Garés au grand parking tout en haut du village, nous sommes tout près du palais des Evêques (5€) . Surplombant la cité, le palais ancienne résidence des évêques du Couserans, abrite le musée et la cathédrale Notre Dame de la Sède. Les remparts gallo-romains sont bien conservés.

Bien lever la tête pour les peintures murales et plafonds,

A l'époque romane, 2 églises ont été construites. Dans le bourg, se trouve la Cathédrale St Lizier,

elle abrite le trésor des évêques du Couserans.

Elle doit  sa notoriété à son ensemble exceptionnel de fresques romanes datées entre 1060 et 1080. Ce sont les premières grandes peintures romanes à  être parvenues pour la région pyrénéenne.  

 le cloître roman du XIIe siècle constitue un magnifique ensemble architectural,

Encore plus exceptionnel ce jour là, s y tenait une exposition de costumes pour les journées du patrimoine. Très agréable conversation également avec les membres de l'association organisatrice.

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales

Tout près, l'ancienne pharmacie du XVIII ème fermait à l’heure ou nous arrivions.

La tour de l’horloge, les venelles encore fleuries, de vieilles maisons à colombages,

maison sur arcades complètent la visite très intéressante de ce village classé "plus beaux village de France".

Nous y reviendrons le soir pour quelques photos de nuit

Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler

Cliquer sur la photo pour faire défiler

 St Lizier – Ax Les Thermes 106 km

Le soleil revenu, nous enchainons pour la deuxième journée du patrimoine avec l’abbaye de Combelongue, perdue dans la campagne,

et malheureusement fermée jusqu’à 15H. A noter que les tarifs des journées du patrimoines sont des tarifs réduits.

Nous avions prévu Foix et son château, un grand parking tout près de l'aire CC nous attend.

Billets en poche (8€) pour les 3 tours, le musée, les ateliers, compter 3 ou 4 h heures pour tout faire. Des ateliers participatifs tels que la forge, la taille de pierre, les décors, les armes médiévales...  animés par des personnages tout droit venus du moyen age aident à nous projeter au temps des comtes de Foix

Nous commençons par le château. Il est possible d’accéder tout en haut dans 2 tours,

et qui dit tour dit escaliers. Un impressionnant treuil à tambour se trouve entre 2 tours.

L'atelier "machines de guerre et de construction" embauche !!! Nous découvrons le trébuchet et la pierrière. L'immense trébuchet de 16 m de haut permettait d'envoyer des boulets de 100 kg à plus de 200 m. La main d’œuvre du jour parait efficace !!! Au pied du château, un espace muséographique de 2000 M2 pour la modernité, le ludique et l'interactif, permet de découvrir l'histoire du comté de Foix, de la ville et du Château (unions, chasses, guerres, politique, fêtes, croyances en fait la vie quotidienne....)

De belles ruelles et maisons à colombages dans la vieille ville pour conclure

Repas au CC avant de poursuivre pour Tarascon sur Ariège et la visite de la grotte magdalénienne de Niaux (10€)

Le site est grandiose encore une fois, tout au bout d’une route étroite. Le porche mesure 55 m de haut sur 50 m de large, 2 km de galeries plus ou moins spacieuses. Ici, pour réguler les visites tout est très réglementé, le protocole est très strict  et ceci à des fins conservatoires. Compter 1h45 de visite guidée avec de bonnes chaussures, il s’agit d’une véritable randonnée souterraine, parfois glissante, dans le noir, à la seule lueur d'une lampe.

Les authentiques peintures d'animaux (bisons chevaux,  bouquetins et cerfs)  de nos ancêtres se concentrent dans le Salon Noir au bout de 800 m de marche

Photos interdites dans le site mais grandes reproductions à l'extérieur.

Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler
Cliquer sur la photo pour faire défiler

Cliquer sur la photo pour faire défiler

Retour au jour, direction Ax Les Thermes,  près de la piscine.

beaucoup plus calme que l’aire à côté de la gare.

 Ax Les Thermes - Collioure 264 km

Sur conseils, nous partons par le col de Pailherès (ou Port de Pailherès (2001m),

Route escarpée et sauvage, passage à des lacs, des vues ***à 360° à l'arrivée, très venté et froid ce matin là.

La descente en lacets serrés est impressionnante et n'en finit pas,

une pensée aux cyclistes qui l'empruntent

jusqu’au château cathare d’Usson,

et les gorges de St Georges à l'entrée d' Axat. L'heure du repas approche, un arrêt sur le parking du château Cathare de Puilhaurens (7€) avant la visite. Site stratégique perché à 697 m d'altitude sur le Mont Ardu, il se dresse sur un éperon rocheux au milieu d'une forêt de sapins

Nous y grimpons après le repas. Au bout du chemin, l' escalier se dresse, puis la porte et la cour principale, le mur d'enceinte et ses créneaux...un lieu également chargé d'histoire.

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales

 un dernier regard sur ce repère visuel impressionnant

Décision rapide, nous avons le temps de faire une incursion en Espagne pour quelques courses au magasin « La Grand Jonquerra ». Au retour passage à Port Vendres, nous constatons que l'aire n'a plus d’accès à la petite plage. Une envie de revoir Collioure, cap mis sur le camping « Les Amandiers » (pas facile à trouver au bout d'une petite route), il est très correct à 200 m de la mer. La fin des vacances approchent, le restaurant « L’Imprévue » est sur la plage, dans un cadre ***. Il nous régale,  avec en prime un beau coucher de soleil.

 

 Collioure - Le Barcarès 43 km

Du camping, le sentier du littoral , (ou sentier de la Moulade) emmène à Collioure.

Compter 30 mm, il est assez escarpé.

Village de pêcheurs, patrimoine médiéval et couleurs ensoleillées prisées des peintres comme Matisse ou Picasso, Collioure est aussi connue sous le nom de "Perle de la Côte Vermeille"

le Château Royal demeure des rois de Majorque est indissociable de la ville, il devient forteresse puis citadelle au fil des siècles.

Située sur un ancien ilot, la chapelle St Vincent est très petite, une croix sur l'arrière est tournée vers la mer. Nous prolongeons la promenade sur la jetée puis sur le port rempli de petites barques catalanes colorées. Elles ont du ramener des anchois spécialité de la ville. L'église Notre Dame des Anges  incarne le symbole de la cité, son clocher était à l'origine un phare

la maison au style arabe,

Le quartier du Mouré est un dédale de vieilles ruelles pittoresques reliées par des escaliers, aux balcons fleuris. Le restaurant du Camping fait des plats à emporter, le "cuisto" est sympa, il nous prépare des assiettes gambas, frites salade. A Le Barcarès, pas la foule sur la plage pour la promenade, seulement les pieds dans l'eau !!!

le vent est froid,

la baignade avec la polaire ce n’est pas top.

 Le Barcarès - Mèze 136 km

Le soleil est revenu donc plus chaud, nouvelle tentative de baignade à Valras Vendres Plage.

Il est convenu de faire connaissance avec Anne et Daniel à Mèze . Pour cela nous avons prévu de passer la nuit à la « Noisette d’Oc » à 3 km de Mèze.

Possibilité d’achat de moules, huitres, vin Picpoul pour paiement du parking. Anne et Daniel viennent nous chercher, sympathique rencontre et repas au restaurant ‘l’Abri Côtier » sur le port.

 Mèze - La Drôme  283km

La boulangère nous réveille, çà tombe bien, nous avons besoin de pain. Un dernier arrêt sur la plage à la sortie de Frontignan.

La baignade est possible, elle sonne la fin des vacances.

Nous regagnons la maison vers 19 h sous le soleil après 2234 km à travers les Hautes Pyrénées. Pas de compteur pour les km parcourus à pied.

Résumé  synthèse :

Habitant au pied du Vercors, jusqu’à maintenant, nous avions privilégié les Alpes, plus proche. Nous revenons  de ce voyage avec plein d’images en tête. Nous avons découvert une région  très nature, très authentique avec un côté convivial du Sud-Ouest.

 Nous avons été surpris par l’eau que l’on trouve partout, sous toutes ses formes, en lacs, en cours d’eau, en torrents, en cascades, en eaux thermales…Chaque jour, nous avons emprunté une route ou un sentier avec ce spectacle ! De vallées en cols et de plaines en monts, les Pyrénées centrales révèlent de grandioses cirques, le géant Vignemale, le majestueux Pic du Midi, les routes mythiques du tour de France sans oublier un riche patrimoine architectural et religieux tels que châteaux, abbayes, grottes….Beaucoup d'activités sont possibles à faire en famille.

Nous  avons également ressenti une solidarité et un accueil particulier dans un pays de traditions (estives, commerce entre France et Espagne, foires…)

Vous comprendrez que ce périple n’a pas suffit pour une découverte de tant de beautés de cette chaine de montagne.

Nous espérons bien y revenir, ne serais ce que  pour les randonnées non effectuées en raison de la météo capricieuse. De plus c’est une région très gourmande.

La montagne ça vous gagne !!!

Notre parcours en fin d'article

Pyrénées Aires CC, Camping, Parking, bivouacs…

Ville

Dép

Adresse Observations

Tarif/Jour

Carcassonne

11

Chemin Bernard Délicieux, Aire CC à coté camping Cité Carcassonne A 1,7 km de la cité. Le chemin pédestre qui longe le camping est balisé, éclairé la nuit

15€

Rieux Volvestre

31

 4 Promenade du Préau, Parking du stade

Gratuit

St Pé de Bigorre

65

Route des Grottes, Camping à la ferme Artigaù à 500 m des grottes de Bétharram

8 €

Agos Vidalos

65

16 Avenue du Lavedan, Agos-Vidalos Services Elect Wifi

14,00 €

Laruns lac de Fabrège

64

D431 Au bord du lac de Fabrège avant station départ vers Artouste

Gratuit

Argelès Gazost

65

47-49 Route du Stade, Parking CC Carrefour Market Eau Services

Gratuit

Cauterets

65

Avenue Charles Thierry, Avec services et Elect Aire coté Pont d'Espagne

11,50 €

Gavarnie

65

Baretge Gavarnie Parking avant Aire CC ou il y a les services

8,00 €

Gèdre Troumouse

65

D922 Parking du Cirque de Troumouse lieu départ navette pour cirque très calme

Gratuit

Campan Payolle

65

Route de la Hourquette d'Ancizan, Aire CC Véziaux services Bloc sanitaire Douches chaudes …. calme

12,50 €

La Mongie Bagnères-de-Bigorre

65

Rue Pêne Nègre, Bagnères-de-Bigorre Parking au dessus station La Mongie calme Superbe vue sur la vallée de Campan

Gratuit

Aragnouet

65

D929 Aire Artigusse dans un bois WC services très calme

7,00 €

St Lizier

9

210 C Chemin de Pouterolles, Parking à coté Palais des Evêques en haut de la ville Robinet eau potable devant parking

Gratuit

Ax les Thermes

9

609 avenue Les Thermes, à coté de la piscine

Gratuit

Collioure

66

Camping les Amandiers du coté Argeles carrefour en haut de la côte, Camping accessible aux camping-cars route étroite, à 100 m de la mer, et 20 mn à pied de Collioure pour 3 € de plus que l'aire de camping-car. Tous services

18,50 €

Le Barcares

66

Impasse Solarium Aire bord canal à 200 m de la plage Services Elect

12,00 €

Mèze

34

5618F Route du Mourre Blanc, Aire chez producteur Huîtres Moules ..pas de service gratuit si achat produits ou 10€

Gratuit

 

 

 

 

Lourdes

65

Parking bus et CC gratuit « Lapacca » à environ 15 mm à pied du centre de Lourdes

Gratuit

St Bertrand de Comminges

31

Parking du bas du village

Gratuit

Foix 09 Bd François Mitterrand Aire CC à proximité Château Gratuit

 

Les guides dont : Les guides  Michelin   Pyrénées Roussillon  et  Midi Toulousain, les documentations des OT, des récits et conseils  glanés, du hasard aussi ont aidé et complété la préparation de ce circuit.

Gastronomie :

La truite

 

 

La garbure béarnaise, le cassoulet,

 

 

 Les fromages des Pyrénées,

Les desserts : tartes ou tourtes aux myrtilles ou framboises, gâteau à la broche

 

 

et beaucoup d'autres spécialités ........

Périple dans les Pyrénées centrales
Périple dans les Pyrénées centrales
Partager cet article
Repost0

Notre Site

  • : Blog alain26 Voyages en camping car
  • : Voyages dans divers pays du monde
  • Contact

Site randonnées

Cliquez sur cette image pour

 

r201007240097

 

notre site randonnées 

Rechercher Dans Ce Site

Présentation Alain

        Alain et Hélène : 
Nous pratiquons le camping car (en plus de la randonnée) depuis plus de 35 ans . Nous avons pu découvrir par ce moyen : L'Espagne (4fois), Le Portugal, l'Irlande, la Tchéquie, l'Autriche, l'Italie (5 fois),la Sardaigne, la Croatie,la Slovénie, la Turquie (2 fois), la Grèce (14 fois et une trentaine d'îles), l'Albanie,Pays-Bas et bien sur des régions de France: Bretagne Normandie,Auvergne, Jura, Camargue, Cote d'Azur, Oléron, Ré, Hauts de France....

Les voyages plus lointains, généralement sous la forme de circuit en 4x4, 6x6,voiture et bus nous ont permis d'apprécier le : Maroc (2 fois),la Tunisie (2 fois),la Libye, les Baléares, les Canaries Ténerife et  Lanzarote , Madère, Malte, l'Egypte (2 fois), le Mexique, le Sénégal, le Vietnam, le Cambodge, la Chine, l'Inde, le Pérou ,la Bolivie ,le Myanmar (Birmanie) ,l'Equateur ,l'Ouzbékistan, le désert blanc en Egypte, Singapour, l'Indonésie Java, Bali, Sulawesi ,le Laos,
mais aussi Oman Dubaï Abou Dhabi,le Yunnan en Chine , Cuba, Iran, le Bhoutan, le Japon et dernièrement la Colombie, les Pays Bas, la Sicile, l'Argentine et l'Ethiopie. 

Il nous reste encore beaucoup de projets, de rêves.la Jordanie,la Réunion....et en CC Chypre, la Roumanie, les pays Baltes ...

Image-241.jpg

Compteur origine des consultations